B

 

 

baba

 

À côté de la classique osteria aux vieux rideaux tachetés par les mouches, un galant pâtissier français étale sa femme, ses brioches et ses babas.

Alexandre Dumas

Le corricolo

 

“ Avec des tranches de baba bien imbibées de vin de Madère et trempées dans de la pâte à friture, on fait un plat de beignets trés confortable et trés bien accueilli dans un déjeuner de garçons. ”        (D’après les traditions de la cour de Lunéville et suivant la méthode de M. Carême, auteur du Cuisinier pittoresque.)

Alexandre Dumas

Grand Dictionnaire de Cuisine

 

[…] la petite fille de la portière essuya ses larmes, la marquise s’en tint à sa troisième attaque de nerfs, et le marié déclara magnanimement qu’à défaut de baba, il mangerait de la brioche. Chacun rentra chez soi, et, deux heures après, la tranquillité se trouva parfaitement rétablie.

Alexandre Dumas

Le Capitaine Pamphile

 

Et dans l’animation de la course, il parlait seul, se voyait déjà là-bas au milieu de la boutique, frappant les dalles avec sa canne, faisant trembler les glaces de la vitrine et les assiettes de babas.

Alphonse Daudet, Les petits pâtés, « Contes du lundi »

 

Paul

Qu’est-ce qu’un baba ?

Le général

C’est un gâteau excellent, avec des petits raisins noirs excellents et une croûte excellente.

Jacques

Ah oui ! comme les chaussons aux pommes que fait tante Elfy.

Le général

Nigaud, va ! c’est cent fois meilleur.

Comtesse de Ségur

L’auberge de l’Ange-gardien

 

Je ne m’étendrai pas — devant vous — sur la soubrette qui mange tout le temps en voyage, histoire de s’occuper.  À chaque station, elle se lève pour demander.

— A-t-on le temps d’aller au buffet ? Dis donc, Machin, va donc me chercher une brioche.

Un jour, elle a failli faire rater le train à un de ses camarades qui était allé lui chercher un baba.

Félix Galipaux

Galipettes

 

Il jeta un coup d’œil perplexe à Clorinde, que son service semblait absorber, indifférente, portant aux quatre coins du buffet des sandwichs, des babas, des brioches.

Émile Zola

Son Excellence Eugène Rougon

 

J’entre dans une pâtisserie où des dames absorbent des éclairs au chocolat et des babas au rhum. Elles semblent prendre le plus grand plaisir à cette collation. L’une d’elles, fixant sa voisine d’un air affriandé, lui demande : — Ça goûte ?

            » L’autre répond : — oui, beaucoup.

Adolphe Retté

Au pays des lys noirs…

 

Le baba au rhum

Encore une victime de l’alcool !

Voilà l’éponge de Venise ivre-morte.

Georges Barbarin*

 

* Cité par Curnonsky et Gaston Derys, Anthologie de la Gastronomie Française, 1936.

 

On lui servit des anchois beurre, du boudin de campagne pomme en l’air pomme en bas, du roquefort et trois babas. Les anchois sont des harengs pluvieux, le boudin et ses pommes se montrent inconsistants, le roquefort grince sous le couteau, le rome des babasmous ne put jamais prétendre qu’à la dénomination d’eau.

Raymond Queneau

Les fleurs bleues

 

Devant ses yeux passaient et repassaient des images d’enfance : souvenirs de gifles ou de baisers, cadeaux de première communion, babas d’anniversaire.

Catherine Paysan

Franck, cet invaincu

 

On l’a eu quand même notre Ricard, du coup on en a bu trois chacun, avec la choucroute, ce n’était pas mauvais d’ailleurs, ça donnait un goût particulier. Un fromage a suivi, puis un baba au rhum.

Patrick Cauvin

L’amour aveugle

bagatelle

 

Elles étaient charmées surtout du cardinal de Rohan, qui ne venait jamais les mains vides, et qui leur apportait des pâtisseries et des bonbons de quoi les régaler plusieurs jours. Ces bagatelles faisaient plaisir à Mmede Maintenon. 

Saint-Simon

Mémoires

 

Monsieur Guitrel [l’abbé Guitrel, professeur d’éloquence sacrée au grand séminaire] a coutume de se rendre tous les jours, à cinq heures de relevée, dans la boutique de dame Magloire, pâtissière, place Saint Exupère. Et là, penché sur les buffets, les consoles, les tables il examine avec un intérêt profond et une assiduité laborieuse les friandises amassées dans les assiettes et dans les plats. Puis, s’arrêtant à l’endroit où sont dressées ces sortes de gâteaux qu’on m’a dit se nommer éclairs et babas, il touche du bout du doigt une de ces pâtisseries, puis une autre, et il fait envelopper ces bagatelles de bouche dans une feuille de papier

Anatole France

L’Orme du Mail

baklava

 

Et pendant que tous deux échangeaient leurs observations, les Turcs les regardaient, non sans envie.

               “ Sont-ils heureux, ces étrangers ! disait l’un. Ils peuvent boire, manger et fumer, s’il leur plaît !

                 — Sans doute, répondait l’autre, mais ils ne trouveraient, en ce moment, ni un kébal de mouton, ni un pilaw de poulet au riz, ni une galette de baklava, pas même une tranche de pastèque ou de concombre.

Jules Verne

Kéreban le Tétu

 

[…] les boutiques, ouvertes toute la nuit, flamboient et jettent de vives traînées de lueurs que réfléchissent gaiement les maisons opposées ; ce ne sont, à tous les étaux, que lampes, bougies et veilleuses nageant dans l’huile ; […] les fours, qui cuisent les galettes de baklava, ouvrent leur gueule rouge ; […]

                  » Tout ce monde mangeait avec un appétit aiguisé par un jeûne de quatorze heures […] ; quelques-uns, plus riches ou plus sensuels, se faisaient tailler de grandes parts de baklava ou se gorgeaient de sucreries avec une avidité enfantine […],.

Théophile Gauthier

Constantinople

banane

 

Les fruits y* sont à peu près nuls. […] en revanche on trouve beaucoup de bananes, que mon confrère employait pour des beignets, en faisant mariner la chair dans du rhum : cet entremets de friture, étant glacé, n’est pas désagréable.

Antonin Carême

L’Art de la cuisine française au xixesiècle

 

* Il s’agit de Sainte-Hélène où Napoléon est en exil.

 

Le soir, quand je descends de la montagne, je rencontre un homme auquel j’avais fait un petit cadeau le matin ; il m’apporte des bananes rôties toutes chaudes, un ananas et des noix de coco.

Charles Darwin

Voyage d’un naturaliste autour du monde

 

Sa maison devint une sorte de Mecque pour de nombreux indigènes des deux sexes : d’ordinaire, ils effectuaient discrètement leur pèlerinage à la nuit tombée, les mains chargées de présents : […] paniers de poires alligator, épis de maïs bien tendres, mangues, pommes, taros roses et énormes, cochons de lait, confitures de bananes, fruits de l’arbre à pain, […].

Jack London

La confession d’Alice

 

[…] j’ai, pour ma part, imaginé l’omelette aux bananes et j’estime avoir accompli un chef-d’œuvre, qui peut être servi au début ou à la fin des repas, selon les goûts, à la façon du melon. Comme entremets on sucre davantage.

Octave Uzanne

In Edmond Richardin, L’Art du Bien Manger, 1913

Coll.  A.P.-R.

bannette

 

Ensuite Mlle d’Andervilliers ramassa des morceaux de brioche dans une bannette, pour les porter aux cygnes sur la pièce d’eau […].

Gustave Flaubert

Madame Bovary

bannock

 

Le nouveau fourneau, qui devait nous servir pendant tout notre séjour au Camp de l’Océan, remplit très bien son office. […] Au bout de quelque temps, le cuisinier découvrit la manière d’y cuire une sorte de gâteau d’avoine plat ainsi que des gâteaux écossais connus sous le nom de bannocks — cependant la levure manquait complètement. […]

                  » “ […] En raison des circonstances, notre régime comprend très peu d’éléments farineux […].[…] la farine est employée à faire des bannocks, dont chacun a trois ou quatre jour. Ces bannocks sont composés de farine, graisse, eau, sel et un peu de levure ; la pâte est roulée et découpée en ronds, puis cuite pendant dix minutes sur une mince plaque de fer. Chaque bannock pèse d’une once et demie à deux onces. Ces galettes sont vraiment pour nous une bénédiction. ”

Ernest Shackleton

L’Odyssée de l’“ Endurance ”

banquet

 

Ce dessert [banquetest destiné à clore nos appétits après le grand banquet [goodcheer]. Veuillez donc, je vous prie, prendre place, car nous allons cette fois deviser autant que manger.

Shakespeare

La mégère apprivoisée

baptême

 

Coll. A. P.-R.

Six mois après des nœuds si doux,

Et les affaires arrangées,

J’en eus deux filles, qu’entre nous

De trois mois l’on dit plus âgées.

 

Au baptême Jean fit du train,

Car Léandre était le parrain.

Vli, vlan, taisez-vous,

Jean, vous n’aurez point de dragées.

Vli, vlan, taisez-vous […].

Pierre Jean de Béranger

Le Troisième Mari

 

Peu de temps après la cérémonie du baptême, qui fut suivie d’un repas excellent et d’une abondante distribution de dragées et d’objets de fantaisie, le général appela Natacha.

Comtesse de Ségur

Le général Dourakine

 

Ce fut alors comme dans les baptêmes de village, où le parrain et la marraine jettent des dragées, et où les gamins se ruent pour en avoir.

         » Seulement, les dragées étaient les plaisirs ; les gamins, la population tout entière d’une grande ville.

Alexandre Dumas

Causeries

 

Le duc de Bouillon recevait des domaines d’une égale valeur à sa principauté de Sedan, une indemnité pour les huit ans de non-jouissance de cette principauté, et le titre de prince accordé à lui et à ceux de sa maison.

          » M. le duc de Longueville, le gouvernement du Pont-de-l’Arche, cinq cent mille livres pour sa femme et l’honneur de voir son fils tenu sur les fonts de baptême par le jeune roi et la jeune Henriette d’Angleterre. 


         » Aramis stipula que ce serait Bazin qui officierait à cette solennité et que ce serait Planchet qui fournirait les dragées.

Alexandre Dumas

Vingt ans après

 

— Mais il paraît que le malheur a été si brusque, et qu’on travaillait si fort, à la confiserie..

          » — Oui, pour des baptêmes, se hâta de dire Mme Charles, en clignant les yeux, tournée vers les autres.

Émile Zola

La Terre

 

À vous dieux, chasublerie, ameublements d’église, dragées pour baptêmes, le culte est au troisième, clientèle ineffable !

Jules Laforgue

Grande Complainte de la ville deParis

 

 

Le baptême

 

Dans un monologue daté de 1883*, l’acteur Coquelin cadet évoque le rôle du parrain et ses obligations en matière de dragées.

 

Fichue situation !... moi parrain ! moi !... Baptême !... dragées !... gamins !... Vive l’enfant !... […] Enfin ! que faire ? c’est demain. Il est sept heures… Les confiseurs… Tiens ! mais je n’en vois pas dans mon quartier (réfléchissant) rue Godot de Mauroi… de Sèze… rue de Caumartin… Ah ! Siraudin… ou encore Boissier !... rue de la Paix ! (souriant) hein ! cocasse, coïncidence singulière, rue de la Paix !... Paix… Colonne Vendôme, Courbet… la Commune ! (revenant à son idée première) tandis que Siraudin, fille de Madame Angot, plus gai!... – J’irai chez Boissier.

           Le père et la mère. Deux tantes… dix-sept frères et sœurs… oh ! quatre boîtes c’est bien assez avec les couvercles, ça fait huit, cinq cousines !... cinq cousines… ma foi, c’est tout. (souriant) — Ah ! naturellement, ma fiancée… oh ! pour Marcelle une boîte superbe, splendide, avec des petits Amours sur le couvercle, - des imitations de Boucher… Ah ! j’oubliais, ma future a aussi un certain nombre de boîtes à offrir… Voyons… combien ?... 1… 2… 3… 4… 5… 6… 7… (brusquement) Ah ! mais non !... non !! je ne suis pas millionnaire, moi !!! Je ne les connais pas, ces gens-là !!

