Huntley and Palmers

(biscuiterie, Royaume-Uni)

 

Thomas Huntley commença à fabriquer des biscuits en 1822, dans sa petite boulangerie de London Street, à Reading. Le succès fut rapide. Dès 1830, il mit au point une machine à main pour fabriquer les biscuits. Et, en 1832, son jeune fils, Joseph, entreprit de fabriquer des boîtes en métal dans sa quincaillerie voisine. De l'association de Thomas Huntley avec un Quaker, cousin éloigné, George Palmer, naquit en 1841 la firme « Huntley & Palmer » — appelée à être rebaptisée « Huntley and Palmers» en 1857, après la mort de Thomas Huntley, lorsque les deux frères de George Palmer furent partie prenante dans l'entreprise. Quant à la fabrique de boîtes, elle prit nom de « Huntley, Boorne & Stevens » et se développa. L'accent mis sur ce type de conditionnement favorisa les exportations, notamment vers les colonies britanniques, et fut indubitablement à l'origine de  l'essor de la biscuiterie.  

 

Initialement, les biscuits étaient fabriqués à la main. L’emploi de machines à vapeur, dû à l’esprit entreprenant de George Palmer, qui ouvrit une nouvelle usine dans King’s Road, permit de réduire les prix et généra un développement tel de la firme que, lors de l’Exposition de 1851, elle employait déjà 200 ouvriers. Ce chiffre passa à 350 en 1855, au double en 1862 et à 996 en 1867, pour atteindre près de 3 000 à la fin des années 1870 et quelque 5000 autour de 1900. « L’usine de Reading, près de Londres, forme à elle seule une petite ville sillonnée de rails où circulent du matin au soir des trains entiers chargés de marchandises ; elle emploie 2,000 sacs de farine par semaine et des quantités d’œufs, de beurre, de sucre, de lait et d’autres ingrédients. » (Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Rapports du jury international, 1880.) À l’occasion de cette Exposition Universelle Internationale de 1878, à Paris, la biscuiterie obtint le seul grand prix, avec cette mention : « Maison hors ligne ; production immense ; usine connue dans le monde entier pour l’excellente qualité et le bon marché de ses produits. » Huntley & Palmers produisait alors une gamme considérable de biscuits. Abernethy, Albert, Alexandra, Balmoral, captains, conversation, Garibaldi, macaroons, Nic Nac, wafers, etc. Les formes étaient très diverses, des lettres de l’alphabet aux motifs inspirés par le domaine rural, « de véritables joujoux comestibles ». À noter que le Jamaica, biscuit destiné à accompagner un dessert ou un vin, fut fabriqué jusqu’en 1939 sur la machine à main des origines de l’entreprise (visible au musée de Reading). Au tournant du XXe siècle, Huntley and Palmers était la plus importante biscuiterie mondiale.

Joseph Huntley (1807-1895), qui fabriqua les boîtes pour la biscuiterie familiale.

Phot. Sydney Victor and Ernest White, Reading, après 1869.

George, Samuel and William Isaac Palmer, vers 1889.  Samuel et William entrèrent dans l'entreprise en 1846. Le premier, à LOnres, était chargé des importations et exportations. Le second devint directeur de l'usine.

     La manufacture, à Reading.

Machine à estampiller les biscuits, Musée de Reading.

Elle fut utilisée des années 1830 à 1939.

Vers 1902.

En 1921, l’entreprise Huntley and Palmers forma avec Peek, Frean & Co’s l'Associated Biscuits Manufacturers Ltd. Après la Seconde Guerre mondiale, la biscuiterie dut faire face à une concurrence croissante. A partir de la fin des années 1950, elle multiplia les campagnes publicitaires. En 1976, l'usine de Reading ferma ses portes, et la production fut transférée à Liverpool.  Ce qui entraîna le déclin de Huntley, Boorne & Stevens, puis son rachat par le groupe Linpac.

Atelier des biscuits au chocolat, enrobage, années 1920. La fabrication des biscuits au chocolat débuta en 1910. 

