C

 

 

Carte postale. Coll. A. P.-R.

cachou

 

Il faut observer que plus les morceaux sont petits, plus ils paroissent agréables au goût. On en prend de la grosieur d’une graine d’anis ou de coriandre. […] Pastilles de cachou. Cachou, une drachme ; sucre royal, une once : réduisez-les en poudre fine. M. avec du mucilage de gomme adraganth, & une goutte ou deux d’huile de canelle. Faites des pastilles, que l’on tiendra dans la bouche, dans les toux cartarrhales.

Encyclopédie

 

Il a beau combattre ces effluences pestilentielles par une forte consommation de menthe, de cachou et d’autres masticatoires, la puanteur se combine à ces timides arômes, mais, pour les dominer, et elle n’en devient que plus abominable.

Georges Eekhoud

La nouvelle Carthage

 

À parler franc, j’irai jusques

À dire que ces mollusques

Rappellent ce caoutchouc,

Soit cette élastique gomme

Mâchée au collège comme

Si c’eût été du cachou.

Raoul Ponchon

La Muse au cabaret

 

Cadio, mon petit, le problème se pose : faire accroc à cette destinée. Mais par où ?... Tiens ! Je vais lui offrir du cachou. Qu’il accepte ou non, nous verrons toujours bien dans quelle langue.

André Gide

Les Caves du Vatican

Leonetto Cappiello.

Tamagno

caillou

 

Il sortit de sa poche une poignée de bonbons et — tout en me les offrant une nouvelle fois, en me les mettant sous le nez avec insistance et alors qu’à mes yeux ils me paraissaient tous se résumer à être des “ bonbons acidulés ” — il me les nommait un à un : des cotignacs, des cailloux suédois, des Petits Quinquins de Lille — très difficiles à trouver —, des Hopjes, des caramels clochettes…

Pascal Quignard

Lesalon du Wurtemberg

cake

 

— “ Tiens, ça a l’air bon ce que vous mangez là, cela me donne faim de vous voir manger du cake. ”

               — “ Eh bien, maman, nous vous invitons, répondait Gilberte. ”

Marcel Proust

À l’ombre des jeunes filles en fleurs

 

Ma chambre eût été la fameuse cellule de moine sans un chromo où un chat se prélassait entre un cake, une orange ouverte, des raisins, des biscuits, et face à lui, son pendant, où un évêque jouait aux échecs avec son coadjuteur. Je faillis demander qu’on me débarrassât des deux, mais la pulpe de l’orange me rafraîchissait, le cake me donnait de l’appétit et je chassai seulement les ecclésiastiques.

Jacques Laurent

Les Bêtises

 

Après elle préparait le thé, les provisions de Gloria étaient inépuisables. Du thé, du café, du beurre, du sucre, des biscuits, du pain d’épice, des friandises. […] Edoardo se laissait bercer par le cérémonial, les tasses fumantes, les biscuits et les tranches de cake beurrées soigneusement posées dans une large assiette, le confiture d’oranges et celle de figues dans des coupelles placées devant les soucoupes.

Raoul Mille

Les Amants du paradis

calisson

 

Il fut convenu que de petits gâteaux l’habitation serait bâtie et de partout bien revêtue : les toitures, grandes et petites, de tartes et de calissons et de toute autre confiture [De tartos e de callissouns/ E de tout’ autro counfituro].

Claude Brueys, 1570-1636*

 

* Poète aixois, auteur des Ordonnanços de Caramantran. Il décrit ici le château de Cocagne.

 

[…] boutiques gourmandes où se vendent les biscotins, gros et durs comme des noyaux de pêches, où s’achètent les calissons — petits gâteau elliptiques qui, dans leur épaisseur, enferment la pâte d’amande si délicieusement moelleuse et parfumée.

Marius Bernard

Autour de la Méditerranée

 

Il croquait ensuite le dur nougat d’Arles, mastiquait l’onctueux calisson d’Aix, et se faisait enfin la bonne bouche avec un petit verre d’une liqueur appelée “ crème de cacao ”.

Marcel Pagnol

Le temps des amours

 

Les calissons d’Aix comptent parmi les bonbons que je préfère — parce qu’ils sont presque des pâtisseries, parce qu’ils sont légers aux doigts, parce qu’ils sont tendres aux dents, parce qu’ils sont subtils au goût, parce qu’ils ont la forme de mandorles, parce qu’en eux la pomme tragique, la pomme féminine, la pomme édénique, peu à peu s’efface devant l’amande, parce qu’ils ont conservé une part de l’odeur des cyprès verts et de la montagne Sainte-Victoire, parce qu’ils sont d’une blancheur qui rappelle plus la couleur de la peau humaine que la couleur du lait, ou que la couleur de la canine, ou que la couleur de l’innocence, parce qu’ils sont des sortes d’hosties diaboliques ou du moins de minuscules pains bénits enveloppés — tel le visage du gangster du bas de soie d’une femme — du pain azyme de l’hostie.

Pascal Quignard

Le Salon du Wurtemberg

candi

 

Tarfa et Samistâ sont des châteaux et des métairies, situés à 2 milles du Nil. Ces endroits sont très peuplés ; on y cultive la canne à sucre ; on y fabrique du sucre et du candi en quantité suffisante pour en pourvoir presque toute l’Égypte.

El‑Idrisi

Description de l’Afrique et de l’Espagne

 

Les candis, ou plûtôt les fruits candis, sont ordinairement des fruits entiers, qui, après avoir bouilli dans le sirop, restent couverts de sucre candi, ce qui les fait paroître comme des crystaux de différentes couleurs & figures, selon les fruits qu’ils contiennent. Les meilleurs candis viennent d’Italie.

Diderot et d’Alembert

Encyclopédie

 

Et elle dormait toujours en un sommeil aux paupières d’azur,

Dans le linge pâle et lisse et fleurant la lavande,

Tandis que, hors du cabinet, il apporte un monceau

De pommes candies, de coings, de prunes, de calebasses,

Et des gelées plus douces que le caillé crémeux,

Des sirops lumineux au parfum de cannelle,

De la manne, et des dattes que les caraques

Ont apportées de Fez, et des friandises épicées qui, toutes,

Sont parties de la soyeuse Samarcande ou du Liban prodigue en cèdres.

John Keats

The Eve of  St. Agnes, « La vigile de la Sainte-Agnès »*

 

 

* La description du festin préparé pour Madeline s’inspire du repas que l’Archange prépare pour Ève dans le Paradis Perdu de Milton (v. 341-347).

 

M. Abel avait été chez l’épicier en sortant du café. Il trouva Jeannot seul dans la boutique, suçant du sucre candi

Comtesse de Ségur

Jean qui grogne et Jean qui rit

canestrelli

 

Pour les desserts, outre les célèbres fruits confits de Gênes, on proposait des croustades de coings et des canestrelli. Le tavernier expliqua aux voyageurs qu’il s’agissait de délicieuses douceurs en forme d’étoile, trouées en leur milieu, faites avec un tiers de farine, un tiers de sucre et un tiers de beurre.

Orazio Bagnasco

Le Banquet

canne à sucre

 

cannelle

 

« Et tout de suite il sent une odeur délicieuse, comme celle qui sortait de la cave du pâtissier. L’air est embaumé de vanille, de safran, de cannelle, de citron, et un petit vent chaud répand ces bonnes odeurs au loin. »

Camille Lemonier

La Noël du petit joueur de violon

 

« C'est étrange, mais l'impression que me donne, au débotté, cette immense ville, est celle d'une ville “ pour l'enfance ”, d'une ville sentant la cannelle des gâteaux, l'anis, le café au lait et le pain chaud. »

Joris Karl Huysmans

Sensations d'Amsterdam, dans Les annales politiques et littéraires, 11 septembre 1898

 

« De l’office venaient de bonnes odeurs de nourriture. Marie-Louise retirait une tarte du fourneau. La pâte, enduite de jaune d’œuf, avait une belle couleur dorée. Cela sentait la pomme et la cannelle. »

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe, 1972

caramel

 

 

Le goût du caramel de ma mère, qu’elle versait sur un marbre huilé et découpait au couteau, comment l’oublierais-je ? Un bonbon, jamais, fut-il supérieur à celui-là, dont je suivais la fabrication, dont l’odeur m’enivrait longtemps avant le moment où je le suçais.

Marie Rouanet

Petit traité romanesque de cuisine

 

Il y en avoit une [table] chargée de pyramides de confitures sèches ; une autre d’une infinité de vases remplis de toutes sortes de liqueurs; et la dernière estoit composée de Caramels.

André Félibien

Relation de la feste de Versailles du 18 juillet mil six cens soixante-huit

 

Il ouvre mes rideaux, me tâte le pouls, me fait tirer la langue, baragouine avec un accent italien quelques mots sur la nécessité de me purger, et me donne à manger un petit morceau de caramel.

Chateaubriand

Mémoires d’outre-tombe

 

Alors, elle […] envoya Quenu lui chercher une boîte de caramels au buffet, joua de l’éventail, un éventail de nacre, très doré.

Émile Zola

Le Ventre de Paris

 

La mère aperçut son fils en extase devant la ménagerie où des affiches montraient le fameux lion qui avait tué un nègre et estropié deux blancs. Elle le laissa tranquille et alla acheter des caramels pour Annie.

D. H. Lawrence

Amants et Fils

 

[…] le parfum des phlox se mêlait aux odeurs de caramel et de chocolat qui m’arrivaient par bouffées de la cuisine […].

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

 

Quand il [le capitão] en découvre une à son goût, jolie et de l’âge qu’il aime, il commence à fréquenter la maison des parents, fait l’aimable, apporte un paquet de café moulu, un kilo de sucre, des caramels enveloppés dans un papier bleu, du sucre candi […].

Jorge Amado

Tereza Batista

 

Ils montèrent la rue. Les filles du boulanger Michel leur offrirent à chacun un caramel géant.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

On a plongé dans la foule, l’air sentait la gaufre, le faux nougat et le caramel […].

Patrick Cauvin

L’amour aveugle

Vers 1950, 33 x 43 cm.