       […] Oh ! 10 heures 5 ! courons chez Boissier… Vingt livres de dragées… non, de pralines, ça tient plus de place, vingt livres dans un sac… c’est ça, pas de boîtes, je ferai des cornets !!! (il sort). 

 

* Ernest Mareau, Parrain par amour !, Monocoquelogue dit par Coquelin cadet, chez Henry Kistemaekers, Bruxelles, 1883.

Un usage d’antan

 

“ Où sont les dragées ? demanda-t-il [Pierre].

Camille

Dans un grand panier qu’on emportera à l’église. On laissera ici les boîtes et les paquets. Tout est prêt ; viens voir combien il y en a. ”

Ils coururent à l’antichambre, où tout était préparé.

Pierre

Pour quoi faire tous ces centimes ? Il y en a presque autant que de dragées.

Camille

C’est pour jeter aux enfants des écoles.

Pierre

Comment, aux enfants de l’école ? Nous irons donc à l’école après le baptême ?

Camille

Mais non ; c’est pour jeter à la porte de l’église. Tous les enfants du village sont rassemblés, et on jette en l’air des poignées de dragées et de centimes ; ils les attrapent et les ramassent par terre.

Pierre

Est-ce que tu as déjà vu jeter des dragées ?

Camille

Non, jamais, mais on dit que c’est très amusant.

Pierre

Je crois que je n’aimerai pas cela ; bien certainement ils se battent, ils se font mal. Et puis je n’aime pas qu’on jette les dragées aux enfants comme à des chiens. 

[…]

               Quand la petite Marie-Camille fut baptisée, on sortit de l'église pour jeter aux enfants, qui attendaient à la porte, les dragées et les centimes. Aussitôt que le parrain et la marraine parurent, les enfants crièrent tous ensemble : “Vive le parrain ! vive la marraine !”

                Le panier de dragées était prêt ; on l'apporta à Camille, pendant qu'on donnait à Pierre le panier de centimes. Camille prit une poignée et la fit retomber en pluie sur les enfants ; là commença une véritable bataille, une vraie scène de chiens affamés. Les enfants se disputaient les dragées et les centimes : tous se précipitaient vers le même point ; ils s'arrachaient les cheveux ; ils se battaient, ils se roulaient par terre, ils se disputaient chaque dragée et chaque centime. Il y en eut la moitié de perdus, foulés aux pieds, disparus dans l'herbe. Pierre ne riait pas ; Camille, qui avait ri aux premières poignées, ne riait plus, elle voyait que les batailles étaient sérieuses, que plusieurs enfants pleuraient, que d'autres avaient la figure égratignée.

                   Quand ils furent remontés en voiture :

                 — Tu avais raison, Pierre, dit-elle ; la prochaine fois que je serai marraine, je donnerai les dragées à tous les enfants, mais je ne les jetterai pas.

               — Ni moi les centimes, dit Pierre, je les donnerai comme toi.

 

Comtesse de Ségur

Les Mémoires d'un âne

barbe à papa

 

Un jour, au fond d’un lointain boulevard extérieur, nous découvrîmes une fête foraine.

           Nous goûtâmes la barbe à papa. Cette mousse de sucre blanche et rose qu’on enroule dans une bassine tournoyante autour d’un petit bout de bois.

                “ Je mange la barbe de Victor Hugo, dit-elle. ”

Paul Guth

Le mariage dunaïf

barre

 

C’est à cause de cette sotte Hélène que je supportai distraitement, moins agréablement, la présence de Vial, l’après-midi suivant. Il m’avait cependant apporté du nougat en barres et des branches de caroubier à fruits verts, qui demeurent longtemps fraîches si on les fiche dans des jarres emplies de sable humide.

Colette

La Naissance du jour

basque (gâteau)

 

— Leurs gâteaux ? dit Louise avec à peine moins de consternation que si les gâteaux Maisonnave eussent été normalement assaisonnés de strychnine. Mais c’est la ruine de l’estomac ! Moi, ils me rendent malade. C’est bien simple, je ne peux pas les supporter. Je fais exception pour leur tarte basque, ajouta-t-elle d’un air impartial.

              — Oui, leur tarte basque est très bonne, dit Pauline.

           — Je vais vous dire pourquoi, c’est parce qu’elle ne contient pas de crème, dit Louise comme on donne la clef d’un mystère.

Jean-Louis Curtis

La Parade

bâton

 

On fait encore du bâtonage avec des pâtes de coins, de pommes, que l’on étend sur des feuilles de cuivre, de l’épaisseur de trois écus de six francs, & que l’on fait sécher à l’étuve ; alors on les coupe de telle longueur & largeur que l’on veut, en les faisant sécher de nouveau à l’étuve, jusqu’à ce que les bâtons soient fermes ; on les met au candy, & on en dresse des pyramides.

Joseph Gilliers

Le Cannaméliste français

 

Tout n’était que lumière, poussière, cris, joie, tumulte ; les uns dépensaient, les autres gagnaient, les uns et les autres également joyeux. Les enfants se suspendaient aux jupons de leurs mères pour obtenir quelque bâton de sucre, ou montaient sur les épaules de leurs pères pour mieux voir un escamoteur éblouissant comme un dieu. Et partout circulait, dominant tous les parfums, une odeur de friture qui était comme l’encens de cette fête.

Charles Baudelaire

Petits Poèmes en prose : Le Spleen de Paris

 

[…] le plus beau des obélisques de neige levait assez fièrement encore son aiguille diminuée par les dégels, comme un bâton de sucre d’orge que les enfants transforment en pointe aiguë à force de le sucrer.

Alexandre Dumas

Le collier de la Reine

 

Ils étaient las tous les trois et chargés de porcelaine, de verrerie, de mirlitons, de bâtons de sucre de pomme, de pains d’épice et de macarons.

Anatole France

Les désirs de Jean Servien

 

Comme elle passait ainsi devant le wagon pour la dixième fois peut-être, le marchand de sucre qui l’avait observée sortit de chez lui, deux bâtons de guimauve à la main et s’approchant d’elle :

         “ Tu as du chagrin, ma fille, dit-il d’une voix apitoyée.

         — Oh ! monsieur..

        — Eh bien, tiens, prends ça, — il tendit ses bâtons de sucre, les douceurs c’est bon pour la peine. ”

Hector Malot

En famille

 

Dans ma poche, mes doigts rencontrèrent un sou ; je songeai qu’il était destiné, dans le secret de mon cœur, à l’achat d’un bâton de réglisse […].

Marcel Pagnol

La petite fille aux yeux sombres

 

Chaque leçon se terminait par l’offrande d’une poignées de boules de gomme ou d’un bâton de réglisse d’Uzès.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

baumkuchen

 

— Et maintenant, dit-il, je voudrais que nous goûtassions..

               — On peut dire “ goûtions ”.. rectifia Colette.

              —… goûtions ensemble ce beau gâteau qui est une spécialité de mon pays.

           Il leur montrait un gâteau-arbre, une sorte de tronc conique, creux dans le milieu et rugueux d’une écorce en sucre glacé.

        — Oui, dit Madame Baudoche, à condition que vous me permettiez d’y joindre une bouteille d’un vieux bordeaux qui me vient de la famille V..

Maurice Barrès

Colette Baudroche

beignet

 

Oublie sucrée, bugnets cornus, gauffre frétillante : quoiqu’elle ressemble à une fenêtre, elle n’éclaire pourtant pas le ventre ni l’estomac.

Rôti-Cochon

 

[…] et, quoique jadis entre les Grecs d’icelle [herbe Pantugrelion / chanvre ] l’on fît certaines espèces de fricassées, tartes et beignets, lesquels ils mangeaient après souper par friandise et pour trouver le vin meilleur […].

François Rabelais

Le Tiers Livre

 

Les indigènes tirent de dessous ce sol des graines qui ont l’apparence de fèves ; ils les font frire, les mangent, et leur saveur est comme celle des pois chiches frits. Quelquefois, ils font moudre ces graines pour en fabriquer une espèce de gâteau rond spongieux, ou beignet, qu’ils font frire avec le gharti [karité] ; on appelle ainsi un fruit pareil à la prune, lequel est très sucré, mais nuisible aux hommes blancs qui en mangent.

Ibn Battûta

Voyages, III. Inde, Extrême-Orient, Espagne & Soudan

Fannelly, dont la petite bourse était toujours la mieux garnie et qui avait l’art de faire acheter en cachette par le portier tout ce qu’elle voulait, nous préparait sans cesse des surprises de gourmandise. C’était un melon magnifique, des gâteaux, des paniers de cerises ou de raisin, des beignets, des pâtés, que sais-je ! Elle s’ingéniait à nous régaler toujours de quelque chose d’inattendu et de prodigieux.

George Sand

Histoire de ma vie

 

Il se retourna et aperçut, déjà sur la table, des champignons, des petits pains feuilletés, des œufs au plat, des beignets, des crêpes, et toutes espèces de bouchées, à la ciboule, au pavot, au fromage blanc, aux éperlans.

Nicolas Gogol

Les Âmes Mortes

 

Et à la maison tout le monde était gai, jusqu’aux petits.

          Ma mère avait fait des beignets et des gaufres de sarrasin pour le jour de la noce, qui était le mardi de la saint-Jean d’été.

Alphonse de Lamartine

Le tailleur de pierres de Saint-Point

 

Que l’on ajoute à cette nomenclature les saucières où tremblotaient des “ relishs ” de vingt espèces, les montagnes de légumes, mûris aux derniers jours de l’été indien, les pâtisseries de toutes sortes et plus particulièrement des croquignoles ou beignets, pour la confection desquels les filles de Catherine Harcher jouissaient d’une réputation sans égale […].

Jules Verne

Famille sans nom

 

Puis des fritureries en plein vent, entourées d’une odeur âcre de graisse brûlée, de grandes flammes montant rose dans le jour, autour desquelles s’activaient des marmitons vêtus de blanc derrière des piles de beignets sucrés.

Alphonse Daudet

Les Rois en exil

 

 

Le cœur gros et les yeux pleins, elle geignit longuement, puis elle dîna chez une camarade et s’offrit une telle indigestion de beignets que, ne pouvant arrêter le bal de son estomac, elle l’accompagna, en musique, de hoquets et de points d’orgue.

Joris-Karl Huysmans

Les sœurs Vatard

 

“ Allons, Norine, fais-nous frire des beignets ! Et va qu’ri une bouteille de vin ! ”

           Raboliot finissait par céder. Le vin coulait frais dans la gorge, vous laissait au palais une rustique et bonne âpreté. Sous leur croûte dorée, les beignets vous brûlaient la langue, s’amollissaient de farine onctueuse, de pomme fondante, pesaient à l’estomac comme du pain sans levain.

Maurice Genevoix

Raboliot

 

Devant chaque cuisine une étagère expose les ingrédients du menu. Bols contenant des perles de cristal mou, cheveux d’ange, […] semoules de neige, le letchi qui est un baiser en conserve, […] sirops de roses et les bottes de canne à sucre et les beignets au miel.

Jean Cocteau

Mon Premier Voyage

 

Au dernier moment, Mme Colu, considérant les pommes de son compotier, a choisi les plus rondes : des fenouillettes et des court-pendus, qui, pelées d’un seul glissement de couteau, donnent une belle épluchure en vrille et se retrouvent épépinées, débitées en tranches dans la jatte pleine de pâte à l’œuf. L’huile bouillonne dans la friture, et à l’odeur, tout le quartier doit savoir que nous allons manger des beignets.

 

Hervé Bazin

 L’huile sur le feu

 

« Le soleil a plié ses genoux

Le marchand de beignets a mis les bouts

Dans l’arène un taureau sanguinaire

Est tombé le nez dans la poussière

Ma poupée s’éveille et dit j’ai faim

[…].

