Dragées Martial

(confiserie, France)

 

C’est au cours de la seconde moitié du XIXsiècle qu’André Duchesne fonda à Ivry-sur-Seine (11, rue Raspail) une fabrique de dragées et de confiserie. Allaient lui succéder son fils Jules, puis son petit-fils Raymond-Martial (né en 1892), qui donna son prénom à la marque de dragées. La firme Martial Duchesne fut rebaptisée Dragées Martial lorsque, au début des années 1930, elle s'installa à Paris, au 56-58 rue Planchat (20arrdt) ; elle devait s’agrandir deux décennies plus tard pour occuper les numéros 57-59 de la même rue. En 1934, elle ouvrit son premier magasin, sur les Champs-Élysées. Suivirent d’autres boutiques parisiennes à partir des années 1950. Aujourd'hui, les dragées Martial sont commercialisées dans leurs trois magasins de la capitale, dans les magasins Jeff de Bruges-Martial — car, depuis 1997, la marque appartient au groupe Neuhaus-Jeff de Bruges — et dans de très nombreux points de vente en province.

Depuis sa création, cette firme privilégia qualité et présentation. En 1957, elle renouvela les couleurs des dragées et instaura, notamment, le jaune et vert. En 1959, elle créa la « cassette de suremballage » — la boîte de dragées, enrubannée, est placée dans une cassette blanche. En 1985, elle « inventa » la mini-boîte de dragées. Quant à ses boîtes, elles accompagnèrent la mode et la créativité du temps.

 

La marque choisit pour emblème un parrain offrant les dragées du baptême. Conçu par Dransy en 1933, tel un dandy de la Belle Époque, tenant de la main droite plusieurs boîtes empilées et de la main gauche son filleul en robe de baptême, ce personnage se transforma, dans les années 1950, en marquis du XVIIIsiècle.

Catalogue de Gros n°89, 13,5 x 21 cm, 24 p., coll. A. P.-R.

 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.