Les papiers crissants faisaient un bruit considérable — les papiers qui enveloppaient les caramels clochettes et les Quinquins, plus que ceux qui habillaient les Hopjes […]. Ce qui commençait de m’attirer de plus en plus dans les bonbons, au contact de Florent, c’était l’idée même d’envelopper sous plusieurs couches de sucre successives le noyau ou la vérité, ou le désespoir, ou le désir, ou la faute. Les bonbons font passer une espèce de pilule dont, faute de l’avoir encore perçue du bout de la langue ou croquée, nous sommes légèrement anxieux. Ils sont comme les sonates, les théories, les religions, l’amour, la peur même peut-être — qui sont autant d’enveloppes de sucre plus ou moins sirupeuses ou amères qui vêtent des nudités elles-mêmes plus ou moins enhardies ou frustes. Mais à dire vrai c’est pour cette raison même que j’ai autant de curiosité que peu de véritable goût pour les “ bonbons ”, les “ douceurs ”, les “ friandises ”, les “ gourmandises ”, les “ chatteries ”.

Pascal Quignard

Le Salon du Wurtemberg

 

Il y avait des tas de bonbons dans le sac de mémé, des en chocolat et des en caramel. Elle est vraiment  très chouette, mémé. J’aime bien papa et maman, mais ils ne me donnent jamais autant de bonbons. C’est dommage que mémé ne vienne pas plus souvent à la maison.

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas

Sugus - Suchard - Caramels aux fruits - Fruchtcaramel, anon., 1964, 125 x 90,5 cm.

cardinal

 

Mais, monsieur le baron, je vous prouverai que l’on peut mettre de la pensée dans une mayonnaise, du symbolismee dans une pièce montée et de l’impressionnisme dans une pêche cardinal !

Henri Duvernois

Le Veau gras

Carême

 

Item, la premiere sepmaine de karesme, fut crié à son de trompe que nul boulenger ne feist plus de pain blanc ne geasteaux, n’eschaudez, affin que les bourgois qui avoient du blé cuisissent.

Journal d’un bourgeois de Paris, 1437

 

Longtemps même, il ne s’était pas douté de tous les pêchés qui l’entouraient, des ailes de poulet et des gâteaux introduits en contrebande pendant le carême […].

Émile Zola

La faute de l’abbé Mouret

 

Pendant le Carême, il [Stefano] avait l’habitude d’offrir le gâteau papal, les beignets de fleurs de sureau, le gâteau aux dattes avec des amandes, mais il avait encore toutes sortes d’autres spécialités pour les jours maigres.

Orazio Bagnasco

Le banquet

carnaval

 

Les gaufres et beignets récréent qui en mangent, parce qu’il leur semble être en carnaval.

Rôti-Cochon, fin du XVIIe siècle

 

Ils entonnaient le carol de Noël, ils envoyaient de véritables lacs d’amour le matin de la Saint-Valentin, mangeaient des crêpes au carnaval, se montraient spirituels au premier avril, et faisaient craquer religieusement des châtaignes au feu la veille de la Saint-Michel.

Oliver Goldsmith

Le Pasteur de Wakefield

 

La dernière semaine de carnaval a été tellement animée que la population parisienne n’a pas encore repris sérieusement ses travaux. Jamais peut-être on n’avait tant sauté à Paris. Il y avait plus de deux cents bals par soirée. Il y avait quelquefois jusqu’à trois bals dans la même maison. Les pâtissiers se trompaient d’étages ; les gâteaux destinés au premier montaient au second, et ceux du troisième se laissaient manger à l’entre-sol.

Mme  Émile de Girardin

Le Vicomte de Launay - Lettres Parisiennes

 

Le carnaval* en Alsace

 

Des violettes, des roses !

Nous chantons pour les beignets !

Des violettes, des roses !

Nous chantons pour les beignets !

 

Les beignets sont frits,

Nous entendons pétiller le poêlon.

Des beignets ! Des beignets !

Bonheur et bénédiction dans votre maison !

 

Des violettes, des roses !

Nous chantons pour les beignets !

Des violettes, des roses !

Nous chantons pour les beignets !

 

Le seigneur a une belle demoiselle,

Elle a les cheveux bien tressés,

Des beignets ! Des beignets !

Nous entendons résonner les clefs,

La dame va apporter les beignets.

Des beignets ! Des beignets !

Bonheur et bénédiction dans votre maison ! 

 

Chant recueilli par le folkloriste Auguste Stœber, XIXsiècle

Traduit du dialecte alsacien.

 

* Il s’agit d’une variante d’une coutume que l’on retrouve en d’autres régions. Après avoir allumé un grand feu, les jeunes garçons se répandaient dans les villes ou les villages en demandant des beignets.

carotte

 

Mariette, malgré des talents récents, adore les fantaisies, les recettes insolites : gâteau de carottes au chocolat, cul de veau Roi René, macaroni en colère (l’insolite étant souvent dans le nom plus que dans le plat).

Hervé Bazin

Le Matrimoine

 

On a même évoqué “ les tartes aux carottes ”, sobriquet donné aux gens d’un petit village du département de la Moselle qui, paraît-il, manquant de fruits pour garnir les tartes le jour de la fête qui avait lieu en octobre, utilisèrent des carottes cuites, coupées et sucrées et s’en trouvèrent fort bien…

Claude Thouvenot

Le Pain d’autrefois

casse-museau

 

Beaux cache-museaux tout chauds,

Bien rissolés !

Je les donne, je les vends.

Clément Jannequin

Voulez-vous ouïr les Cris de Paris

 

Je parlerai plus tard d’une convalescence, […] du premier blanc de poulet et du premier œuf, de certains gâteaux légers qu’on appelait des casse-museau et que m’apportait ma voisine.

Léon-Paul Fargue

Banalité, « Sous la Lampe »

cassis

 

cédrat

 

Pour les compotes, on doit donner la préférence à celle de cédrats coupés en quartiers et bouillis à l’eau simplement, avec un peu de sucre, ainsi qu’une légère compote de pommes. De toutes les manières d’apprêter cet excellent fruit, c’est, à mon gré, celle ou l’on jouit le mieux de sa fraîcheur et de son parfum.

Président De Brosses

Lettres familières d’Italie

 

Ce gouverneur était donc un heureux métayer, récoltant vins, figues, huiles et oranges, faisant confire ses citrons et ses cédrats au soleil de ses casemates.

Alexandre Dumas

Le vicomte de Bragelonne

 

Chez Grandmaison, du Fort-Royal de l’île de la Martinique, rue de la Chaussée-d’Antin, liqueurs de la veuve Amphoux, crème de cannelle, baume humain, mirobolenti, crème de créole, de bois d’Inde, de café, de céleri, de menthe ; […]rosolio de Bologne, non-lo-sapraye, crème de cédrat de Florence,  crème de fleur d’orange grillée au vin de Champagne, — toutes fines saveurs, onctueux bouquets, couronnes des desserts ! 

Edmond et Jules de Goncourt

Histoire de la société française pendant la Révolution

cerise

 

Le lendemain, à l’heure du goûter, comme je mangeais tristement un beau morceau de tarte aux cerises, madame Frépillon me dit : — Volà une tarte dont la pauvre nanette eût pris bien volontiers sa part, n’est-ce pas, Joseph ?

Henry Monnier

Mémoires de M. Joseph Prudhomme

 

[…] je distinguai […] l’austère profil du citoyen Polanceau, lequel gobait une cerise confite que lui offrait en riant la demoiselle.

François Coppée

Œuvres Posthumes

 

Le maître d’hôtel. — Fraises, framboises, cerises dans la glace, bananes, fruits rafraîchis ?

Mitsou, vivement. —Cerises dans la glace, cerises dans la glace !

Robert. — Mais ce n’est pas bon, Mitsou ! ça n’a plus de saveur !

Mitsou. — Justement, c’est rigolo.

Robert. — Cerises pour Madame, et pour moi des petites fraises (Plein de convoitise.) avec de la crème d’Isigny. Envoyez-moi le sommelier. Mitsou, bourgogne, bordeaux, champagne ?

Colette

Mitsou

 

Je pensais à Bethléem et aux bonbons aux cerises, à Jésus et aux feux d’artifice. Il faisait encore nuit quand je me suis réveillée. Le jour de Noël, nous avions la permission de nous lever à cinq heures du matin.

Carson Mc Cullers

Mademoiselle, décembre 1949

 

Il y avait des cerisiers partout : le long des chemins, au bord des prés et des champs. De grands cerisiers de cerises noires, juteuses, sucrées comme de gros grains de raisins. C’étaient les cerises à clafoutis. On en remplissait des bouteilles qu’on stérilisait. On pouvait ainsi, pendant tout l’hiver, faire des gâteaux aussi larges que la porte du four le permettait. Au Moustier, nous portions les clafoutis chez le boulanger qui les cuisait avec sa fournée de pain. Ils sortaient du four gonflés comme des dômes d’or tout piquetés de grosses perles noires. C’étaient les cerises qui auraient bien voulu s’échapper du four mais elles étaient prises dans la pâte que leur jus tachetait d’un sang noir qui sentait le kirsch. De ces clafoutis d’antan se dégageaient une légère ivresse et de la gaieté.

Jean Orieux

Souvenirs de campagnes

 

À la cuisine, demi-nue, elle se gorgea de confiture pour se consoler, des cerises noires, puisées avec une cuillère à soupe.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

chardon

 

…] Jeannot dirige l’exposition de ses pâtisseries à l’aide d’une gamme de grognements. Il est dans son état parfait de béatitude : bourru dehors, praliné crémeux dedans. Un chardon de chez Bernachon.

Fanny Deschamps

Crroque-en-bouche

charlotte

 

Mère Ubu : Voici le menu ! — Père Ubu : Oh ! Ceci m’intéresse… — Mère Ubu : Sauce polonaise, côtes de rastron, veau, poulet, pâté de chiens, croupions de dinde, charlotte russe

Alfred Jarry

Ubu roi

 

[…] on oublia enfin la grève, au moment où le dessert paraissait. Une charlotte de pommes meringuée fut comblée d’éloges. Ensuite, les dames discutèrent une recette, au sujet de l’ananas, qu’on déclara également exquis. Les fruits, du raisin et des poires, achevèrent cet heureux abandon des fins de déjeuner copieux.