Pierre Perret

La sieste

 

[…] le déjeuner pascal du Ristorante “ Arche ” […] fut composé […] de quatre antiparti […], de quatre plats et de quatre desserts, dont une Torta di tagliatelle, des fraises à la crème, des beignets au chocolat et des prunes alla grappa.

François Nourrissier

Le musée de l’homme

 

Chanson des bures (ou « buires »)*

 

Allons, jeunes gens, au haut du champ Lauron,

Plantez le sapin.

Entourez  les fagots de genêts et de paille !

Coupez les corées**, faites des chidolles*** !

Allons, fillettes, hier encore, les bures

Faisaient hurler votre quenouille et votre fuseau.

Hier encore, vous vous demandiez :

Verrai-je belle chidolle brûler pour moi ?

Offrirai-je le beignet à mon fiancé ?

Espérance ! les bures s’allument !

La mère, je crois qu’aux bures on marie votre fille.

Belle chidolle, qui dans le ciel passe, pour qui brûles-tu ?

Ohé ! la mère, préparez les beignets !

C’est votre Pétronille qui vient d’être fiancée.

Sainte-Marie-Loraine

milieu du XIXsiècle

 

* Fête des Bures ou des Brandons : premier dimanche de Carême.

** Corée : baguette de noisetier que l’on introduit dans la chidolle pour la lancer après l’avoir enflammée.

*** Chidolle : rondelle de bois percée au milieu.

 

 

Un parfum de beignets viennois

 

Àce moment, un parfum de caramel, de pâte chaude envahit l’atelier où tombait le crépuscule en fine poussière décolorante ; et la fée* apparut, un plat de beignets à la main, une vraie fée, parée, rajeunie, vêtue d’une tunique blanche qui laissait à l’air, sous des dentelles jaunes, ses beaux bras de vieille femme, les bras, cette beauté qui meurt la dernière.

             — Regarde mes kuchlen, mignonne, s’ils sont réussis cette fois… Ah ! pardon, je n’avais pas vu que tu avais du monde… Tiens ! Mais c’est M. Paul… Ça va bien, monsieur Paul ?… Goûtez donc un de mes gâteaux…

            Et l’aimable vieille, à qui ses atours semblaient prêter une vivacité extraordinaire, s’avançait en sautillant, son assiette en équilibre au bout de ses doigts de poupée.

          “ Laisse-le donc, lui dit Félicia tranquillement. Tu lui en offriras à dîner.

                — À dîner ? ”

              La danseuse fut si stupéfaite qu’elle manqua renverser la jolie pâtisserie, soufflée, légère et excellente comme elle.

Alphonse Daudet

Le Nabab

* Ancienne danseuse, l’Autrichienne Constance est désormais au service de Félicia, elle aussi autrichienne, sculpteur à Paris. 

Bouchot, lithographie, 1840.

Le marchand de beignets

 

Devant le foyer, se tenait, assis en tailleur, un étrange personnage en culottes arabes, le torse à demi nu aux jours et aux heures de chaleur, vêtu les autres jours d’une veste européenne fermée dans le haut des revers par une épingle à nourrice, qui ressemblait, avec sa tête rasée, son visage maigre et sa bouche édentée, à un Gandhi privé de lunettes, et qui, une écumoire d’émail rouge à la main, surveillait la cuisson des beignets ronds qui rissolaient dans l’huile. Quand un beignet était à point, c’est-à-dire lorsque le pourtour était doré tandis que la pâte extrêmement fine du milieu devenait à la fois translucide et craquante  (comme une frite transparente), il passait sa louche avec précaution sous le beignet et le tirait prestement hors de l’huile, le faisait ensuite égoutter au-dessus de la bassine en secouant trois ou quatre fois la louche, puis il le posait devant lui sur un étal protégé par une vitre et fait d’étagères percées de trous sur lesquelles étaient déjà alignées, d’un côté les petites baguettes des beignets au miel déjà préparées, et de l’autre, plats et ronds, les beignets à l’huile. Pierre et Jacques raffolaient de ces pâtisseries et, lorsque l’un ou l’autre, par extraordinaire, avait un peu d’argent, ils prenaient le temps de s’arrêter, de recevoir le beignet à l’huile dans une feuille de papier, que l’huile rendait immédiatement transparente, ou la baquette que le marchand, avant de la leur donner, avait trempée dans une jarre placée près de lui, à côté du four, et pleine d’un miel sombre constellé de petites miettes de beignets. Les enfants recevaient ces splendeurs et y mordaient, toujours courant vers le lycée, le torse et la tête penchés en avant pour ne pas salir leurs vêtements.

Albert Camus

Le Premier Homme

bénit (pain)

 

« L’esté luy donnoys des raisins,

Des pommes, des prunes, des poires,

Des pois vertz, des cerises noires,

Du pain beneïst, du pain d’espice,

Des eschauldés, de la reclisse,

Du bon succre, et de la dragée.

Clément Marot

Églogue au Roy

 

[…] et puis ce “ gâteau au beurre” avec lequel la tante Nanette “ rendait le pain bénit”, gâteau si délicat, si appétissant, si joliment doré sous sa fine croûte brune, que M. le curé nous le réquisitionnait plus souvent qu’à notre tour.

Émile Blémont

Souvenirs de Lorraine cités par Edmond Richardin (Art du Bien Manger1913).

bergamote

 

Le romarin, la lavande, la bergamote, l’oranger forment ici de grands objets de culture. La moitié de l’Europe tire d’ici ses essences. 

Arthur Young

Voyages en France pendant les années 1787, 1788, 1789

 

J’allais quitter mes aimables hôtes lorsque Tharsitza […] remplit mes poches de limons et de bergamottes. Ce dernier fruit est une espèce d’orange verte dont la chair est acide, mais dont le parfum est exquis.

Louis-Marie Demartin du Tyrac, vicomte de Marcellus

Souvenirs de l’Orient

 

Mais la rue Montorgueil et le magasin de Provence et d’Italie ! quel atelier ! les amours y battent la moelle de bœuf et la bergamote ! Et poudre maréchale, amidon de Hollande, poudre à la rose muscade, rien n’est bon, rien n’est de ton, rien n’a une fleur d’arome, qui ne vient du magasin de Provence.

Edmond et Jules de Goncourt

Histoire de la Société Française pendant le Directoire

 

Puis, le café est remplacé sur le tabouret-table par quatre grands pots de confitures de Constantinople, confitures de bergamote, de fleurs d’oranger, de roses, et d’une sorte de mastic blanc, vous mettant dans la bouche le pays qu’on a dans l’oreille.

Edmond et Jules de Goncourt

Journal, vol. 2 — 1862-1865

 

Je lui tendis une boîte de bergamotes Lillig. […] Seinecé aimait les bergamotes. Et c’est vrai que c’était beau dans la lumière […] ces petits bouts de verroteries jaunes et translucides et cassantes, avec ce secret de poire, ce complot de poire qui les hante et qui en embarrasse peut-être parfois le goût.

Pascal Quignard

Le salon du Wurtemberg

berlingot

 

Et les enfants étaient heureux de cette fête printanière ; plus heureux encore des richesses en perspective, du petit sou, prix des balles trouvées, du petit sou qui leur permettrait d’acheter le dimanche suivant, à la marchande établie devant la porte de l’église, deux berlingotsà la menthe, deux gros berlingots de deux liards pièce.

Jean-Henri Fabre

Souvenirs entomologiques

 

Et ils demeurèrent fort embarrassés devant le problème d’une friandise à choisir pour la fille à la vache.

        Luc opinait pour un morceau d’andouille, mais Jean préférait des berlingots, car il aimait les sucreries. Son avis l’emporta et ils prirent, chez un épicier, pour deux sous de bonbons blancs et rouges.

Guy de Maupassant

Monsieur Parent et autres histoires courtes

 

En ville, où nous pouvions mettre un nom sur tous les logis, sur toutes les boutiques familières à nos yeux depuis l’enfance, cette impression de vide et d’abandon devint encore plus saisissante. Fermée, la pharmacie Bézuquet de la placette, l’armurier Costecalde fermé pareillement, et la confiserie Rébuffat, “ À la renommée des berlingots ”.

Alphonse Daudet

Port-Tarascon, Dernières aventures de l’illustre Tartarin

 

— Il nous donnait des berlingots, dit mademoiselle Bergeret.

                   — Il ne disait rien que de sage, d’élégant et de beau, reprit M. Bergeret, et cela nous faisait peur.

Anatole France

Monsieur Bergeret à Paris

 

Mon œil, en pêle-mêle, s’offre d’énormes et mobiles noces de Gamache* servies par des majordomes à casquette laurée d’argent et d’or, à l’accent qui chromatise de l’ail au saucisson, du saucisson au berlingot, du berlingot au nougat, du nougat au guignol, du guignol à telles autres singularités consécutives.

Saint-Pol-Roux

La Rose et les épines du chemin

 

* Cette expression désignant un copieux festin vient des noces de Gamache décrites par Cervantès dans Don Quichotte.

 

Le printemps étant lent et doux et se prolongeant en de douces soirées tièdes, il m’arrivait souvent de m’attarder dans l’enclos du Palais-Royal, jusqu’à l’heure où les vieilles dames, autrefois galantes, qui règlent la cote des berlingots et des cordes à sauter, dans des kiosques pointus, ferment boutique et regagnent leurs demeures, où les enfants, las de courir, s’asseyent sur les bancs et soufflent, où les gardiens rébarbatifs, enfin, sifflent, crient et ferment les grilles à lances dorées afin d’isoler dans un carré impénétrable tout l’air pur et respirable du quartier. 

Edmond Jaloux

L’Escalier d’Or

 

Ils se retrouvèrent sur la place, dans la lueur sifflante des quinquets. L’odeur d’ail de l’acétylène flottait maintenant dans la poussière avec celle des berlingots.

Maurice Genevoix

La Loire, Agnès et les garçons

 

Stépha revint de Lourdes ; elle rapportait pour les petits une grosse boîte de berlingots : “ C’est très gentil, Mademoiselle, lui dit madame Mabille d’un air glacé, mais vous auriez pu vous épargner cette dépense : les enfants n’ont pas besoin de vos bonbons. ”

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

 

À côté de Bigot, il y avait Rémusat, élève de sixième B. Il était blond et mince, et sa belle écriture était célèbre, tout au moins dans notre étude. Son père était confiseur : tous les matins, il tirait de sa poche un petit sac de papier blanc et nous distribuait des berlingots, et parfois même des chocolats remplis de puissantes liqueurs.

Marcel Pagnol

le Temps des secrets

 

Delphine ouvrait une boîte en fer, elle prenait un berlingot et pour la dernière fois je vis l’enfant qui tendait un berlingot à son père.

Pascal Quignard

Le salon du Wurtemberg

 

Ils partageaient alors, non sans discussion avec le petit Jean, les gros berlingots à la menthe, les cacahuètes ou les pois chiches, séchés et salés, les lupins appelés tramousses ou les sucres d’orge aux couleurs violentes que les Arabes offraient aux portes du cinéma proche, sur un éventaire assiégé par les mouches et constitué sur une simple caisse de bois montée sur roulement à billes.

Albert Camus

Le premier homme

bêtise

 

[…] mademoiselle Thérèse, sa cadette, me plaisait par son humeur égale et riante ; elle excellait à faire des bêtises. On appelait ainsi des bonbons au caramel qu’on servait dans une petite caisse de papier, ce qui me paraissait un grand effet de l’art.

Anatole France

Le Petit Pierre

Au pays des carillons et des jacquemarts,

la légende de Martin-Martine

 

Les gins d’Cambrai, ché des Tintins, des Titines,

Ché l’z’infints d’Martin et d’Martine ;

Cha m’a té raconté étint tiot

Qu’chéto les per’ et mèr’ des Camberlots.

 

Cha n’métonn’point qui sont si grinds ;

D’chés vieux-là, ché les descindints,

Des futurs sonneus d’cloques d’profession

Qu’in intindra d’Cambrai à Marquion.

 

Martin et Martine, cha té des modèl’ d’leu timps ;

Y ont vécu vieux, héreux et toudi contints ;

Leurs portraits s’trouvent dins tous les mazons,

Même dins les quartiers de l’garnison.