Conditionnement du célèbre biscuit Bath Oliver, qu'initialement George Palmer fabriqua sous licence pour William Fortts, de Bath. Il fut fabriqué jusqu'à la fermeture de l'usine de Reading (1976).

Conditionnement des biscuits au chocolat, années 1940.

Conditionnement des biscuits au chocolat dans des boîtes, années 1950, phot. Walton Adams. 

« Dans l’allée restée libre entre ces rangées de tonneaux, sous les flammes du gaz qui bourdonnait aux becs d’un affreux lustre peint en gris-fer, des tables couvertes de corbeilles de biscuits Palmers, de gâteaux salés et secs, d’ assiettes où s’entassaient des mince-pie et des sandwichs cachant sous leurs fades enveloppes d’ardents sinapismes à la moutarde […]. »

Joris-Karl. Huysmans

A Rebours

La fabrication des gaufrettes Cornish Wafers, vers 1960. Ce biscuit fut le produit-phare de 1954 à 1967, puis il fut repris par la firme Butter Osborne.

1977 : usine de Reading avant sa démolition.

Des cuisiniers de l'armée préparent un repas,

Première Guerre mondiale, 1914.

C’est cette firme, « fabricants brevetés de la reine d’Angleterre » et « fournisseurs du roi des Belges », qui eut l’idée de proposer ses biscuits (crackers) dans des boîtes en fer-blanc afin de garantir leur fraîcheur et de faciliter leur transport dans les réseaux de distribution.

 

Le patrimoine publicitaire de cette entreprise est considérable. Ses affiches et images furent, d’abord, largement inspirées par l’empire colonial britannique, notamment par l’Inde. C'est en 1933 que fut créé le personnage Johnny Ginger pour promouvoir les Ginger Nuts. Nombre de documents sont conservés au Museum of Advertising & Packaging (Gloucester, The Robert Opie Collection). Ses boîtes lithographiées illustrées font le bonheur des collectionneurs. 

Publicité (après 1901) pour les produits de la marque les plus populaires au tournant du XXe siècle : Chocolate, Opera, Domino and Arctic waters, Cream crackers, Bath Olivers, Marie biscuits

Les affiches

 

1890

       Ci-dessus : Imp. Champenois, Paris, 1895 (?), 50 x 70 cm.

 

Ci-contre : Imp. F. Champenois, Paris, 1895, 62 x 46 cm

.

       Ci-dessous : Imp. Champenois, Paris, 1893, 53 x 70 cm.

Agnes Louise Holding, Mäuse und Huntley - Palmer Superior Biscuits,

aquarelle, 1920, coll. part. 

Divers

 

Livret publicitaire, entre 1890 et 1900.

Calendrier George V, 1915.

Catalogue (8 p.), 1929.

Catalogue, biscuits au chocolat, 1935.

Chocolate Hippodrome, Chocolate Cruises,etc.

Livret destiné aux enfants, années 1930.

Catalogues : 1934.

1939.

Publicité française, vers 1892. Ce biscuit fut lancé en 1891 par Walter Palmer et devint aussitôt  très populaire. Il fut introduit en France, l'année suivante, par le représentant de la firme britannique sur le continent, John Leete.

1909.

1929.

1930.

1935.

France, magazine Vu, n°3, avril 1928.

Portugal, années 1910.

Petits  agendas de poche : 1898 et 1902.

Les chromos

 

1935.

Les cartes postales

 

René Vincent.

Ajouter un commentaire

Commentaires

christian arsene
il y a 8 mois

je possede une pub qui represante une coupe de fruit et une coupe gateaux huntley palmer de l usine la courneuve j aimerai connaitre sa valeur merci

D'une part, il serat bon que vous nous la montriez. Il est impossible d'apprécier une publicité sans la voir. D'autre part, collectionnant les chromos, je connais leur valeur.  Mais, pour les autres formes de publicité, je ne suis pas compétente. Il conviendrait de soumettre votre affiche à un commissaire-priseur…