Émile Zola

Germinal

 

Il y avait de la gelée étincelante dans des plats en cristal taillé, et un merveilleux vin de fête. Pour dessert, on servait toujours de la crème au sherry ou une charlotte et des gâteaux aux fruits. Quand on est sortis de table, l’après-midi était presque terminé.

Carson Mc Cullers

Mademoiselle, décembre 1949

 

Il y avait dedans [le panier], selon la saison, des haricots verts fin, des laitues fondantes, des asperges si tendres qu’on pouvait les manger jusqu’au pied et, toujours, un gâteau : tarte aux prunes, ou charlotte au café, qu’on servait au dessert et dont il nous restait des parts énormes pour le lendemain.

Catherine Paysan

Nous autres, les Sanchez

 

On servit des hors-d’œuvre, du foie de dinde, une pintade rôtie aux lentilles, des brochettes de viandes grillées au-dessus de braises de bois d’olivier. Il y eut une charlotte russe, du fromage et des fruits pour finir.

John Knittel

Jean-Michel

 

De plus grosses pièces que je retirais alors de mes armoires précipitaient à sa défaite [Marie Mors]. La charlotte à la reine, la charlotte aux abricots sont un assez inoffensif hors-d’œuvre malgré le beau coloris vert et feu de la seconde, mais comment Marie Mors eût-elle résisté à la charlotte Furstemberg, cathédrale suave bâtie de marmelade de fruits d’églantier, de pulpe de fraises, de crème à la fraise, de fraises entières, de morceaux d’oranges confites et de petits soufflés remplis de crème à l’orange puis glacés en rose, ou bien au contraste sans pareil dans un plat en faïence noire d’une tranche princesse aux larges raies jaunes et roses semées d’amandes grillées, et d’une tranche Helgoland ponctuée de violettes candies sur un fond vert clair de crème beurre à la pistache ?

André Pieyre de Mandiargues

Soleil des Loups

 

[…] et comme dessert ? — Une charlotte aux fraises avec un coulis de framboises ou bien des profiteroles au chocolat… — Je dois rêver, dit Léa. Je croyais que les repas étaient réglementés dans les restaurants… — Pas tous, mademoiselle, pas tous.

Régine Desforges

La Bicyclette bleu

châtaigne

 

Elle avait mis à cuire dans les cendres chaudes et les braises, sur la pierre de la cheminée, deux ou trois poignées de châtaignes dont l’écorce se fendait en éclatant avec bruit. Quand elle en eut pris et épluché plusieurs pour les offrir à Rutebeuf, ses doigts, tachés de suie, sentaient le charbon de bois.

Jeanne Bourin

La chambre des dames

chatterie

 

Elle préférait les chatteries solitaires, les petits verres pris toute seule, les gâteaux mangés en cachette, les longues soirées passées chaudement dans le lit, à dévorer un vieux fonds de cabinet de lecture, découvert par elle rue Canquoin.

Émile Zola

La Conquête de Plassans

 

Dans ce pays où l’on aime tant les chatteries, où la moindre bourgade a son bonbon spécial et célèbre, Aix jouit d’une illustration particulière.

Ardouin-Dumazet

Voyage en France

 

Leurs mimiques attendries

Vont aux fines chatteries

Que leur promet le dessert :

Fruits glacés qu’on dresse en cône,

Mandarine d’un beau jaune

Sur les mousses d’un beau vert.

Jacques Normand,

Le bout de la tablein« L’Illustration », décembre 1896

 

[…] arrivée à de plus hautes dignités, promue cuisinière au choix, elle continuait d’exceller aux sucreries, douceurs et chatteries.

Robert-Robert

Le Gourmand Vagabond

chausson

 

l faut une limite, même aux dîners. Vous aimez les chaussons aux pommes, mesdames, n’en abusez pas. Il faut, même en chaussons, du bon sens et de l’art. La gloutonnerie châtie le glouton.Gula punit Gulax. L’indigestion est chargée par le bon Dieu de faire de la morale aux estomacs. Et, retenez ceci : chacune de nos passions, même l’amour, a un estomac qu’il ne faut pas trop remplir. En toute chose, il faut écrire à temps le mot finis, il faut se contenir, quand cela devient urgent, tirer le verrou sur son appétit, mettre au violon sa fantaisie et se mener soi-même au poste. Le sage est celui qui sait, à un moment donné, opérer sa propre arrestation.

Victor Hugo

Les Misérables

 

Quant à Lucy Stewart, elle avouait tranquillement son origine, elle parlait volontiers de sa jeunesse, lorsque son père, le graisseur du chemin de fer du Nord, la régalait le dimanche d’un chausson aux pommes.

Émile Zola

Nana

 

Un jour, je regardais d’un œil curieux de magnifiques chaussons de pommes qui fumaient sur le four en plein vent d’une marchande installée devant le tréteau de Bobèche. Je ne possédais qu’un sou, mais l’objet de ma convoitise pouvait m’appartenir à ce prix, et j’avais une faim ou une gourmandise d’enragé.

Henry Monnier

Mémoires de Monsieur Joseph Prudomme

 

Quant à nos desserts, monsieur, sans vouloir nous vanter, ce sont les meilleurs de Vienne. Je vous recommande notre “ Besoffener Kapuziner ”, mot à mot : “ capucin saoul ”, gâteau gorgé d’alcool,  nos “ Topfengalotschen ”, chaussons au fromage blanc, et nos “ Gebackenemaüse ”, “ souris ”  cuites au four,  de délicieux beignets…

Jean-Christophe Duchon-Doris

Le cuisinier de Talleyrand

 

Jack observait la serveuse blonde, tandis qu’elle remplissait sa tâche avec diligence, servant un chausson aux pommes ici, faisant dégouliner du ketchup dans l’assiette de quelqu’un, avec à chaque fois un sourire ou un éclat de rire.

Patricia Highsmith

Une créature de rêve

cheesecake

 

Je bus trois verres, les femmes aucun ; repartîmes ensuite en voiture jusqu’à Barnet, puis à l’auberge du Lion Rouge où nous descendîmes de voiture et entrâmes dans la grand-salle pour boire et manger les meilleurs gâteaux au fromage que j’aie jamais goûtés de ma vie.

Samuel Pepys

Journal, 11 août 1667

chichi-fregi

 

Ils connurent une idylle romantique, en buvant, selon l’heure, des “ tomates ” ou des bières, et en mangeant des chichi fregi.

Armand Lanoux

Le Berger des abeilles

chique

 

e regardais Isabelle maigrie, fière, rageuse furieuse parce que Seinecé lui avait offert — comme à une “ invitée ”, disait-elle, et pour “ Karl et toi ”, avait-il eu l’audace d’ajouter — une boîte de caramels au beurre salé — des “ chiques de Caen ” — dont je lui avais dit, naguère, combien je les aimais lorsque petits enfants nous passions nos vacances dans le Cotentin, près de Coutances.

Pascal Quignard

Le Salon du Wurtemberg

chou

 

Cyrano

Aimez-vous le gâteau qu’on nomme petit chou ?

La duègne, avec dignité,

Monsieur, j’en fais état lorsqu’il est à la crème.

Cyrano

J’en plonge six pour vous dans le sein d’un poème

De Saint-Amand ! […]

Edmond Rostand

Cyrano de Bergerac

 

Institution Rigal. — Le portier et ses gâteaux, ses choux à la crème; mais le plus beau chou était sa tête frisée qu’il secouait avec fureur quand on voulait se servir soi-même. Poil de Carotte et ses trois brioches : il étouffait. Il prenait le portier en horreur.

Jules Renard

Journal, 1893-1898.)

 

Mais la pièce de luxe, c’était le buffet énorme emplissant toute une cloison du hall, empilant des étages de flacons aux formes variées, bedonnants ou grêles, à cous de girafe ou à goulots courts, des paniers de raisins couleur de rouille, des pyramides de sandwichs, des assiettes sur lesquelles surgissaient la mousse de savon des choux à la crème et l’éponge dédorée des babas au rhum. Et au milieu de toutes ces friandises trônait la tenancière, une grosse brune, un tantinet talée, avec des cheveux en paille de fer sur le front, une taille sanglée dans une robe noire et la gorge un peu décolletée, en petit-lait, dansant an moindre mouvement dans la jatte du corsage.

Joris-Karl Huysmans

De Tout

 

– Jojo ! tu n’as pas honte d’inventer des histoires pareilles pour m’empêcher de lire ? Tu n’auras pas de chou à la crème à quatre heures !

Colette

Vrilles de la vigne

 

Le dimanche après-midi, tandis que le parrain Gaulot engouffrait les choux à la crème, et massacrait les ruisselants babas, ces trois dames veillaient au thé bouillant dans le samovar, au renouvellement des sandwichs et du porto. Ce n’est pas une sinécure que de nourrir les gens de lettres et les bons docteurs !

Léon Daudet

Salons et Journaux

 

Il s’arrêta plus longuement devant la vitrine du pâtissier Anglade dont la femme (qu’on appelait “ la Réfugiade ” car elle était venue de l’Est au début de la Grande Guerre) servait des gâteaux crémeux et fruités, des choux jaunes et blancs recouverts d’une coiffe de sucre glace que les jeunes mangeaient sur place en trichant un peu sur la quantité. Olivier regarda ces merveilles qui se nomment religieuses, éclairs, allumettes, mokas, madeleines, palmiers , mille-feuilles, tartelettes, massepains… et revit les tom-pouce au marasquin de la tante Victoria.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

Et Mme Anglade lui tendait une assiette chargée de choux à la crème.

          — Oh ! non, merci, madame.

      — Tu ne vas pas faire de manières avec nous ! J’ai bien vu comment tu regardais la vitrine.

          — Ben, ben… je suis un peu gourmand, avoua Olivier.

       Le goût de la vanille et du caramel lui parfuma la bouche. Il ramassa avec le doigt un peu de crème sur son menton et lécha.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

Deux vieilles dames apparurent, l’une tenant par une ficelle un carton à pâtisserie. Ludo les vit s’installer confortablement sur une banquette, échancrer leurs fourrures, et faire un sort à d’énormes choux à la crème.