 

Si l’commerce va bien, à qui l’do-t-on ?

J’va vo l’dir…, à vos taïons,

Awi, ché à Martin et à Martine

Qui vivon’ du timps d’sainte Catherine.

 

In effet, un jour Martin, comm’y éto charcutier,

Dit à s’femme qui va quinger d’métier :

L’z’indouill’ d’Cambrai sont trop bon marché.

J’va fair’d’z’indouillett’ pour m’rattraper.

 

Martine répond : “ Mi oussi, min brav’ Martin,

‘vas cuir des bios tiots pains,

Qué j’vindrai  aux gins des z’invirons

Quind y verront in vill’fair’ leurs provisions.

 

J’les f’rai in forme d’deux côtes

Et puis, j’leu donn’rai l’nom d’ biscottes ;

Aveucq’ du bon chuc, j’f’rai des ballons

Pou fair’ minger aux tiotes fill’, aux tiots garchons.

 

J’nomm’rai chés chuquardes des bêtiss’ ;

J’y ajout’rai, si y faut du bo d’régliss’ ;

Ch’commerce-là, j’sus sûr qui no rapport’ra

Davintage que d’tuer des pourchios gras. ”

 

Quind Martin et Martine ont té pou mourir,

Tout Cambrai éto d’solé d’les vir’ partir ;

Mais Afchain, l’méieu des garchons,

Y a r’pris l’commerce d’leu mazon.

 

D’puis, cha march’ferme, la boutiquall’,

Les indouill’, les indouillett’, n’y a pas leu égal,

Pas pu qu’les bêtiss’ et les biscottes

Qui sont connues comm’ desserts à la mote.

 

La vill’ reconnaissante a l’vé un piédestal

À Grind-Père et Grind’Mère, pour services rendus à l’houstifall’

Aveucq l’poste d’confiance d’sonner les heures,

Sins jamais s’avoir trompé d’un quart d’heure.

 

Batisse Bourlon*,

Fantaisie en bouts rimés

 

Poète-verrier d'Aniche.

bille

 

J’allais à la cachette de la cassonade. Je choisissais une petite bille de sucre roux. Pendant que ça fondait sur ma langue, je m’accroupissais dans la logette entre le sac des pois chiches et la corbeille des oignons […].

Jean Giono

Le Voyageur immobile,dans L’Eau vive

biscotin

 

Le roi mettait dans ses poches force biscotins pour ses chiennes couchantes.

Saint-Simon

Mémoires

 

Elles [confiseries aixoises] ne se contentent pas de la préparation de l’amande ; elles fabriquent en quantité des biscotins renommés, confisent les fruits [ …].

Ardouin-Dumazet

Voyage en France

biscotte

 

Là-haut, sur des rayons, parmi les salaisons, les conserves aux mille flacons, aux mille boîtes de fer-blanc, les friandises spéciales à chaque ville, les coques et les barquettes de Nîmes, le nougat de Montélimar, les canissons et les biscottes d’Aix, enveloppes dorées, étiquetées, paraphées.

Alphonse Daudet

Numa Roumestan

 

Au second acte, une autre impression lui vint. L’air “ Une fièvre brûlante ” évoqua en lui l’image de sa grand-mère, qui le chevrotait sur le velours d’Utrecht de sa bergère ; et il eut, pendant une seconde, dans la bouche, le goût des biscottes qu’elle lui donnait, tout enfant, lorsqu’il avait été sage.

Joris-Karl Huysmans

À vau l’eau

 

[…] je me terrai au fond de mon appartement, ne sortant pratiquement plus, ne me nourrissant plus que de biscottes au gingembre et de thé en sachet […].

Georges Perec

La Vie mode d’emploi

 

La biscotte crisse. Elle devient le sable qui égrène le temps parfumé à la confiture ou au miel parmi les vapeurs de thé.

Noëlle Châtelet

La dame en bleu

biscuit

 

Il [le Roi] trouva sur le compte des biscuits que l’on avoit donnés à M. de La Vrillière. Dans ce même moment, M. de La Vrillière entra. Il lui dit brusquement : “ À ce que je vois, La Vrillière, vous aimez fort les biscuits. ”

Tallemant des Réaux

Historiettes

 

[…] à l’époque où se répandit en France la maladie infâme que l’Europe a reçue de l’Amérique, on fit à Paris des gâteaux secs, qu’on nomma bis-cuits, & qui furent ordonnés par les Médecins dans le traitement de ce mal honteux.

Le Grand d’Aussy

Histoire de la vie privée des François…

 

Mr. Fogg et la jeune femme, fort heureusement réfractaires au mal de mer, mangèrent avec appétit les conserves et le biscuit du bord.

Jules Verne

Le Tour du Monde en quatre-vingts jours

François Boucher, Le Marchand de biscuits,

Gilles Demarteau graveur, XVIIIe siècle. 

Le soir surprit les voyageurs au milieu de ces travaux. Leur souper se composa de pemmican, de biscuits et de thé. La fatigue après leur avoir donné l’appétit, leur donna le sommeil.

Jules Verne

Cinq semaines en ballon

 

Maman et grand’mère étaient très affairées : elles préparaient les belles chaînes de papier de couleur, les paniers pour les bonbons, les noix dorées ; elles mettaient des ficelles aux biscuits, aux pommes conservées tout exprès pour l’arbre. Enfin le grand jour est arrivé. Le sapin du père Jousse, déraciné et transporté par Chamay, le charron, est là, paré, brillant !

Madame Henri de La Ville de Mirmont

Contes de Noël

Octave Denis Victor Guillonnet, vers 1910.

Maison Fossier, Reims.

Biscuiterie Lolmède, Angoulême (Charente).

— Il faut pourtant que j’essaie de manger un peu, se dit-il. Et il tenta de tremper un biscuit dans un vieux Constantia de J.-P. Cloete, dont il lui restait en cave quelques bouteilles.

Joris-Karl Huysmans

À Rebours

 

Je vais vous envoyer quelques livres. Vous recevrez également, ô très gourmande, une collection de confitures et une boîte de biscuits Coronation — qui me semblent meilleurs que les Maïzena.

Gabriele D’Annunzio

Sous ad Solam, 18 octobre 1907, « La Capponcina »

 

Où sont-ils eux-mêmes ces biscuits complices agréables du vin ? Biscuits trapus qu’une membrane fragile reliait par files de quatre, qui semblaient de pierre, mais défaillaient fondants, au contact du vin ? Biscuits roses, légèrement vanillés, destinés aux crus rouges, et biscuits excellents fabriqués à Montbozon, qui sont devenus introuvables.

Colette

Les Six à huit des vins de France

 

Ils se mirent à rire tandis que Jarnigoine sortait du sac une bouteille de vin et un gros biscuit dans son moule.

Bernard Clavel

Compagnons du Nouveau-monde

Imp. Graf. Bonetti, Milano, 1932, 99 x 140 cm.

Au coin de la rue Rambuteau, debout au milieu des vitrines vides du grand magasin de nouveautés, des commis bien mis, en gilet, avec leur pantalon collant et leurs larges manchettes éblouissantes, faisaient l’étalage. Plus loin, la maison Guillout, sévère comme une caserne, étalait délicatement, derrière ses glaces, des paquets dorés debiscuits et des compotiers pleins de petits-fours.

Emile Zola

Le Ventre de Paris

 

Il y avait des boutiques de petits commerçants, joailliers en savates, […] ; des fruiteries où l’on vendait du lait et des soldats de plomb; des épiceries où s’entassaient, séparés par des cloisons de verre, des amas de pommes tapées, aux pelures froncées et couleur d’amadou, des vagues d’amandes blondes, des piles de sucre candi, des biscuits Guillout, des meules de gruyère, des confitures orangées ou roses, limpides ou bourbeuses, des litres rouges, des tambours en bois où se liquéfiaient les chairs dissoutes des géromés à l’anis […].

J.-K. Huysmans

Marthe : histoire d’une fille

Une comptine

Un petit biscuit qui craque, craque

Un petit biscuit qui croque

Un petit biscuit qui craque, craque

Un petit biscuit qui croque

C'est mieux qu'un bonbon

C'est mieux qu'un bonbon

C'est mieux qu'un bonbon

Qui colle (bis)

 

Une petite noix qui craque, craque

Une petite noix qui croque

Une petite noix qui craque, craque

Une petite noix qui croque.

Anon., 1955, Oulevay, Morges, Suisse,

Imprimerie Marsens, Lausanne,  90 x 127 cm.

Carte postale, coll. A.P.-R.

Italie, vers 1949, 36 x 51 cm.

Viktor Rutz, 1939,

imp. Druckerei Paul Bender, Zollikon, CH,

128 x 90,5 cm.

Emil Ebner, 1951, Oulevay, Morges, Suisse,

imp.. Marsens, Lausanne,  CH, 90,5 x 127,5 cm.

A écouter :

• Spike Jones, Pass the biscuits, Mirandy, 1942.

https://www.youtube.com/watch?v=pgn_aNCBXKw

 

blanc-manger

 

Ils avaient un Cuisinier avec eux en cette occasion,

pour faire bouillir les poulets avec les os à moelle,

et la poudre-marchande piquante et le souchet.

Il savait bien reconnaître une rasade de bière de Londres.

Il savait rôtir, et bouillir, et griller, et frire,

faire le mortreux, et bien cuire au four un pâté.

Mais c’était grand dommage, à ce qu’il me parut, que sur son tibia il eût un chancre ;

car le blanc-manger, il le faisait à la perfection.

Geoffroy Chaucer

Contes de Canterbury

 

Pour ma part, toutes les fois que je vois un maître d’hôtel tout près d’escamoter, par une manœuvre habile, un fricandeau ou un blanc-manger, je l’appelle aussitôt et l’oblige, de gré ou de force, à enfoncer dans ce chef-d’œuvre un acier destructeur qui ne laisse plus que des ruines fumantes.

William Makepeace Thackeray

Le Livre des Snobs

 

Chez maître Brunel, la chère était bonne, la table réputée. […] flans, crèmes, cresson pour se rafraîchir la bouche, blancs-mangers, amandes, noix, fruits confits se succédèrent.

Jeanne Bourin

La chambre des dames

 

Un valet apporta des pains d’amandes. Pour se consoler du malheur d’autrui, la marquise, qui avait le cœur tendre, reprit un peu de blanc-manger. On mit en pièces quelques ministres entre deux sorbets ; on dévora des pommes au four et des généraux en cour. On loua pêle-mêle les physiocrates, les parlements, les jansénistes, et le café ; on blâma la favorite. On déchiqueta la Dauphine ; on grignota des pralines ; on se régala de on-dit. Bref, on fit tout de qu’on fait aujourd’hui dans un dîner de Paris […].

Françoise Chandernagor

L’enfant des Lumières

 

Au début du dîner, les convives avaient trouvé sur la table, outre les biscuits et les dragées, diverses sortes de confitures et de petits plats de manjar blanco répartis un peu partout.

          Le blanc-manger, que l’on aura reconnu sous ce nom espagnol, était une épaisse purée faite de blanc de poulet, de crème de riz, de sucre, d’amandes blanches, de lait de chèvre et d’agua rosadaou eau de rose. Tous ces ingrédients étaient longuement pilés dans un mortier, puis cuits à feu doux dans un récipient que l’on réservait à ce seul usage. Ce mets accompagnait presque tous les plats, surtout les plats de viande.

Orazio Bagnaco

Le banquet

boîte

 

Coll. A. P.-R.

C’était une boîte en or, ronde, plate et assez simplement guillochée.


Cette boîte renfermait quelques pastilles de chocolat parfumé ; mais, si plate qu’elle fût, il était visible que cette boîte avait un double fond, dont la comtesse fut quelque temps à trouver le secret ressort.

Alexandre Dumas

Le Collier de la Reine

 

Elle examinait la belle femme, un couvercle de boîte à pastilles, doré et verni, que Zéphyrin avait essuyé avec soin.