Yann Queffélec

Les noces barbares

Le petit pâtissier amoureux…

citron

 

L’abbé de Saint-Yves et le prieur eurent chacun un bon bénéfice ; la bonne Kerkabon aima mieux voir son neveu dans les honneurs militaires que dans le sous-diaconat. La dévote de Versailles garda les boucles de diamants, et reçut encore un beau présent. Le père Tout-à-tous eut des boîtes de chocolat, de café, de sucre candi, de citrons confits, avec les Méditations du révérend père Croiset et la Fleur des saints reliées en maroquin.

Voltaire

L’Ingénu

 

Tous les fruits de l’Europe réussissent merveilleusement à Madere. Les citrons en particulier, dont on fait d’excellentes confitures, y croissent en abondance ; mais les habitans font encore plus de cas des bananes.

Encyclopédie

 

Las de ce bruit, nous allâmes nous asseoir dans une rue parallèle au port, à un café garni de divans extérieurs, — car à Syra on vit en plein air, — et l’on nous y servit des glaces au citron, infiniment supérieures à celles de Tortoni et valant celles du café de la Bolsa, à Madrid, ce qui est tout dire […].

Théophile Gautier

Constantinople

 

La continuation des études commencées à la maison, la venue des maîtres, des leçons de danse, de chant, de musique, c’était l’occupation et le travail de ces journées de couvent, dont tant de fêtes interrompaient la monotonie, dont tant d’espiègleries abrégeaient la longueur. L’on brodait, l’on tricotait même ; ou bien l’on jouait a quelque ouvrage de ménage, l’on mettait les mains à une friandise, l’on s’amusait à faire quelque gâteau de couvent pareil à ces pains de citron que les enfants envoyaient de certains jours à leurs parents.

Edmond et Jules de Goncourt

La Femme aux dix-huitième siècle

clafoutis

 

Pendant longtemps, la province a lutté, gardé pieusement les ragoûts indigènes, bouillabaisse au Levant, cassoulet au Ponant, et les roustades, le confit d’oie en Bigore, et le clafoutis en Limousin. Mais la contrefaçon de Paris, l’abominable instar ont tout dévoré […].

Laurent Tailhade

dans Les Annales Politiques et Littéraires, 1912

 

 […] lorsque, à table, je me resservais d’un plat bien consistant, d’un rôti de bœuf ou d’un clafoutis bien épais et bien sucré, on éclatait de rire sans vergogne […].

Jean Orieux

Souvenirs de campagnes

De toute façon, elle veillerait de près à ce que nul ne chipote, refuse un plat, rechigne sur une cuisse de poulet ou une tranche de clafoutis, et tant mieux s’ils roulaient tous sous la table !

Claude Michelet

Des grives aux loups

cochon

 

Dieu ! ... que d’or ! Il pourrait acheter tout Copenhague avec ça, tous les cochons en sucre des pâtissiers et les soldats de plomb et les fouets et les chevaux à bascule du monde entier. Quel trésor ! 

Hans Christian Andersen

Contes Merveilleux,  « Le briquet »

marchand de coco

Le marchand de coco est un être classique, comme la marchande de plaisirs, et les enfants sont classiques, car ils aiment toujours le plaisir et le coco.

Musée des familles, février 1836

 

À huit ans, comme j’allais me promener avec ma bonne aux Champs-Élysées, et que nous traversions la grande avenue, un de ces industriels agita soudain sa sonnette derrière mon dos. Ma bonne regardait au loin un régiment qui passait ; je me retournai pour voir le marchand de coco. Une voiture à deux chevaux, luisante et rapide comme un éclair, arrivait sur nous. Le cocher cria. Ma bonne n’entendit pas ; moi non plus. Je me sentis renversé, roulé, meurtri..., et je me retrouvai, je ne sais comment, dans les bras du marchand de coco qui, pour me réconforter, me mit la bouche sous un de ses robinets, l’ouvrit et m’aspergea ... ce qui me remit tout à fait.

Guy de Maupassant

« Coco, coco, coco frais », dans La Mosaïque, 1876.

Sans catastrophe, l’enfant et sa bonne atterrirent parmi les chaises des élégants tassées à l’ombre des marronniers. Le grand édifice en zinc fixé à l’échine du marchand de coco brillait, tout papillotant de drapeaux tricolores. L’homme agitait la sonnette. Le tablier blanc éblouissait depuis le menton jusqu' à la jambe de bois.

Paul Adam

L'enfant d'Austerlitz

 

Voici le marchand de coco musical, chargé de ses robinets d’or. — Ses robinets sont des serpents, d’où gicle son coco sonore dans les timbales des enfants. Rafraîchissons notre luxure : vite ! pour un sou de ta mixture, Laocoon étincelant. Je bois à toute la Nature, je bois à ton bronze bouillant, toi qui souris de l’aventure, ô vieux Voltaire*, ô doux méchant. — Voici le marchand de coco musical. ses robinets sont des serpents.

Paul Fort

Ballades françaises

* Square Monge, Paris, statue de Voltaire.

 

Olivier achetait de minuscules boîtes de coco en métal et, plutôt que de la dissoudre dans l’eau, il y glissait sa langue, suçotait, se teignait les lèvres de poudre ocre.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

Louis Chantal, Labbé, Marchand de coco

de la Porte Saint-Martin, 1850.

M. Moulin, Le Marchand de coco de Magenta et de Solférino,

in « Le Monde Illustré », n°123, 20 août 1859.

Frédérick Lemaître dans Le Marchand de Coco, Théâtre de l’Ambigu,

in « Le Monde Illustré », n°143, 7 janvier 1860.

Parc de la Tête-d'Or, Lyon : le vendeur de coco,

phot. Jules Sylvestre (1859-1936), vers 1910.

Charles Nègre, Un marchand de coco à Paris, 1852.

noix de coco 

 

La plupart des arbres de ces îles [Maldives] sont des cocotiers […]. On fabrique, avec le fruit, du lait, de l’huile et du miel […]. Avec son miel, on fait des pâtisseries, que l’on mange avec les noix de coco desséchées. Tous ces aliments tirés des noix de coco, et le poisson dont on se nourrit en même temps, procurent une vigueur extraordinaire et sans égale dans l’acte vénérien.

Ibn Battûta

Voyages, III, Inde, Extrême-Orient, Espagne & Soudan

 

Bientôt, plus de cent pirogues, de grandeurs différentes et toutes à balancier, environnèrent les deux vaisseaux ; elles étaient chargées de cocos, de bananes et d’autres fruits du pays. L’échange de ces fruits délicieux pour nous contre toutes sortes de bagatelles se fit avec bonne foi, mais sans qu’aucun insulaire voulût monter à bord […].

Bougainville

Voyage autour du monde

 

De jolies filles toujours en joie, de superbes jeunes gens presque toujours en goguette, des évis, des citrons, des cocos, des fruits de toute sorte, des crêtes élevées, des torrents, des forêts immenses, silencieuses, éternelles, des fêtes de tous côtés, […]... c’est l’île.

Jacques Arago

Curieux voyage autour du monde

 

Ils paraissent être fort pauvres, il n’y a aucun meuble dans leurs maisons ; mais les beaux enfants que j’ai vus n’en prouvent pas moins que les noix de coco et les tortues forment après tout une excellente nourriture.

Charles Darwin

Voyage d’un naturaliste autour du monde

 

Trois boîtes de sardines ! Une de thon ! Assez ordinaire comme hors-d’œuvre, mais tant pis ! Un pain entier ! Des biscuits à la noix de coco ! Un pot de confiture ! Une boîte de tripes à la milanaise ! Une de cassoulet !

Albert Cohen

Belle du Seigneur

 

Ils avaient soif. Sur un rocher pointu, Yao a éventré une noix de coco. Maou a bu la première. Elle s’est essuyé la bouche avec la main, elle a donné la noix à Fintan. L’eau était acide. Ensuite Yao a dépiauté des morceaux de chair imprégnés de lait. Il suçait les morceaux. Son visage brillait dans l’ombre comme du métal noir.

J. M. G. Le Clézio

Onitsha

cœur

 

Là, parmi des milliers de flacons de liqueurs des îles, fabriquées à Paris, l’on goûte, des yeux autant que de la bouche, les zestes de citrons, les pastilles vermeilles de guimauve, les priapes à la rose, les cœurs enflammés à la fleur d’orange.

         Plus loin, c’est l’histoire naturelle en bergamotte.

Louis-Sébastien Mercier

Le Nouveau Paris, Tome cinquième, chapitre CLXXIII, « Bonbons du jour de l’an ». 

 

“— Oh ! oh ! qu’est-ce ceci ? continua la tragédienne en dépliant un papier de soie... Une dent ?... Non ! ça a l’air d’être du sucre... Ma foi, oui... c’est une sucrerie allégorique,.. un petit cœur en sucre.”

                    “ Hélas ! un jour, à la foire des Prés-Saint-Gervais, les yeux noirs avaient acheté ce petit cœur de sucre et me l’avaient donné en me disant :

                      “ — Je vous donne mon cœur. ”

Alphonse Daudet, Le petit chose

Enveloppe Premier Jour timbre « Candy Hearts », Etats-Unis, 2004.

coing

 

Mangez un peu de ce pâté de coings : ils ferment proprement l’orifice du ventricule, à cause de quelque astringence joyeuse qui est en eux, et aident à la digestion première.

François Rabelais

Le Tiers Livre

 

L’autre, dans l’argile ou l’airain

Qu’échauffe une flamme brillante, 

Au jus bouillonnant du raisin,

Confit la poire succulente,

Le coin[g] d’or, la pomme odorante,

Trésors cueillis dans son jardin.

L’Automne en Provence, dans le Feuilleton du Journal des Débats

1er vendémiaire an XII

 

[…] certaines confiseries romaines ou siciliennes : des noix confites dans du miel, une sorte de pâté fait de pâte de fondant aux trois parfums de rose, de menthe et de citron, où étaient enfouis des morceaux de fruits confits (écorces d’orange, cédrats, ananas, de la pâte de coing très douce appelée cotogniata, une autre pâte nommée cocuzzata et une sorte de crêpe de pâte de pêche que l’on nomme persicata).