Émile Zola

Une page d’amour

 

[…] Mme Charles voulut absolument qu’on descendit la malle, pour faire ses cadeaux. Elle l’ouvrit, en tira la robe et le bonnet qui arrivaient un peu tard, sortit ensuite les six boîtes de bonbons qu’elle donnait a l’accouchée.

            — Ça vient de la confiserie de maman ? demanda Elodie, qui les regardait.

Émile Zola

La Terre

Coll. A. P.-R.

Il reconnut Gundermann faisant sa petite promenade de santé, il le regarda entrer chez un confiseur, d’où ce roi de l’or rapportait parfois une boîte de bonbons d’un franc à ses petites-filles.

Émile Zola

L’argent

 

— Honneur et gloire à de tels tempéraments voués au grand art ! ajoutait avec des simagrées de respect un aquarelliste, mièvre illustrateur pour boîtes de confiserie et couvertures de romances. 

Louis Mullem

Contes d’Amérique

 

Un jour — mon Dieu ! ai-je ri ce jour-là ! — j’arrivai muni d’une boîte de biscuits dont chacun recelait, si j’ai bonne mémoire, soixante-quinze centigrammes de scammonée.

           Toute la classe ne fit qu’une bouchée de ces friandises traîtresses, mais c’est une heure après qu’il fallait voir les faces livides de mes petits camarades ! Mon Dieu ! ai-je ri !

Alphonse Allais

Loufoquerie, « Contes Humoristiques »

Coll. A. P.-R.

Les rues de Paris, à l’approche de la nouvelle année, ressemblaient à des rangées de gigantesques boîtes de bonbons et de jouets, de fruits confits, de bijouterie et de maroquinerie, que les brumes et les frimas enveloppaient comme d’ouate et de toile d’emballage.

Anatole France

La vie en fleur

 

Sur ces entrefaites, un domestique de la cour apporta de la part du grand-duc une belle montre en or, et de la part de la jeune princesse une boîte d’excellents bonbons. L’un et l’autre cadeau faisaient grand plaisir à Christophe ; il ne savait trop lequel lui en faisait le plus ; mais il était de si méchante humeur qu’il n’en voulait pas convenir ; et il continuait de bouder, louchant vers les bonbons, et se demandant s’il conviendrait d’accepter les dons d’une personne qui avait trahi sa confiance.

Romain Rolland

 Jean-Christophe, « L’Aube »

 

Au dessert M. Fabère arriva en surprise avec de grands paquets. On lui fit fête. Il offrit à maman une boîte de laque pleine de chocolat ; à grand’mère une petite pendule ancienne.

Léon Daudet

Le Partage de l’enfant

 

Pendant que j’écris, ma fille est toujours là. Elle lit, et sa main va d’une corbeille de fruits à une boîte de bonbons. C’est une enfant d’à présent.

Colette

Vrilles de la vigne

 

Et deux Américaines m’ont fait venir, venu de l’Ouest, venu de l’Est, deux de ces colis américains qui réjouissent la vue comme le palais, tant les papiers d’argent, les cartons glacés, les enveloppes fleuries, les boîtes vernissées doublent l’attrait des pruneaux, des gâteaux, des farines pures, des raisins de Malaga et des sucreries translucides qu’ils contiennent.

Colette

Le Fanal Bleu

 

Mon bureau était toujours orné de fleurs ; […] la petite table à thé ne manquait jamais de napperons et de boîte à biscuits.

Alberto Moravia

Le Mépris

 

Un chocolat, Jeanne ? dit Louise vivement, et elle présenta une boîte aux trois quarts remplie de chocolats enrobés dans du papier d’argent. Ce sont des “ points d’interrogation ”, vos favoris.

Jean-Louis Curtis

La parade

 

Nous mangeons beaucoup de gâteaux secs, remarquablement quelconques, mais qu’une maison locale empile encore, sur huit couches, dans de grandes boîtes de fer-blanc.

Hervé Bazin

Le Matrimoine

 

Elle allait sortir, mais elle se ravisa et prit sur un meuble une grande boîtede carton, toute pleine de glands en chocolat, et une petit panier rond, surmonté d’une ganse de ruban et garni de fruits confits de toutes les couleurs.

           — Tapez là-dedans, me dit-elle, et n’ayez pas d’inquiétude.

Marcel Pagnol

Le temps des amours

 

Elle sourit, se leva, ouvrit son armoire de bois peint et en sortit une boîte ovale avec des dragées roses, bleues et blanches reposant sur du papier dentelé.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

 

Tous les jours arrivaient des fleurs, des boîtes de bonbons et de chocolats, de petits cadeaux bien choisis pour chacun.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

 

Avant la guerre, elle travaillait dans une fabrique de cartonnages, qui faisait […] des boîtes fantaisie — à gants, à cigarettes, à chocolats, à pâtes de fruits — avec des décorations au pochoir.

Georges Perec

La Vie mode d’emploi

 

 […] la femme du Gouverneur me témoigna une generosité tout à fait grande : car elle m’envoya plusieurs boëtes de Chocolate parfumé, & une autre boëte fort grande où il y avoit de quatre sortes de conserves qui estoient toutes dorées par dessus, outre quantité de massepains & de biscuits […].

Thomas Gage

Nouvelle relation des Indes Occidentales

 

Je n’aurai ni paix ni repos que je ne sache la boîte de chocolat en vos mains, mon cher Marquis : M. de Tournon, capitaine de galères, s’en est chargé et m’a promis saintement de la porter à Avignon ; mais votre adresse n’est point sur cette caisse ; elle ira sans doute chez M. le chevalier de Donis ; au nom de Dieu, donnez-m’en des nouvelles.

Lettre de madame de Simiane au marquis de Caumont

Belombre, 1731

 

L’abbé de Saint-Yves et le prieur eurent chacun un bon bénéfice ; la bonne Kerkabon aima mieux voir son neveu dans les honneurs militaires que dans le sous-diaconat. La dévote de Versailles garda les boucles de diamants, et reçut encore un beau présent. Le père Tout-à-tous eut des boîtes de chocolat, de café, de sucre candi, de citrons confits, avec les Méditations du révérend père Croiset et la Fleur des saints reliées en maroquin.

Voltaire

L’Ingénu

 

Mais, au moment où la voiture partait, il rencontra le visage de Lucrezia tout auprès de la portière. Elle lui adressait un adieu amical, et lui tendait une boîte de chocolat qu’il prit machinalement avec un profond salut glacé, et qu’il jeta ensuite avec humeur sur la banquette devant lui.

George Sand

Lucrezia Floriani

 

Voilà un pauvre diable qui court la rue, grelottant sous un habit noir, étranglé par une cravate blanche, pestant contre la pluie, le jour de l’an et les voitures, défendant sa vie contre un cabriolet impétueux, et sa toilette contre les crachements d’une roue de fiacre.

        Une trogne de polichinelle grimace hors de sa poche, et deux lacets roses, qui trahissent des boîtes de chocolat, lui tombent sur les talons.

          C’est un honnête employé : il vient de toucher une gratification de cent francs qu’il a déjà traduite en joujoux, en bonbons, avec lesquels il ne s’amusera pas, qu’il ne mangera pas.

Nestor Roqueplan

La Vie Parisienne

 

Au dessert M. Fabère arriva en surprise avec de grands paquets. On lui fit fête. Il offrit à maman une boîte de laque pleine de chocolat; à grand’mère une petite pendule ancienne.

Léon Daudet

Le Partage de l’enfant

 

Chez le chocolatier du boulevard où l’on se fournissait d’habitude, Ies jeunes filles du comptoir étaient afiolées et ne savaient à qui répondre. […] Elles mirent même trois quarts d’heure à leur préparer les trois emplettes qu’ils firent : la première de chocolat, boîte chinoise d’un goût à la fois riche et distingué, pour la tante Capitan, que porta Clara ; la seconde, de marrons glacés, superbe cigogne en peluche pour la tante Duseigneur, que porta Sophie ; la troisième, de papillottcs mélangées de crottes contenant de la crème rose ou blanche, petite souris dans les prix doux, pour la tante Cottineau, sa vieille demoiselle de compagnie Terpsichore, et son vieux chien havanais Pepito, que porta Juliette.

Maurice Beaubourg

Visites, dans La Revue Blanche, 1900

 

Un chocolat, Jeanne ? dit Louise vivement, et elle présenta une boîte aux trois quarts remplie de chocolats enrobés dans du papier d’argent. Ce sont des “ points d’interrogation ”, vos favoris.

Jean-LouisCurtis

La parade

 

Tous les jours arrivaient des fleurs, des boîtes de bonbons et de chocolats, de petits cadeaux bien choisis pour chacun.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

 

Elle ne voulait pas que je parte. Il y avait une boîte de chocolats sur la commode et elle s’est levée pour m’en offrir. J’en ai pris un et elle a insisté pour que j’en prenne encore et encore.

Émile Ajar

L’angoisse du roi Salomon

 

Dès demain, il lui enverrait une grande boîte de chocolats fins, le plus grand format. Vermeylen serait ravi de les déguster en compagnie de sa pauvre tuberculeuse de femme dans leur sombre petite cuisine.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

bombe glacée

 

Au moment de mettre sous presse, survint une bombe glacée à la fraise gracieusement offerte par le glacier Hostetter, salon pour dames et messieurs, et le “ nous avons la douleur de vous faire part du décès de M. Tilbury Foster ”, fit place à des remerciements enthousiastes du directeur.

Mark Twain

Lelegs de 30 000 dollars

 

On leur servit de la mousse de homard, puis du canard à l’orange et enfin une bombe glacée.

Georges Simenon

Le Riche Homme

 

Tu ne crois pas que c’est un peu trop ? Du homard, puis du ris de veau, puis des bécassines, puis du foie gras. Ça fait lourd. Et puis deux fois des çoses glacées, les meringues et puis la bombe*.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

 

* Il s’agit d’une « bombe glacée Tutti Frutti » précédemment mentionnée par l’écrivain.

Carte postale, coll. A. P.-R.

bonbon

 

Ce pauvre homme voyant bien qu’il ne fallait pas se jouer à une Ogresse, prit son grand couteau, et monta à la chambre de la petite Aurore : elle avait pour lors quatre ans, et vint en sautant et en riant se jeter à son col, et lui demander du bonbon. Il se mit à pleurer, le couteau lui tomba des mains.

Charles Perrault

la Belle au bois dormant

 

Silvia. — Et moi aussi, mais que faire? Serez-vous ici sur le soir?

Arlequin. — Sans faute. (En disant cela il lui prend la main et il ajoute :) Oh les jolis petits doigts! (Il lui baise la main et dit :) Je n’ai jamais eu de bonbon si bon que cela.

Silvia rit et dit. — Adieu donc. (Et puis à part.) Voilà que je soupire, et je n’ai point eu de secret pour cela.

Marivaux

Arlequin poli par l’Amour

 

J’avais les défauts de mon âge ; j’étais babillard, gourmand, quelquefois menteur. J’aurais volé des fruits, des bonbons, de la mangeaille ; mais jamais je n’ai pris plaisir à faire du mal, du dégât, à charger les autres, à tourmenter de pauvres animaux.

Jean-Jacques Rousseau

Les Confessions

 

Remarquez qu’on ne fait jamais donner par l’enfant que des choses dont il ignore la valeur, des pièces de métal qu’il a dans sa poche, et qui ne lui servent qu’à cela. Un enfant donnerait plutôt cent louis qu’un gâteau. Mais engagez ce prodigue distributeur à donner les choses qui lui sont chères, des jouets, des bonbons, son goûter, et nous saurons bientôt si vous l’avez rendu vraiment libéral.

Jean-Jacques Rousseau

Émile

 

[…] après m’être arrêté pour donner du bonbon à une petite fille de trois ans, jolie comme l’amour, et vêtue comme l’était sa bisaïeule, avec une robe à longue taille plissée, une petite coiffe à barbes et une large mouche au coin de l’œil, je me trouvai sur le boulevard du Temple, à la porte d’une guinguette où l’on se portait en foule […].

Étienne de Jouy

L’hermite de la Chaussée-d’Antin…

 

Je vis à côté de moi un jeune enfant de la maison : — mon ami, lui dis-je, allez vite souhaiter la bonne fête à madame la comtesse de M.., cette jolie dame qui est là, et vous aurez du bonbon.

Barbara Juliane von Krüdener

Valérie

 

Deux filles, quinze, seize ans, qui prennent le bon air de la campagne en gants frais, pèlerine de tulle, bottines serrées, corsets irréprochables, dès huit heures du matin. Elles m’aiment beaucoup ; j’ai toujours des bonbons et des brimborions dans mes poches.

Hippolyte Taine

Vie et opinions de Monsieur Frédéric Thomas Graindorge

Le marchand de bonbons et pavés rafraîchissants à la vanille de la place Maubert, L'illustration, n°619, 6 janvier 1855.

Vous regardiez beaucoup l’autre jour Mlle Marguerite : elle sort du couvent ; elle ne lève pas les yeux, sauf pour consulter ceux de sa mère ; elle est pieuse, on l’a confite dans la dévotion, comme un bonbon dans du sucre.

Hippolyte Taine

ie et opinions de Monsieur Frédéric Thomas Graindorge

 

Marquis, je m’en souviens, vous veniez chez ma mère.

Vous me faisiez parfois réciter ma grammaire ;

Vous m’apportiez toujours quelque bonbon exquis ;

Et nous étions cousins quand on était marquis.

Vous étiez vieux, j’étais enfant ; contre vos jambes

Vous me preniez, et puis, entre deux dithyrambes

En l’honneur de Coblentz et des rois, vous contiez

Quelque histoire de loups, de peuples châtiés,

D’ogres, de jacobins, authentique et formelle,

Que j’avalais avec vos bonbons, pêle-mêle,

Et que je dévorais de fort bon appétit

Quand j’étais royaliste et quand j’étais petit.

Victor Hugo

Les Contemplations, Livre cinquième, En marche, III

 

— Oh ! comme ils sont goulus ! dit la mère parfois,

[…] et leurs cris sont comme une forêt

De Bondy quand un sac de bonbons apparaît.

Victor Hugo

L’Art d’être grand-père

 

Gourmandinet réfléchit encore quelques instants, et se résolut, hélas! à sacrifier sa bonne petite maîtresse pour quelques livres de bonbons.

Comtesse de Ségur

Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon

 

Mais ma mère ne veut pas que je devienne fou ! elle me prend la trompette et le tambour. Je me rejette sur les bonbons et je les lèche. Mais ma mère ne veut pas que j’aie des manières de courtisan : “ On commence par lécher le ventre des bonbons, on finit par lécher… ” Elle s’arrête, et se tourne vers mon père pour voir s’il pense comme elle, et s’il sait de quoi elle veut parler ; — en effet, il se penche et montre qu’il comprend.

              Je n’ai plus rien à faire siffler, tambouriner, grincer, et l’on m’a permis seulement de traîner un petit bout de langue sur les bonbons fins : et l’on m’a dit de la faire pointue encore ! Il y avait Eugénie et Louise Rayau qui étaient là, et qui riaient en rougissant un peu. Pourquoi donc ?

Jules Vallès

L’Enfant

Gravure de Gavarni, Les Enfans Terribles, n°3.

— Petit Chérubin, j'ai apporté du bonbon pour vous. Je vous le donnerai quand je m'en irai.

- Eh bien, Mosieu, donne-le moi tout de suite et puis va-t-en.

Il manquait de liqueurs imprévues, de petits gâteaux et de bonbons et il convenait de n’être pas ainsi démuni de tout en-cas, un jour de rendez-vous.

Joris-Karl Huysmans

Là-bas

 

Vingt fois de suite, on lui faisait raconter son histoire, et à chaque fois, le misérable inventait quelque nouveau détail. Les mères frémissaient ; les vieilles demoiselles l’appelaient " pauvre ange! " et lui glissaient des bonbons. Le journal de l’opposition profita de l’aventure et fulmina contre le collège un article au profit d’un établissement religieux des environs.

Alphonse Daudet

Le Petit Chose

 

En flairant de près les millions de l’ancien marchand de drap, hobereaux et douairières comprirent qu’enveloppée dans un miel si doux, la pilule la plus amère vaut un bonbon du jour de l’an […].

Jules Sandeau

Sacs et parchemins

 

Mais, voyons, Paul, avez-vous été voir notre bonne tante ? Ce sera sa fête dans six jours ; il faudra lui écrire un compliment. elle est si bonne !

         — Je ne l’aime pas beaucoup, moi, ma tante ! Elle m’a donné, l’autre fois, de vieux bonbons du dessert, au lieu, enfin, d’un vrai cadeau : soit une jolie bourse, soit des petites pièces pour mettre dans ma tirelire.

Auguste de Villiers de L’Isle-Adam

Contes cruels

 

Julie, revenant à son antienne. — Non, mais c’est bien ça : toutes les fois qu’elle sort avec Bébé, ça ne manque pas ; elle le bourre de gâteaux, de bonbons… !

Follavoine, tout en écrivant quelques notes. — Oh ! bien !… toutes les grands’mères sont comme ça.

Georges Feydeau

On purge Bébé

 

Dans la journée ce fut une avalanche de bonbons et de présents de toutes sortes.

Léon Daudet

Le Partage de l’Enfant

 

Elle le faisait peut-être seulement comme les demoiselles de chez Gouache, quand nous venions faire une commande, m’offraient un des bonbons qu’elles avaient sur le comptoir sous des cloches de verre et que maman me défendait, hélas !, d’accepter […].

Marcel Proust

À l’ombre des jeunes filles en fleurs

 

Qu’il est chaud à mon cœur, encore, ce souvenir d’une fête glacée, sans autres cadeaux que quelques bonbons, des mandarines en chemises d’argent, un livre…

Colette

« Quatre Saisons », Le voyage égoïste

 

Encore très pur et très noble, il n’essayait point de truquer avec sa conscience. Il s’avouait parfaitement qu’il n’avait pu résister à l’envie d’acheter des bonbons, dans l’intention de lier connaissance avec cette petite fille dont la grâce étrange le captivait si invinciblement et à laquelle, toute la semaine durant, il n’avait fait que penser.

Isabelle Eberhardt

Yasmina

 

Là aussi, il y avait des danseuses, six égyptiennes sur une estrade, avec un orchestre de trois musiciens dont les deux premiers frappaient des tambourins de peau avec des baguettes, tandis que le troisième agitait un grand sistre d’airain sonore.

                 “ Oh ! Des bonbons de myxaire! ” dit Chrysis avec joie.

          Et elle en acheta pour deux chalques à une petite fille vendeuse.

Pierre Louÿs

Aphrodite : mœurs antiques

 

Les femmes de charge n’avaient sûrement pas encore fait la toilette de la salle : on apercevait, par terre, des programmes froissés, des tickets de métro, des enveloppes de bonbons, tous ces déchets, toutes ces miettes que les foules, même policées, laissent derrière elles : la litière de leur plaisir

Georges Duhamel

Chronique des Pasquier, « Suzanne et les jeunes hommes »

 

Elle ne pouvait mâcher, mais mon père n’avait pas pris n’importe quels bonbons ; il en avait choisi de fourrés au chocolat, à l’anis, à la menthe, à des parfums violents, et, quand elle l’eut tourné deux ou trois fois avec sa langue, il s’écrasa délicieusement.

Jean Giono

Mort d’un personnage

Quand je m’éveillais, l’oreiller se transformait en table. La même main y déposait des débris de gâteaux, de menus morceaux de sucre, et quelques bonbons.

Marguerite Audoux

Marie-Claire

 

Le petit Mills faisait la joie de son entourage. Quand il demandait un bonbon et qu’on le lui refusait, il se rendait à la raison et s’en passait gentiment. Quand Benton voulait un bonbon, il pleurait jusqu’à l’obtenir.…

Mark Twain

Edward Mills et George Benton

Coll. A. P.-R.

Tout est là : […] et à gogo des petits bateaux, des pédalos, des toboggans, des concours de châteaux, un minigolf, un poste de secours à bobos, cinq ânes, dix vendeurs de glaces, de bonbons, d’orangeade… Ô paradis des méragosses !

Hervé Bazin

Le Matrimoine

 

Les enfants nous aimaient bien, nous leur apportions des bonbons, et un dictionnaire à l’aînée, dont elle avait toujours rêvé.

Françoise Mallet-Joris

La maison de papier

 

Petite Rose réclamait maintenant ses bonbons, et sa maman eut beaucoup de mal à lui faire comprendre que tante Amélie cherchait seulement à l’empoisonner.

Pascal Lainé

Les petites égarées

Coll. A. P.-R.

[…] les bonbons collés dans les bocaux formaient des pierres multicolores, belles comme des émaux […].

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

J’ai fait les Chartes ; je suis exactement archiviste-paléographe, je finis ma thèse aux dépôts de Beaune et d’Epervans, mais la seule passion de ma vie, ce sont les bonbons.

Pascal Quignard

Le salon du Wurtemberg

 

Maman m’a laissé prendre un bonbon ; il y en avait des tas dans la boîte, et ce qui est chouette, c’est que j’ai vu qu’il y avait deux étages de bonbons, pas comme dans la boîte qu’a apportée M. Barlier, où l’étage d’en dessous c’était du papier. Maman m’a dit qu’il ne fallait pas choisir, alors j’en ai pris un enveloppé dans du papier doré, et c’en était un à la liqueur, ceux que je préfère, et comme je ne m’y attendais pas, ça m’a coulé sur le menton, et tout le monde s’est mis à rigoler […].

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas, « Les bonbons »

Coll. A. P.-R.

1929.

Coll. A. P.-R.

bonbonnerie

 

Monsieur Oudard vient d’acquérir un second magasin à côté de chez lui, n° 31, qui, sous le nom de la Renommée de France, est particulièrement consacré à tout ce que l’art du pastillage, de la bonbonnerie et du papillotage, a de plus recherché et de plus exquis.

Grimod de la Reynière

Almanach des Gourmands, 1804

 

La bonbonnerie, monsieur le baron, voilà l’orgueil, la gloire du confiseur ! […] Un bonbon nouveau fait souvent la fortune de celui qui le crée et le lance […].

Jean-Louis Dubut de Laforest

Les derniers scandales de Paris

 

Il y a les bonbonneries, et les marchands de sucrerie et de friture avec des gamins collés contre comme des mouches sur pot à miel […].

Jean Giono

Regain

bonbonnier

 

En ce jour fameux [Jour de l’An], […] C’est à l’éclat de cent bougies, sans compter les quinquets éblouissans et les lampions de couleur, que la foule des acheteurs circule le long des cases vitrées qui enserrent sous les formes les plus variées, les plus bizarres, toutes les inventions nouvelles du distillateur - bonbonnier.

Louis-Sébastien Mercier

Le Nouveau Paris, tome cinquième, chapitre CLXXIII, « Bonbons du jour de l’an ».

 

— Comment faites-vous, ai-je dit aujourd’hui à un bonbonnière de Clermont chez qui j’achetais des dragées, comment faites donc pour connaître ainsi l’état et la qualité de tous ceux qui viennent chez vous ?

A.-A. Monteil

Histoire des Français des divers états….

bonbonnière

 

Les dragées, dont il n’étoit question autrefois que pour les baptêmes, se mangent aujourd’hui pendant toute l’année ; et, au grand contentement des enfans et des dames, les poches des hommes de bonne compagnie, ont été métamorphosées en bonbonnières.

Grimod de La Reynière

Almanach des gourmands, 1804

 

M. de Montbreuil s’était aperçu depuis quelque temps qu’on avait dérangé les papiers qui couvraient son bureau de travail. Il lui semblait aussi que les pastilles de menthe, que renfermait sa bonbonnière, étaient singulièrement diminuées. En un mot, il fut convaincu que sa fille, parvenue à réprimer aux yeux du monde sa ridicule manie, s’y livrait encore en secret, et qu’elle était loin d’être guérie.