Guillaume Apollinaire

L’Hérésiarque

 

Les coings étaient alors bien mûrs, jaunes et dorés, et les femmes en faisaient une quarantaine de kilos de pâte qu’elles mettaient à sécher en bâtons roulés dans le sucre cristallisé. Avec la peau et les mucilages des mêmes coings, on fit de grands bocaux de gelée            

               La gelée et la pâte de coing, voilà qui vous resserre le ventre lorsqu’il s’est un peu relâché ! Le coing ! Ce trésor dont plus

Henri Vincenot

La billebaude

collation

 

Pendant ce temps, La Royne estant es fenestres de la forteresse du pont, richement paré pour cest effect admiroit et contemploit exactement, les singularitez, et magnifiques inventions : A l’execution desquelles, elle prit un indicible plaisir : tellement qu’elle oublia prendre la collation que les conseillers eschevins de la ville luy avoient en ce lieu preparée de toutes especes de fruictz confitures seiches et liquides, pour la grande affection qu’elle avoit, de rasasier son esprit, de tant plaisantz esbatements, desquelz elle ne pouvoit oster la veue […].

L’Entrée de Henri II à Rouen 1550, Rouen, 1551

 

Les festins et banquets s’y faisoient à quarante cinq escus le plat, avec les collations magnifiques à trois services, où les dragées, confitures sèches et mascepans estoient si peu espargnés que les dames et damoiselles estoient contraintes s’en descharger sur les pages et les laquais, auxquels on les bailloït tous entiers.

De L’Estoile

Journal de Henriiv, 31 janvier 1596

 

Quand il était temps de faire collation, on lui [Gracieuse] servait des bassins pleins de dragées, et plus de vingt pots de confitures : aussi disait-on partout qu’elle était la plus heureuse princesse de l’univers.

Marie Catherine, comtesse d’Aunoy

Gracieuse et Percinet

 

Après la comédie on apporta une collation de fruits et de confitures ; et on alla ensuite voir un feu d’artifice sur l’eau.

Mémoires de mademoiselle de Montpensier, juillet 1656

 

La veille des jours qu’il doit la voir, il ira dans quelque ferme ordonner une collation pour le lendemain.

                La promenade se dirige de ce côté sans qu’il y paraisse ; on entre comme par hasard ; on trouve des fruits, des gâteaux, de la crème. La friande Sophie n’est pas insensible à ces attentions […].

Jean-Jacques Rousseau

Émile

 

[…]il se voyait dans la petite chambre de la jeune fille, débarrassé de son frac et faisant une collation de pâtisseries, d’oranges, de fruits confits, arrosée de flacons de vin de Péralta et de Pedro Jiménès plus ou moins légitimes, que la tia aurait été chercher à la boutique de vins généreux la plus proche.

Théophile Gautier

Militona

 

Depuis le commencement de 1851, ils s’étaient laissés aller jusqu’à offrir, chaque soir, aux habitués du salon jaune, des verres de sirop et de punch, des petits gâteaux, des collations complètes, pendant lesquelles on buvait à la mort de la République.

Émile Zola

La fortune des Rougon

 

Kirschbaum. — Superstitieux ! (Changeant de ton et descendant.) Et maintenant, puisque nous recevons des dames, préparons la collation ; t’as rien pour verser le chocolat ?

Georges Feydeau

La Duchesse des Folies-Bergères

 

Aliocha aperçut sur un canapé une mantille de soie abandonnée, et sur la table en face, deux tasses où il restait du chocolat, des biscuits, une coupe de cristal avec des raisins secs, une autre avec des bonbons. En voyant cette collation, Aliocha devina qu’il y avait des invités et fronça les sourcils.

Dostoïevski

Les Frères Karamazov

 

Il était nécessaire de se rafraîchir ; on prit une collation de biscuits et de vin, de thé, de chocolat ; ensuite la compagnie se sépara à une heure après minuit et descendit deux à deux.

 

John Cleland

Mémoires de Fanny Hill, femme de plaisir

colomba

 

Rosetti Gian, 1953, 145 x 201 cm.

Marcello Dudovich,  vers 1950, 99 x 131 cm.

compote

 

Ce qui est marqué soucoupe estoit remply de quantité d’eaux glacées et de liqueurs dans des gobelets d’argent. Quant auxcompotes, elles estoient dans des porcelaines fines.

Mercure Galant, janvier 168O*

 

* Supplément, description du banquet de mariage de Mademoiselle de Blois et du prince de Conti.

 

Après cela, le Barmécide, invitant mon frère à prendre d’autres choses : “ Voilà, lui dit-il, de toutes sortes de fruits, des gâteaux, des confitures sèches, des compotes : choisissez ce qu’il vous plaira. ”

Les Mille et une nuits

 

On apporta enfin la collation a peu près comme le Mutsellem me l’avait donnée, excepté qu’il n’y avait ni viandes ni ragouts ; mais seulement des fruits, des compotes, des confitures sèches & liquides en infusion, & de la pâtisserie.

Mémoires du Chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy…

 

Pour ces dîners au petit couvert, le repas était apporté tout servi sur une table que deux officiers plaçaient devant le fauteuil du roi. Le dessert se composait invariablement de fruits, de confitures sèches, et de quatre compotes.

Alfred Franklin

Variétés gastronomiques

 

Voilà de quelle manière dînait tous les jours notre chanoine, qui était peut-être le plus grand mangeur du chapitre. Mais il soupait plus légèrement : il se contentait d’un poulet et de quelques compotes de fruits.

Lesage

Gil Blas de Santillane

 

Aujourd’hui lundi, 25 novembre 1822, après une séance tenue hier rue de la Cerisaie, quartier de l’Arsenal, chez madame Clapart, mère de l’aspirant basochien, Oscar Husson, nous, soussignés, déclarons que le repas de réception a surpassé notre attente. […]

                      Item, un dessert composé de onze plats délicats, parmi lesquels, malgré l’état d’ivresse où seize bouteilles de vins d’un choix exquis nous avaient mis, nous avons remarqué une compote de pêches d’une délicatesse auguste et mirobolante.

Honoré de Balzac

Un début dans la vie

 

Gizelle. — Je veux beaucoup de choses : des gâteaux ! des cerises ! des abricots ! de la crème ! des compotes !

Comtesse de Ségur

Les caprices de Gizelle

 

Le reste du dîner fut à l’avenant ; M. Georgey demanda encore des bécasses, des légumes, quatre plats sucrés, des fruits de diverses espèces, des compotes, des macarons, des biscuits, un supplément de vin.

Comtesse de Ségur

Le mauvais génie

 

Elle [la mère Liébard] lui servit un déjeuner où il y avait un aloyau, des tripes, du boudin, un fricassée de poulet, du cidre mousseux, une tarte aux compotes et des prunes à l’eau-de-vie, accompagnant le tout de politesses à Madame qui paraissait en meilleure santé […].

Gustave Flaubert

Un Cœur simple, « Trois Contes »

[…] une table campagnarde surchargée de victuailles : un aloyau, des tripes, du boudin, un fricassée de poulet, du cidre mousseux, une tarte aux compotes et des prunes à l’eau-de-vie.

Georges Perec

La Vie mode d’emploi

 

Mes pommes, all’ sont à moi ! Si ça m’plaît d’en faire de la compote, j’en fais d’la compote !

Armand Lanoux

Quand la mer se retire

 

Au reste, avec toutes vos manies de bourgeoise, le beurre ou les confitures, vous nuisez à leur santé : s’ils mangent des compotes à collation, ils ne soupent plus.

Françoise Chandernagor

L’Allée du Roi

compotier

 

C’était charmant, cette table dressée pour le goûter, sur laquelle Mathieu, aidé de Reine, achevait de disposer, par amusement, quatre compotiers symétriques, qui contenaient des gâteaux et des confitures.

Émile Zola

Fécondité

Condé

 

Oui, j’ai le menu, même que c’est le maître d’hôtel qui l’a écrit : “ Huîtres Burnham, homard à l’aléricaine, civet de lièvre, perdreaux flanqués de cailles, pêches Condé[…].

Henri Duvernois

Le Veau gras

confetti

 

En effet, qu’on se figure cette grande et belle rue du Cours, bordée d’un bout à l’autre de palais à quatre ou cinq étages avec tous leurs balcons garnis de tapisseries, avec toutes leurs fenêtres drapées ; à ces balcons et à ces fenêtres, trois cent mille spectateurs, Romains, Italiens, étrangers venus des quatre parties du monde : toutes les aristocraties réunies, aristocraties de naissance, d’argent, de génie ; des femmes charmantes, qui, subissant elles-mêmes l’influence de ce spectacle, se courbent sur les balcons, se penchent hors des fenêtres, font pleuvoir sur les voitures qui passent une grêle de confetti qu’on leur rend en bouquets ; l’atmosphère tout épaissie de dragées qui descendent et de fleurs qui montent ; puis sur le pavé des rues une foule joyeuse, incessante, folle, avec des costumes insensés […].

Alexandre Dumas

Le Comte de Monte-Cristo

 

Une poignée de confetti qui arriva à Morcerf d’une voiture voisine, et qui, en le couvrant de poussière, ainsi que ses deux compagnons, piqua son cou et toute la portion du visage que ne garantissait pas le masque, comme si on lui eût jeté un cent d’épingles, acheva de le pousser à la lutte générale dans laquelle étaient déjà engagés tous les masques qu’ils rencontraient.

Alexandre Dumas

Le Comte de Monte-Cristo

 

Viennent ensuite les ateliers où l’on fabrique les fondants, les nougats, […], la chocolaterie où l’on nous montre une variété infinie de menus objets, friandises et jouets pour les enfants et, innovation de la maison, jouets pour les grandes personnes, des confetti en chocolat.

Alexis Martin

Les Étapes d’un touriste en France…

confiserie

 

Le vendeur de confiseries

Ecole napolitaine du XVIIIe siècle.

Gravure, Christoph Weigel, c. 1700.

La Confiserie Charbonnel, ouverte en 1878 et sise au 24 avenue de l'Opéra et au 45 rue Neuve Saint-Augustin, à Paris.