N. Bouilly

Contes à mes petites amies

 

Je regardais en riant. La princesse m’appela et me donna une bonbonnière d’écaille, tout incrustée d’or.

           Ce qui m’étonna, c’est qu’elle vida les bonbons qui étaient dedans pour me donner la boîte. Mon père lui en fit l’observation. Elle se pencha à son oreille, lui dit quelques mots tout bas, et tous deux se prirent à rire.

Alexandre Dumas

Mes mémoires

 

— Étrange, je le répète. Si je connaissais la dame qui a laissé ici cette bonbonnière.


        — Eh bien ? 


       — Eh bien ! je la lui eusse déjà renvoyée. Sans doute elle y tient, et je ne voudrais pas payer par une inquiétude de quarante-huit heures sa gracieuse visite.

Alexandre Dumas

Le Collier de la Reine

 

Ah ! si tu pouvais lire dans mon cœur et si tu étais poète, tu l’aurais comparé au paradis de Milton, qui était assourdi par les combats des démons et des anges. Mon cœur. Non, je ne trouve pas de mots pour expliquer ce qui le trouble et le remplit. Est-ce qu’un voyageur dandy, en fermant sa bonbonnière, faite de lave du Vésuve, sait de quels éléments est composée cette lave ? Voilà ma lettre ; voilà mon cœur.

Alexandre Dumas

La princesse Flora

 

Il tira de sa poche une merveilleuse bonbonnière creusée dans une seule émeraude et fermée par un écrou d’or qui, en se dévissant, donnait passage à une petite boule de couleur verdâtre et de la grosseur d’un pois. Cette boule avait une odeur âcre et pénétrante ; il y en avait quatre ou cinq pareilles dans l’émeraude, et elle pouvait en contenir une douzaine. La bonbonnière fit le tour de la table, mais c’était bien plus pour examiner cette admirable émeraude que pour voir ou pour flairer les pilules, que les convives se la faisaient passer.

Alexandre Dumas

Le Comte de Monte-Christo

 

Pendant les dernières années, elle ne sortit plus. Elle avait à portée de la main une petite bonbonnière en écaille, pleine de morceaux de jujube, et y puisait à tous instants. C’était la seule chose qu’elle offrît à qui la venait voir, non sans un compliment à l’adresse du produit “ souverain contre le rhume ”, ajoutait-elle.

Jacques Normand

Courage de femme

 

M. de Corbière, le très honnête et très distingué ministre de Louis XVIII, était un grand amateur de bonbons. Il avait toujours sur lui quatre ou cinq bonbonnières d’un travail exquis et d’une grande valeur. C’était un esprit fort distrait. Un jour, au conseil du roi, dans la chaleur de la discussion, il tire successivement de sa poche trois bonbonnières qu’il pose familièrement sur la table.

        — Voilà, dit Louis XVIII en souriant, M. le comte de Corbière qui est en train de vider ses poches.

       — Sire, réplique vivement le ministre, ne vaut-il pas mieux les vider que les remplir ? 

Fulbert Dumonteil

La France Gourmande

 

Sans doute quelque forme se découpait à mes yeux en ce nom de Guermantes, quand ma nourrice — qui sans doute ignorait, autant que moi-même aujourd’hui, en l’honneur de qui elle avait été composée — me berçait de cette vieille chanson : “ Gloire à la Marquise de Guermantes ” ou quand, quelques années plus tard, le vieux maréchal de Guermantes remplissant ma bonne d’orgueil, s’arrêtait aux Champs-Élysées en disant : « Le bel enfant ! » et sortait d’une bonbonnière de poche une pastille de chocolat, cela je ne le sais pas.

Marcel Proust

Le Côté de Guermantes

 

Au bord de la table, un plateau en laque où sont étalés mille brimborions de femme, — éventail, flacon, bonbonnière en émail, ciseaux d’or, coupe-papier en jaspe, pendule microscopique, miroir, vaporisateur, un bouquet de violettes dans un vase d’argent, — et, derrière cet éventaire parfumé, assise sur un petit canapé, la Princesse.

Comte Joseph Primoli

Gustave Flaubert chez la princesse Mathilde, souvenir d’une soirée à Saint Gratien

 

Toutes les bonbonnières sont pleines à ras bord de truffes à la crème, de palets, d’écorces d’orange confites et de pralines.

Fanny Deschamps

Croque-en-bouche

 

Sur la table de chevet, près de la petite lampe Gallé, il y avait une bonbonnière en nacre rose et je l’imaginais remplie de petits Quinquins, de cassissines, de caramels Magnificat […].

Pascal Quignard

Le Salon du Wurtemberg

Histoire de bonbonnière

 

Théodore, comme tous les enfans, est naturellement très-gourmand. Madame D’Alamane donna il y a quelques jours à sa fille une bonbonnière ; Théodore aussitôt en desira une. Je lui représentai qu’il n’avoit pas la sobriété de sa sœur, et que je ne pouvois, par cette raison, lui faire le même présent, parce que tous les bonbons seroient mangés en un quart-d’heure.

             — Mais si je promettois, ainsi qu’Adèle, de les garder plusieurs jours ? ...

                    — Réfléchissez mûrement avant de faire cette promesse; et quand vous m’assurerez, après y avoir bien pensé, que vous êtes capable de cet effort, je vous croirai et je vous donnerai la bonbonnière.

                  Le jour même de ce dialogue, Théodore, à dîner, demanda la permission de prendre une praline, un des bonbons qu’il aime le mieux, et au lieu de la manger, il l’enveloppa très-gravement dans du papier et la mit dans sa poche ; le soir, après souper, il s’approcha de moi, et avec un orgueil inexprimable me présenta sa praline, en me disant : elle est bien entière ! Au même instant,  j’ai été chercher une jolie bonbonnière dans laquelle j’ai mis douze pastilles, et je l’ai donnée à Théodore en exigeant sa parole de n’en manger que trois par jour, ce qui a été exécuté avec la plus exacte fidélité.

            Ce seul exemple vous donnera une idée de la manière qu’on peut prendre pour mettre les enfans aux prises avec leurs passions, et leur apprendre à en triompher : le succès de ces expériences, souvent répétées, est absolument infaillible.

Madame de Genlis

Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation

bouchée

 

Entre autres plats, je remarque un poulet aux amandes, un couscous à la vanille, une tortue à la viande – un peu lourde mais du plus haut goût – et des biscuits au miel qu’on appelle bouchées du kadi.

Alphonse Daudet

Lettres de mon moulin, « À Milianah Notes de voyage »

 

C’était à l’époque des fêtes. […] Le papier d’argent de ces bouchées au chocolat était le signe qu’une période confuse mais bruyante et dorée s’ouvrait pour les cœurs simples, et Jeanne et moi nous pressions un peu plus l’un contre l’autre.

Albert Camus

Carnets, décembre 1938

 

Ce n’était pas encore l’heure du thé. Nous étions seuls dans la boutique. Et tout en me faisant goûter des bouchées au chocolat, grignoter des petits fours et déguster un verre de xérès, la nouvelle confiseuse, qui était veuve de guerre, me raconta avec beaucoup, beaucoup de détails qui avaient tous trait à sa propre situation, comment Claire s’était pendue dans son fournil le jour où un message officiel d’Angleterre lui avait appris la mort atroce de son frère […].

Blaise Cendrars

La main coupée

 

Dans le hall de l’hôtel était disposé un appareil à sous d’un type que j’ai nulle part retrouvé. Il s’agissait, à l’aide d’un poinçon attaché par une petite chaîne, de perforer un carton en des points désignés par des numéros. On avait alors droit, selon la chance, à des confiseries plus ou moins substantielles. Le dernier trou percé, comme le “ bouquet ” des feux d’artifice, assurait au joueur le bénéfice d’une vraie boîte de bouchées au chocolat.

François Nourissier

Un petit bourgeois

 

[…] nous étions entrés dans cette chocolaterie de la rue de Rennes appelée je crois “ Yesco ”, pour y choisir des bouchées, jouant à les choisir, jouant à être ces jeunes gens un peu sots, amoureux, bien élevés, faisant des caprices et des manières au milieu des bocaux de bonbons au miel, des boîtes de pâtes de fruits et de truffes, des vases en cristal sur les étagères grises […].

François Nourissier

Un petit bourgeois

boudoir

 

Un biscuit à la cuillère ou un boudoir constitue un aliment complet. Qu’on se souvienne que si, les jours de biscuits, on a acheté moins de pain tout en consommant autant de farine, on aura acquis, par contre, sans ticket, du sucre, du beurre, des œufs et de précieux aliments azotés.

L’Illustration, 16 janvier 1943

 

C’est à l’un de ces cafés de premier de l’an que je goûte pour la première fois, dans une maison riche, des gâteaux longs appelés boudoirs. Ensuite, ma mère, pour ne pas demeurer en reste, en achètera aussi. Ce que je ne sais pas ce sont les économies féroces qu’il faudra faire dès l’automne pour financer ces agapes.

Per-Jakez Hélias

Le Cheval d’orgueil

boule

 

[…] des immaculées creuses en stéarine et en biscuit, des saint Joseph mal moulés et mal vernis, des crèches enluminées, des ânes pelucheux, toute une Judée de carton-pâte, tout un Nazareth de bois peint, toute une religion en toc s’épanouissaient entre des bocaux de chocolats poudreux et de vieilles boules de gomme !

Joris-Karl Huysmans

Les Sœurs Vatard

 

Dragées roses dans des coupes, boules groseille à pleins bocaux, la menthe couleur d’émeraude et les caramels beiges…

Colette

La lune de pluie, « Chambre d’hôtel »

 

À la sortie d’un cours, la mère d’une camarade m’offrit des boules de gomme ; je les refusai : elle sentait le parfum, ses lèvres étaient fardées […]. Je ne croyais pas vraiment que ses bonbons fussent meurtriers, mais il me semblait méritoire de m’exercer à la suspicion.

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

 

Ils virent quantité de tartes et de choux, de nougats et de babas, d’éclairs et de religieuses, presque partout ces “ croissants ”, dont la pâte nageait dans le beurre […], souvent des “ Milirahmstrudel ”  servis avec un verre de liqueur,  quelquefois des “ Mozart Kugel ”, boules de chocolat fourrées de massepain, dont le compositeur, à ce que l’on disait, raffolait au plus haut point.

Jean-Christophe Duchon-Doris

Le cuisinier de Talleyrand

 

[…] Allouma poussait plus loin la délicatesse de conscience. Elle installa son plateau entre nous deux, sur le divan, et prenant avec ses longs doigts minces une petite boulette poudrée, elle me la mit dans la bouche en murmurant:

            — C’est bon, mange.

            Je croquai, le léger gâteau qui était excellent en effet, […].

Guy de Maupassant

La Main Gauche

 

Attends, Fanchette (chatte de Claudine), si tu veux que je te massacre, tu n’as qu’à continuer ! Cette horreur plonge dans le sac ouvert une patte en cuiller, trop adroite ; et pourtant elle n’aura que des moitiés de boules en chocolat, quand j’en aurai retiré la crème avec le gros bout d’une plume neuve.

Colette

Claudine à Paris

bourdaloue

 

M/ Durand-Neumans, visiblement plus détendu, fait un péché de gourmandise : au lieu des fruits traditionnels, il récompense son succès par une poire pochée, recouverte de crème pâtissière, de chantilly et de caramel — à laquelle on a bizarrement donné le nom de Bourdaloue, cet austère jésuite qui ne devait pas plaisanter sur les péchés capitaux.

Claude Terrail,

Tour d’Argent

bourdin

 

Une excellente paysanne, en Normandie, au pays de Caux, vraie patrie de nouroles, galettes et bourdins, avait fait pour la Saint-Gilles, fête de son village, une fournée de galuchons et de pâtés à la viande. Elle devait régaler tout un clan de parents et d’amis, et l’espoir du festin était tout entier dans le four.

Magasin Pittoresque, mars 1872

breton (gâteau)

 

[…] installé à l’entrée d’un supermarché, habillé en paysan normand avec une blouse bleue, un foulard rouge à carreaux et une casquette, Paul Hébert proposait aux passants des charcuteries régionales, du cidre bouché, des gâteaux bretons, du pain cuit au four à bois.

Georges Perec

La Vie mode d’emploi

brioche

 

Qu’es-tu de plus qu’un intendant ? Crois-tu donc qu’à cause de ta vertu il n’y aura plus de brioches ni de bamboches* ?

Shakespeare

La Nuit des Rois

 

* Le traducteur, Pierre Leyris, prend une certaine liberté par rapport au texte : « cakes and ale ».

 

Or, il s’est accroupi, frileux, les doigts de pied

Repliés, grelottant au clair soleil qui plaque

Des jaunes de brioche aux vitres de papier ;

Et le nez du bonhomme où s’allume la laque

Renifle aux rayons, tel qu’un charnel polypier.

Arthur Rimbaud

Accroupissements

 

[…] mais j’avais la fièvre, et je m’en revenais du musée, me perdant de rue en rue, ne sachant où j’allais, oubliant de manger, et m’apercevant tout à coup que l’heure était venue d’aller entendre le Freischutz ou Guillaume Tell. J’entrais alors chez un pâtissier, je dînais d’une brioche, me disant avec satisfaction, devant la petite bourse dont on m’avait munie, que la suppression de mon repas me donnait le droit et le moyen d’aller au spectacle.

George Sand

Histoire de ma vie

 

Mélanie, dit-elle à la cuisinière, si vous faisiez la brioche ce matin, puisque la pâte est prête. Mademoiselle ne se lèvera pas avant une demi-heure, et elle en mangerait avec son chocolat… Hein ! ce serait une surprise.

Émile Zola

Germinal

 

On était retourné dans la salle à manger, où le thé se trouvait servi sur une nappe russe, brodée en rouge d’une chasse au cerf ; et il y avait, sous les bougies rallumées, une brioche, des assiettes de sucreries et de gâteaux, tout un luxe barbare de liqueurs, whisky, genièvre, kummel, raki de Chio.

Émile Zola

L’Œuvre

 

La voici qui s’active à cuire la brioche

Afin de l’accueillir avecque son Canard.

Lui, cependant, trissait sans souffler motelet,

Étroitement à ses penselettes uni,

Vers les lieux où le superbissime oiselet

Cancane si tranquillement.

Lewis Carroll

Le petit homme qui avait un petit fusil

 

Dans la rue de Seine, il [D’Artagnan] rencontra Planchet, qui était arrêté devant la boutique d’un pâtissier, et qui semblait en extase devant une brioche de la forme la plus appétissante.

Alexandre Dumas

Les Trois Mousquetaires

 

Il n’avait point encore repris sa place, lorsque la porte s’ouvrit, et que le maître du café voisin entra, portant un plateau sur lequel étaient un théière, un sucrier et des tasses. Il était immédiatement suivi de deux garçons qui portaient, dans une manne d’osier, un pain de munition, une brioche, une salade et une multitude de petits gâteaux de toutes les formes, de toutes les espèces. 
Ce pain de munition était pour Tom, la brioche pour Jacques, la salade pour Gazelle, et les petits gâteaux pour nous.

Alexandre Dumas

Le capitaine Pamphile

 

Ce pain, qui coûtait alors quatre sous et demi la livre, prix énorme, équivalant au moins à neuf sous de notre époque ; ce pain dont toute la France manquait, et qui passait, lorsqu’il était mangeable, pour la fabuleuse brioche dont la duchesse de Polignac disait ou conseillait aux Parisiens de se nourrir quand ils n’auraient plus de farine.

Alexandre Dumas

Ange Pitou

 

Marie, poussée à la fois par sa propre curiosité et par l’invitation si polie de Casse-Noisette, hâta sa marche, et se trouva bientôt sur la place du grand marché, qui avait un des plus magnifiques aspects qui se pût voir. Toutes les maisons d’alentour étaient en sucreries, montées à jour, avec galeries sur galeries ; et, au milieu de la place, s’élevait, en forme d’obélisque, une gigantesque brioche, du milieu de laquelle s’élançaient quatre fontaines de limonade, d’orangeade, d’orgeat et de sirop de groseille.

Alexandre Dumas

Histoire d’un casse-noisette

 

Encore les créoles confiés à l’institution avaient-ils des correspondants et des visites ; eux, n’étaient jamais appelés au parloir, on ne connaissait personne de leurs proches, seulement de temps à autre ils recevaient des pannerées de friandises, des écroulements de brioches.

 

Alphonse Daudet

Le Nabab

 

Cependant, le Rêveur est poursuivi par son idée fixe.

       Depuis un instant, sans y prendre garde, machinalement, il a émietté sur la nappe un peu du petit pain doré qui est placé près de son assiette. Oh ! c’est un aliment de fantaisie, insignifiant dans un tel repas. Il fait songer au mot naïf de la grande dame sur les misérables affamés : “ Qu’ils mangent de la brioche! ” Pourtant ce joli gâteau, c’est du pain tout de même, du pain fait avec de la farine, qu’on a faite elle-même avec du blé. Mon Dieu, oui, c’est du pain, tout bonnement, du pain, comme la miche du paysan, comme la boule de son du troupier; et pour qu’il arrive là, sur la table du riche, il a fallu le patient labeur de bien des pauvres. 

François Coppée

« À Table », Contes Rapides

 

Quand après la messe, on entrait dire à Théodore d’apporter une brioche plus grosse que d’habitude parce que nos cousins avaient profité du beau temps pour venir de Thiberzy déjeuner avec nous, on avait devant soi le clocher qui, doré et cuit lui-même comme une plus grande brioche bénie, avec des écailles et des égouttements gommeux de soleil, piquait sa pointe aiguë dans le ciel bleu.

Marcel Proust

Du côté de chez Swann

 

Par surcroît de sybaritisme, j’achetai sur la route une demi-douzaine de brioches toutes fraîches, lesquelles me furent remises coquettement enveloppées chez le pâtissier, avec supplément de sourires de la demoiselle de magasin, et, pressant le pas, je flairais à travers le papier l’alléchant parfum du régal à venir.

Louis Mullem

Contes d’Amérique

 

Sylvain. — Oui.. faut pas dire de bêtises aux dames.

Cocarel. — Autre chose ! on passera des glaces.. des bonbons assortis.. vous n’y toucherez pas.

Sylvain, étonné. — Ah !

Cocarel. — Vous n’avez droit qu’à une brioche et à une tasse de thé.

Eugène Labiche

La Cagnotte

 

Ragueneau, ébloui.

Une lyre !

L’apprenti.

En pâte de brioche.

Ragueneau, ému.

Avec des fruits confits !

L’apprenti.

Et les cordes, Voyez, en sucre je les fis.

Edmond Rostand

Cyrano de Bergerac

Autriche, vers 1950, 34 x 37 cm.

Il trouva George dans l’embrasure d’une fenêtre, attablé devant une assiette de brioches […].

John Galsworthy

Aux aguets

 

“ … ‘jour, Rose.

— Bonjour, Monsieur, dit Rose discrètement.

— Rose, je voudrais pour demain matin neuf heures…

— Des brioches et du chocolat ”, acheva Rose.

Colette

Chéri

 

Des fillettes, qui vendaient à la porte de la caserne des brioches, des cigarettes et de petits miroirs, poussaient des voitures d’osier à quatre roues qui ressemblaient à des voitures d’enfants.

Francis Carco

L’Équipe

Louis-Phillipe, s. n., Genty lith.

Au passage, Olivier respirait des odeurs de beurre chaud, de brioche, de café torréfié, de cannelle, de chocolat.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

 

M. Anglade lui offrit une grosse brioche pour le voyage et il l’embrassa trois fois.

              “ Elle est au beurre, rien qu’au beurre, on ne connaît rien d’autre ici. […] ”

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

Paul n’était entré dans un restaurant qu’une fois ou deux dans sa vie, et seulement pour prendre une tasse de thé et une brioche.

D. H. Lawrence

Amants et Fils

 

[…] tout de suite, une boulangerie qui sentait une adorable odeur de brioche chaude, où d’ailleurs “ Pov’fille ” achetait la brioche de deux sous de mon déjeuner. Après, tout sentait la brioche, le papier fou et la chaleur.

Jean Giono

Mort d’un personnage

De la brioche à défaut de pain

 

Malheureusement je n’ai jamais pu boire sans manger. Comment faire pour avoir du pain ? Il m’était impossible d’en mettre en réserve. En faire acheter par les laquais, c’était me déceler, et presque insulter le maître de la maison. En acheter moi-même, je n’osai jamais. Un beau monsieur, l’épée au côté, aller chez un boulanger acheter un morceau de pain, cela se pouvait-il ? Enfin je me rappelai le pis-aller d’une grande princesse à qui l’on disait que les paysans n’avaient pas de pain, et qui répondit : “ Qu’ils mangent de la brioche ”. J’achetai de la brioche. Encore que de façons pour en venir là ! Sorti seul à ce dessein, je parcourais quelquefois toute la ville, et passais devant trente pâtissiers avant d’entrer chez aucun. Il fallait qu’il n’eût qu’une seule personne dans la boutique, et que sa physionomie m’attirât beaucoup, pour que j’osasse franchir le pas. Mais aussi quand j’avais une fois ma chère petite brioche, et que, bien enfermé dans ma chambre, j’allais trouver ma bouteille au fond d’une armoire, quelles bonnes petites buvettes je faisais là tout seul, en lisant quelques pages de roman ! Car lire en mangeant fut toujours ma fantaisie, au défaut d’un tête-à-tête. C’est le supplément de la société qui me manque. Je dévore alternativement une page et un morceau ; c’est comme si mon livre dînait avec moi.

 

Jean-Jacques Rousseau

Les Confessions

Charles Victor Hilaire Ratier, Traviès, 1829-1830.

bûche

 

Pour le dîner, Estelle et Mme Favart s’étaient surpassées […] : une énorme dinde, don de Françoise évidemment, du chou, cuit lentement dans la sauce de la bête, une purée de châtaignes, et une bûche au chocolat.

Régine Desforges

La Bicyclette bleue

 

Au dessert, Micho partagea la bûche apportée par Monsieur Blanchard ; on sabla le champagne et l’on échangea les étrennes […].

Yann Queffélec

Les noces barbares

bugne

 

Les bugnes sont blondes, le vin est frais, l’heure est bleue.

             Claudius prend une bugne.

            — Mumm… Il y met du rhum.

          — Et du citron, dit M. Florent. Il y met sûrement un zeste de citron râpé.

            Je prends une bugne. Je la poudre au sucre. Je plante la dent au milieu. Ça croustille… embaume… fond… Oh ! que manger est un besoin charmant ! Ma bouche s’emplit d’un bonheur d’antan.

Fanny Deschamps

Croque-en-bouche

bun

 

“ Viens prendre le thé à la Poêle à frire  ”, dit Jolly, et ils entrèrent. […]

            “ Garçon, du thé et des buns au beurre, s’il vous plaît, dit Jolly. […]. ”

John Galsworthy

Auxaguets

 

Votre thé [du petit déjeuner ] s’accompagne de toasts, restés souples et dressés sur un présentoir. […] Le toast n’est pas obligatoire. On peut lui substituer des buns, des scones, dont raffolent les Anglais, du kramique, si en faveur chez nos amis belges, voire des tranches de pain brioché, de pain de gruau, de pain au lait.

James de Coquet

Lettre aux gourmands, aux gastronomes et aux goinfres…

Thomas Crane, The Bear an the Buns.

Thomas Rowlandson,

Characteristic Series of the Lower Orders, 1820.

buñuelo

 

Une odeur forte et pénétrante d’huile chaude nous fit deviner tout d’abord que les marchandes de beignets étaient en majorité : nous ne nous trompions pas ; de nombreux puestos de buñuelos, tous tenus par de brunes Gitanas, occupaient les meilleures places, car le monopole de la friture en plein air paraît réservé aux bohémiennes.

Voyage en Espagne de G. Doré et de Ch. Davillier, « Le Tour du Monde », Séville en 1862

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.