Elle fut conçue par Ch. de Lalane, architecte des théâtres de la Renaissance et des Nouveautés.

Gravure parue dans L'Illustration, 14 décembre 1878.

Confiserie Birch, Cornhill, Londres, XIXe siècle.

Hugh Thomson, Rivals in the confectionary line, XIXe sicle.

Du temps des altérations et falsifications…

Puck, 7 janvier 1885…

Lucilio de Albuquerque, Doceira baiana, ca 1935

confiseur

 

Sa main ingénieuse te crée des friandises sous mille formes différentes : ce n’est que pour le confiseur que travaille l’abeille économe.

Martial

Épigrammes, LIV. XIV, CCXXII.

 

Mon cœur, vous jurez comme la femme d’un confiseur [comfit-maker]. “ Pas vous, sur votre âme ”, et “ aussi vrai que je vis ”, et “ Dieu m’est témoin ”, et “ aussi sûrement qu’il fait jour ”…

[…]

        Allons, Kate, jure-moi, comme une dame que tu es,

        Un bon serment qui emplisse la bouche, et abandonne ces “ sur mon âme ”,

        Et autres protestations de pain d’épices [pepper-gingerbread]*.

Shakespeare

Henry IV, première partie

* Pain d’épices peu cher, dans lequel le gingembre était remplacé par du poivre.

Martin Engelbrecht, Un confiseur, vers 1735.

Scaramouche

[…] Je suis devenu bourgeois de Paris. Je suis confiturier.

Arlequinregardant la corbeille d’un œil d’envie.

Bel établissement, ma foi ! Voilà de ton ouvrage apparemment.

Scaramouche

Sans doute. Ce sont des fruits confits que j’apporte dans cette maison pour une noce.

Arlequin, prenant des confitures dans la corbeille.

J’en veux goûter, pour voir ce que tu sais faire. À la besogne on connoît l’ouvrier.

Scaramouche

Hé bien, qu’en dis-tu ?

Arlequin, après avoir mangé, en prend encore.

Tu es bon confiseur. Parbleu ! tu travailles à merveille.

Alain René Le Sage

Le Tableau du Mariage

 

Confiseur, confiseur, confiseur?

— Il faut vous dire, Mademoiselle, répondit Casse-Noisette, que le peuple de Confiturembourg croit, par expérience, à la metempsycose, et est soumis a l’influence supérieure d’un principe appelé confiseur, lequel principe lui donne, selon son caprice, et en le soumettant à une cuisson plus ou moins prolongée, la forme qui lui plaît. Or, comme chacun croit toujours sa forme la meilleure, il n’y a jamais personne qui se soucie d’en changer ; voila d’ou vient l’influence magique de ce mot “ confiseur ”, sur les Confiturembourgeois, et comment ce mot, prononcé par le bourgmestre, suffit pour apaiser le plus grand tumulte, comme vous venez de le voir : chacun, à l’instant même, oublie les choses terrestres, les côtes enfoncées et les bosses à la tête […].

Alexandre Dumas

Histoire d’un casse-noisette

 

Entrez dans les passages, chez les marchands, et consultez ces visages d’acheteurs qui ne choisissent rien, qui ne voient rien, qui payent, qui rechignent, et se mettent à courir du bijoutier chez le confiseur, de l’ébéniste au marchand de nouveautés. Dans cette cohue de gens qui s’adressent des compliments d’une égale sincérité et des cadeaux de la même valeur, qui s’éclaboussent, s’embrassent, se ruinent, qui est content ?

Nestor Roqueplan,

La Vie Parisienne

 

Confiseurs : Tous les Rouennais sont confiseurs.

Gustave Flaubert

Dictionnaire des idées reçues

 

Le Nabab, en course dans Paris, dévalisait, pour eux, toute une devanture de confiseur qu’il faisait porter au collège avec cet élan de cœur mêlé d’une ostentation de nègre, qui caractérisait tous ses actes.

Alphonse Daudet

Le Nabab

 

Il avait à peine cinq ans que, tout en montant sur les genoux de son père pour l’embrasser, il mettait adroitement sa petite main dans la poche du gilet et y prenait quelques menues monnaies. L’épicier s’apercevait bien de ce petit larcin ; mais il en riait avec sa femme : et l’enfant, heureux du succès de sa ruse, allait chez le confiseur acheter des bonbons.

Zulma Carraud

Contes et historiettes à l’usage des jeunes enfants qui commencent à savoir lire

 

Jean-Paul est à présent en quatrième, où il remportera certainement le premier prix de version grecque. Petit-Jacques, à qui l’état de gêne de son père ne permet pas les études de collège, est en apprentissage chez un confiseur, aux frais mêmes de M. Choppart. Vous le voyez, ils sont en voie tous deux de devenir des citoyens vraiment utiles.

Louis Desnoyers

Les Mésaventures de Jean-Paul Choppart

 

L’homme du demi-monde se met à songer, tout en passant chez le confiseur commander des bonbons pour la baignoire n° B... (théâtre au choix), qu’il y a bien du charme dans une vraie société de vraies femmes du monde.

Paul Bourget

Physiologie de l’amour moderne

 

De la ménagerie où rugissaient les lions, je titubai jusqu’à la baraque du confiseur, où un bonhomme en toque blanche dévidait autour de son brais des écheveaux de sucre.

Paul Guth

Mémoires d’un naïf

 

Il parcourait du regard les rayons des bouquinistes et sa gourmandise prenait un autre tour devant les préciosités baroques des confiseurs aux bocaux de couleur, les somptuosités d’une charcuterie alsacienne ou les rangs de tartelettes et de gâteaux d’une pâtisserie.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

Carte publicitaire. En 1757, un pâtissier italien, Domenico Negri,  ouvrit une confiserie à Londres,

aux 7-8 Berkeley Square, à l'enseigne de « The Pot and Pineapple ». L'ananas était alors un symbole de luxe,

et on le retrouve dans nombre d'enseignes de confiseries de l'époque.

Une publicité d’autrefois : « Au Fidèle Berger »

Le sieur Rousseau, gendre et successeur du sieur Ravoisé, confiseur de la reine, au Fidèle Berger, rue des Lombards, prévient le public que le magasin qu’il a eu au Palais-Royal, les années précédentes, à l’époque du premier jour de l’an et jours suivants, n’aura point lieu cette année. Que les marchandises que l’on y pourrait vendre sous son nom ou celui de sa fabrique n’en seront point. Mais que, pour y suppléer et donner chez lui au public plus de facilité, il vient de faire construire un second magasin décoré à cet effet, dans un goût agréable et nouveau. Parmi le nombre de marchandises dont il sera rempli, on y distinguera un dessert composé de cinq grands plateaux réunis, formant un tout ensemble, et pouvant également s’isoler. Chacun portera un sujet tiré de la fable, composé et exécuté dans un genre qui n’a point encore été pratiqué. Chaque groupe est situé dans un fond de paysage analogue et offrant des fêtes variées. Quoique ce dessert soit formé de sujets différents, ils tendent tous à représenter le triomphe de la beauté.

                        On trouvera en outre, des boîtes mécaniques portant un cadran à numéros et contenant des bonbons relatifs aux dits numéros, chaque bonbon renfermera un oracle en quatrain.

                  Des autels à la patrie, en conserve de fleur d’orange portant la figure de la liberté avec inscription et attributs. Le tout propre à faire un milieu de dessert.

                      Nouveaux bonbons, savoir : 
Bonbon de la ville de Paris.
Bonbons enveloppés d’énigmes, charades ou hogogriphes, dont le mot se trouve dans le bonbon. 
Bonbons avec demandes et réponses.
Bonbons à oracles. Bonbons brillants.

              Et tous les autres bonbons déjà connus avec un assortiment très varié de tous les objets pour étrennes.

           Nota. On trouve toujours chez le dit sieur des boîtes toutes préparées pour les baptêmes.

L'Illustration, 16 décembre 1876, n°1764.

Les deux Duval

chanson

 

Deux Duval* sont à Paris ;

Tous deux font les renchéris,

Voilà la ressemblance.

L’un est tout sucre et tout miel,

L’autre n’est qu’absinthe et fiel,

Voilà la différence.

 

Ils vont débitant partout

De grands mots, et puis c’est tout,

Voilà la ressemblance.

L’un raisonne en confiseur,

Et l’autre en plat confesseur,

Voilà la différence.

 

Tous deux sont des charlatans

Admirés par les enfans,

Voilà la ressemblance.

L’un montre l’art des banquets,

L’autre celui des baquets,

Voilà la différence.

 

En papillote à Paris

Des deux on met les écrits,

Voilà la ressemblance.

L’un est pour le diablotin,

L’autre pour le chicotin,

Voilà la différence. 

Correspondance littéraire, philosophique et critique

de Grimm et de Diderot

depuis 1753 jusqu’en 1790, février 1788

publiée en 1831, Chez Furne et Ladrange, Paris.

 

Jacques Duval D’Espréménil, conseiller au Parlement, et Duval, confiseur de la rue des Lombards. Duval D’Espréménil fut « un des plus illustres champions de Mesmer et de Cagliostro », précise Grimm.

 

Très-humbles remontrances du Fidèle Berger,

confiseur rue des Lombards,

à M. le vicomte de Ségur, qui avait envoyé à toutes les Dames

de sa société des pastilles

avec des devises de sa composition ; par M. le comte de Thiard

O vous dont la muse légère,

L’enjouement, la grace et le ton,

Cueillent les roses de Cythère

Et les lauriers de l’Hélicon ;

Vous, qui des amans infidèles

Présentez à toutes les belles

Et les charmes et le danger,

Avez-vous besoin de voler,

Ségur, pour vous faire aimer d’elles,

Les fonds du Fidèle Berger ?

 

Que deviendront mes friandises,

Mes petits cœurs et mes bonbons ?

Qui brisera mes macarons

Pour y chercher quelques devises ?

Assuré, pour le nouvel an,

De Messieurs de l’Académie,

J’avais épuisé leur génie,

Et j’en étais assez content.

Mais près de vous quel auteur brille ?

Vous possédez assurément

Plus d’esprit et plus de talent

Qu’il n’en tient dans une pastille.

Entre nous autres confiseurs,

Nous savons ce que sur les ames

Peuvent produire les douceurs ;

Si donc une des nobles dames

Que vous peignez si joliment,

S’échauffant à vos douces flammes,

Vous accorde un heureux moment,

Songez au dédommagement

Que vous devez à ma boutique,

Et donnez-moi votre pratique

Pour le baptême et pour l’enfant.

Correspondance littéraire, philosophique et critique

de Grimm et de Diderot

depuis 1753 jusqu’en 1790, janvier 1783,

publiée en 1831, Chez Furne et Ladrange, Paris.

 

 

L’âge d’or de la rue des Lombards

 

Le plus beau temps de la rue des Lombards fut, sans contredit, celui qui s’écoula de l’an 1650 à l’an 1800 ; tout le monde ne pouvait pas aller emprunter aux anciens usuriers de ce quartier, par la raison excellente qu’on ne prête qu’aux riches, tandis que pas un parisien ne trouvait, au moins une fois dans sa vie, quelques pièces de trois livres à dépenser pour faire le galant ; toutes les femmes idolâtraient les dragées, depuis les dames de la cour jusqu’aux plus simples grisettes.

                  Je ne parle pas des parrains ; pour eux la course à la rue des Lombards était la première chose qu’ils inscrivaient sur leurs tablettes, en récapitulant les frais que devait leur procurer l’honneur de tenir un petit Parisien sur les fonts de baptême, en compagnie d’une charmante marraine.

                 Tous les bonbons les plus délicats et les plus galants ont vu le jour, pour la première fois, rue des Lombards ; cinquante confiseurs luttaient continuellement de génie, pour inventer une nouvelle manière de rissoler les pralines et d’accommoder les pistaches ; leur esprit était continuellement en ébullition comme leur chaudière, sans compter que deux cents poètes se creusaient la cervelle, pendant les douze mois de l’année, pour rimer les devises qui accompagnaient invariablement chaque bonbon.

               À cette heureuse époque, du moins, la poésie avait un débouché certain, et un père de famille pouvait voir, sans trop d’inquiétude, un de ses fils embrasser le culte d’Apollon ; pour peu que notre poète eût la chance de connaître un confiseur de la rue des Lombards, il était sauvé ou à peu près ; on voyait de ces poètes se faire jusqu’à trois livres par jour, en confectionnant des devises, toutes plus amoureuses les unes que les autres. — Par exemple, il ne fallait pas travailler à ses heures, et Pégase devait être toujours bridé, chaque cent de devises étant payé six livres, prix fixe.

                  […] Ce n’étaient pas seulement les poètes du dernier ordre, et auxquels on devrait même à la rigueur refuser cette noble qualification, qui travaillaient pour les confiseurs de la rue des Lombards : Gilbert, cet illustre et infortuné satyrique, confectionna lui-même de banales devises, et ce n’était pas pour lui les plus mauvais jours que ceux où il allait toucher quinze ou dix-huit livres, chez le patron de la boutique du Fidèle Berger, pour prix de son travail littéraire de la saison.

Louis Huart, dans Les rues de Paris. Paris ancien et moderne,

sous la direction de Louis Lurine, 1844

Même chose arriva pour le voisin de gauche, qui guettait le moment où le rapporteur de la commission [capitaine Pamphile] serait libre ; celui-là était un confiseur fort estimable, lequel s’informa avec le même intérêt qu’avait fait son voisin l’épicier, du goût qu’avait le capitaine Pamphile pour les sucreries et les confitures. Le capitaine répondit qu’il était généralement reconnu que l’Académie était un corps très friand, et qu’en preuve de ce qu’il avançait, il voulait bien lui avouer que cette honorable assemblée, qui se rassemblait tous les jeudis sous le prétexte ostensible de discuter des questions de science ou de littérature n’avait d’autre but dans ces réunions à huis clos que de s’assurer, en mangeant de la conserve de rose et en buvant du sirop de groseille, des progrès que faisait l’art des Millelot et des Tanrade, que, depuis quelque temps, au reste, elle s’était aperçue de l’abus de la centralisation, sous le rapport de la confiserie, et que les pâtes d’Auvergne et le nougat de Marseille avaient été reconnus dignes des encouragements académiques ; quant à lui, il était heureux d’avoir appris par expérience que les confitures d’Orléans, dont il n’avait jamais entendu parler jusqu’à ce jour, ne le cédaient en rien à celles de Bar et de Châlons : c’était une découverte dont il ne manquerait pas de faire part à l’Académie dans une de ses plus prochaines séances.

Alexandre Dumas

Le capitaine Pamphile, 1840

 

Un confiseur au Palais-Royal

 

Le confiseur Berthelemot, ou celui qui a hérité de sa gloire, car je crois que si son nom pare toujours son enseigne triomphale, il n’est plus lui-même le chef de l’établissement dont il fut le fondateur, jouit dans le Palais-Royal d’une suprématie justement acquise par l’excellence de tout ce qui sort de chez lui. Vous, qui n’êtes pas venu à Paris, ne pouvez, mon ami, vous figurer à quel point de perfection est parvenu l’art du bonbonier, ni sous quelles formes brillantes et jolies on manipule le sucre et tous les ingrédiens qui se combinent avec lui. Chaque fois que je passe devant la boutique de Berthelemot ou devant celle de Coste, son confrère, dans la rue Saint-Honoré, je ne puis m’empêcher de m’arrêter, pour admirer à mon aise ces fruits, ou vrais ou artificiels, revêtus de robes si variées et si élégantes. L’or et l’argent, des couleurs vives et fraîches, des substances exquises, des trompe-l’œil délicieux, des mystifications gourmandes, qui tournent toujours au profit de celui que l’on joue, des liqueurs transparentes et dont l’éclat rivalise avec celui des topazes, des saphirs, des rubis et des émeraudes, sont exposés sur des tablettes de cristal, et contenues dans des vases élégans de même matière. Là sont des fruits confits ou pralinés, des amandes, des pastilles de toutes formes et nuances. Le goût, l’odorat et la vue sont également satisfaits. Les merveilles de cet art presque nouveau, tant les progrès qu’il a faits sont immenses, sont dues principalement à Berthelemot. Ce n’est pas la seule obligation que lui aura la bonne compagnie. Il vient, pour elle, d’ouvrir un salon charmant au-dessus de son magasin, décoré avec autant de goût que de simplicité. Là il sert des glaces excellentes, des sorbets délicieux, des sirops exquis. Le beau monde s’y porte en foule, et y revient toujours avec un nouvel empressement. 

 

Marquis Louis Rainier Lanfranchi,

Voyage à Paris, ou Esquisses des hommes et des choses dans cette capitale

Un confiseur, dans Franz  Balthazar Solvyns, 

'The Hindus, or the Description of their Manners,

Costumes and Ceremonies', c. 1808.

confiseuse

 

Le Baïram des Turcs ressemble à notre jour de l’an. […] si les dames turques font admirablement les confitures, le privilège des sucreries, des bonbons et des cartonnages splendides appartiennent à l’industrie parisienne. Nous passâmes, en revenant des Eaux-Douces, par la grande rue de Péra, qui était devenue ce soir-là pareille à notre rue des Lombards. Il était bon de s’arrêter chez la confiseuse principale, Mme Meunier, pour prendre quelques rafraîchissements et pour examiner la foule.

Gérard de Nerval

Voyage en Orient

Martin Engelbrecht, Une confiseuse, vers 1735. 

AB A.P. Kjellgrens Bröd & Konfektaffär Affärsinteriör, 2 kvinnor innanför disken.

Fröken Sissi Björkman AB A.P. Kjellgrens Bröd & Konfektaffär, 1922, Örebro läns museum.

confit,-e

 

Avec la muscade, avec la girofle que l’on consommait en boutons confits dans du sucre, le poivre constituait l’un des trois joyaux de la couronne batave. Les épices étaient l’or noir de l’époque.

James de Coquet

Lettre aux gourmands, aux gastronomes…

 

Les fruits se gardent par artifices.

Les cerises et les prunes confites sont meilleures pour ceux qui aiment la douceur que pour ceux qui ne l’aiment pas.

Les abricots et les quartiers de coing ne peuvent nuire.

Sur la fin la douceur.

Les moyens confits, cotignacs, dragées, figues, raisins, marrons, etc., ont plus d’agrément que l’entrée de table, après quoi faut desservir, afin de se récréer, soit à jeux honnêtes, à la promenade ou à la danse qui suit (comme on dit) la panse.

Rôti-Cochon

 

Il avait envoyé trois courriers à Quélus, et, comme ces gens ne comprenaient pas pourquoi Sa Majesté était dans l’inquiétude, ils s’étaient arrêtés tout simplement chez M. de Birague le fils, où tout homme aux livrées du roi trouvait toujours un verre plein, un jambon entamé et des fruits confits.

                   C’était la méthode des Birague pour demeurer en faveur.

Alexandre Dumas

La Dame de Monsoreau

Un esclave le suivait chargé d’un bassin de vermeil, sur lequel deux coupes d’argent ciselé accompagnaient des fruits confits et une large fiole de vin de Xérès. 


                 — Senora, dit le majordome, Votre Seigneurie est servie.

Alexandre Dumas

Le Bâtard de Mauléon

 

Berthe revenait. Elle avait vu des boîtes de fruits confits, et, après de vives caresses, elle tâcha de s’en faire donner une. Mais l’oncle se trouvait repris de son bégaiement ; pas possible, c’était compté ; ça partait le soir pour Saint-Pétersbourg.

Émile Zola

Pot-Bouille

 

Une poésie s’en dégageait pour elle, mêlée aux senteurs prédominantes de l’épicerie, les plus fines ensemble  et les plus fortes, les plus intelligentes si l’on peut ainsi parler, cannelles et vinaigres, cires et fruits confits, oranges et citrons, qui lui arrivaient par bouffées vagues, à travers la porte souvent entrebâillée de l’arrière-boutique, où elle se tenait la plupart du temps.

Paul Verlaine

LouiseLeclercq

 

Il y avait de l’or, il y avait de l’argent, pour des millions. Il y avait des robes de soie, des armures d’acier. Il y avait 
cent mille canons, autant de tonneaux de poudre, et cent fois autant d’obus. Il y avait aussi des tonneaux de vin, de cidre et de bière ; on n’a pas compté les jambons. Il y avait encore soixante mille caisses de fruits confits, et bien 
autre chose qu’on ne sait plus. 

Charles Cros

Collier de griffes

 

Et les épiciers donc ! oh ! les épiciers ! […] ce n’étaient pas seulement les parfums mélangés du thé et du café si agréables à l’odorat, les raisins secs si beaux et si abondants, les amandes d’une si éclatante blancheur, les bâtons de cannelle si longs et si droits, les autres épices si délicieuses, les fruits confits si bien glacés et tachetés de sucre candi, que leur vue seule bouleversait les spectateurs les plus indifférents et les faisait sécher d’envie ; ni les figues moites et charnues, ou les pruneaux de Tours et d’Agen, à la rougeur modeste, au goût acidulé, dans leurs corbeilles richement décorées, ni enfin toutes ces bonnes choses ornées de leur parure de fête ; […].

Charles Dickens

Cantique de Noël

 

Cette branche d’industrie est fort ancienne à Clermont et à Riom ; la réputation de ses pâtes d’abricot, de ses fruits confits, etc., est, depuis longtemps aussi, très bien établie, non seulement en France, mais encore à l’étranger.

A. Baudet-Lafarge

Agriculture du département du Puy-de-Dôme

 

Il n’y a donc pas à compter sur Malatesta qui est à la charcuterie de Modène et il a même laissé intacte dans son pupitre une boîte de fruits confits qu’on se partage en retenue.

Jules Vallès

L’Enfant

 

Berthe revenait. Elle avait vu des boîtes de fruits confits, et, après de vives caresses, elle tâcha de s’en faire donner une.

Émile Zola

Pot-bouille

 

Les rues de Paris, à l’approche de la nouvelle année, ressemblaient à des rangées de gigantesques boîtes de bonbons et de jouets, de fruits confits, de bijouterie et de maroquinerie, que les brumes et les frimas enveloppaient comme d’ouate et de toile d’emballage.

Anatole France

La vie en fleur

 

En passant devant la boutique de l’épicier, je vis des fruits confits qui brillaient dans leur boîte, comme des joyaux dans un écrin de velours blanc. Les cerises faisaient des rubis, l’angélique des émeraudes, les prunes de grosses topazes, et comme, de tous les sens, c’est la vue qui me procure les impressions les plus fortes et les plus profondes, je fus séduit et je déplorais que mes moyens ne me permissent pas d’acheter une de ces boîtes. Mais je n’avais pas assez d’argent. Les plus petites valaient un franc vingt-cinq. Si le regret n’eut point d’empire sur moi, le désir a conduit ma vie entière. […] Heureux encore si je n’avais jamais désiré que des boîtes de fruits confits !

Anatole France

Le Petit Pierre

 

Toute la gracieuseté qu’on fit

Se change l’hiver en fruit confit.

Stéphane Mallarmé

Vers de circonstance

 

Les fruits confits d’Apt alternaient sur les étagères avec les calissons d’Aix et les berlingots de Carpentras.

Léon Daudet

Fantômes et vivants

 

Je lorgne le mélange [la “ fameuse crème famille ”]. Ça contient un arc-en-ciel de fruits confits hachés, ça ressemble à de la cassate qui aurait fondu.

Hervé Bazin

Le Matrimoine

 

— Apportez-lui une belle corbeille de fruits confits de Nice, dit-il, et ça l’a mis de bonne humeur, il a eu un petit rire, je me demandais pourquoi. D’habitude monsieur Salomon offrait de beaux fruits qui venaient directement de la nature, et j’étais un peu étonné qu’il fasse apporter à cette dame des fruits confits de Nice qui font un peu conserve et ne procurent pas le même bon effet de fraîcheur.

Émile Ajar,L’angoisse du roi Salomon

 

[…] entre les confitures que l’on servit au dessert, il y avait des cacaos confits, que je crois être la plus délicieuse confiture qui se puisse imaginer, et qui surpasse, à mon avis, les meilleures qui soient en Europe. […] Cette confiture, comme on voit, demande beaucoup de soin, et consume beaucoup de sucre. Les confituriers des Îles en font très rarement ; et à moins d’un écu la livre, ils ne peuvent pas l’entreprendre ou la faire comme il faut.

P. Jean-Baptiste Labat

Voyage aux Îsles…

 

On fait, avec les amandes de cacao, préparées, à peu près, comme les noix de Rouen, une confiture excellente, propre à fortifier l’estomac, sans trop l’échauffer.

Pierre-Joseph Buc’holz

Dissertation sur le cacao…

Coll. A. P.-R.

 

Les fruits confits

 

Scaramouche

Eh ! bon jour Arlequin ! (Ils s’embrassent.) Tu es toujours dans le service, à ce qu’il me semble.

Arlequin

Est-ce que tu n’y es plus, toi ?

Scaramouche

J’ai fait une fin, mon enfant. Je suis devenu bourgeois de Paris. Je suis confiturier.

Arlequin,regardant le corbeille d’un œil d’envie.

Bel établissement, ma foi ! Voilà de ton ouvrage apparemment.

Scaramouche

Sans doute. Ce sont des fruits confits que j’apporte dans cette maison pour une noce.

Arlequinprenant des confitures dans la corbeille.

J’en veux goûter, pour voir ce que tu sais faire. À la besogne on connoît l’ouvrier.

Scaramouche

Hé bien, qu’en dis-tu ?

Arlequinaprès avoir mangé, en prend encore.

Tu es bon confiseur. Parbleu ! tu travailles à merveille.

Alain René Le Sage

Le Tableau du Mariage

 

— Tout de même, dit le petit Julien, c'est bien singulier de penser que les volcans nous ont donné la maison où nous voilà !

          — Ils ont aussi donné à la Limagne sa richesse. Généralement les terrains volcaniques sont plus fertiles. C'est avec les blés abondants de la Limagne que Clermont fait les excellentes pâtes alimentaires, les vermicelles, les semoules dont j'ai acheté une grande quantité et que nous chargerons demain dans la voiture. Les fruits secs et confits que Clermont prépare si bien et à bon marché ont aussi mûri dans la Limagne.

               — Est-ce que vous en avez acheté, monsieur Gertal ?

              — Oui, dit le patron, et j'en trouverai une vente certaine, car ils sont renommés. En même temps il chercha dans sa poche et atteignit un petit sac : — Voici des échantillons ; goûtez cette marchandise, enfants.

            Il y avait des abricots, des cerises, des prunes. Julien fut d'avis que la Limagne était un pays superbe, puisqu'il donne des fruits si parfaits, et que les habitants étaient fort industrieux de savoir si bien les conserver. 

G. Bruno

Le Tour de la France par deux enfants

 

Une spécialité italienne

 

Il y avait cette excellente friandise italienne qui consiste en quelques grains de raisin muscat confits dans du vin liquoreux, ridés au soleil, momifiés et capiteux, roulés dans des feuilles de vigne. Il y avait ces fruits glacés de sucre, imprégnés de sucre, qui n’étaient plus que sucre, transparence vitreuse comme celle des pierres semi-dures, abricots-topazes, melons-jade, amandes-calcédoines, cerises-rubis, figues-améthystes. Un jour à Cannes j’ai vu une barque de sucre coloré, débordante d’une cargaison de fruits confits. Deux passagers y eussent tenu à l’aise. Quelle gourmande, quel enfant gâté avait embarqué son rêve à bord d’un pareil esquif ? J’entrai. “ C’est vendu, Madame. — Et vendu combien ? — Cinq mille francs. ” Cinq mille francs d’avant-guerre, cinq mille francs de 1931…

Colette

Gigi

confit

 

Noël viendra

Qui nous apportera

Noix et gâteaux

Pour faire danser les garçons

Aux garçons des coups de bâton

Aux filles des coups de fuseau

Et aux petits

Des coups de confits.

Quête de Noël

Roussillon, citée par Anne-Christine Beauviala et Nicole Vielfaure, Fêtes, Coutumes et Gâteaux

 

En silence, à attendre. À attendre que dona Brigida aille dans la cuisine ou dans la salle à manger sous le prétexte de faire du café, de chercher du confit de banane ou de jaque, de mangue ou de cajou.

Jorge Amado

Tereza Batista

confiture

 

Coll. A. P.-R.

Les filles furent bien apprises et à tous présentèrent pleins hanaps de vin clémentin, avec abondance de confitures. Ainsi fut de nouveau le banquet réjoui.

François Rabelais

Le Quart Livre

 

On y servoit des pastés & petits & grans, dans des vesseaus de terre de la couleur & entierement de la forme d’une croute de pasté ; il se passe peu de repas où on ne vous présante des dragées & boîtes de confitures ; le pein le plus excellant qu’il est possible […].

Montaigne

Journal du voyage de Michel de Montaigne en Italie…

 

Les confitures sont plaisantes au palais pour nous servir d’aliment, approchent de notre nature et peuvent servir de médicament. »

Thrésor de Santé

1607

 

L’on mange en toute saison des Pois verts, des Feves & des Asperges, & toute autre sorte de ces denrées. Il n’y auroit rien de si aisé que de faire des Confitures. Les cannes de sucre y sont en quantité ; la Canelle, la Case, le Ris, la Rubarbe, le Sené, le Tabac, & toutes ces drogues Orientales y viennent à foison.

La Relation de l’isle imaginaire et l’Histoire de la princesse de Paphlagonie, sur l’imprimé de 1659

 

Il [le maître d’hôtel] aura soin de faire les provisions qui dépendent de sa charge, et qui se font ordinairement aux quatre saisons de l’année, comme par exemple :

                 En été, de bois et de charbon ; de confitures de toutes sortes, tant sèches que liquides ; de pâtes de toutes sortes, et fruits […].

Pierre David (peut-être Pierre de Lune)

Le Maître d’hôtel,

qui apprend l’ordre de bien servir sur table

et d’y ranger les services…, 1659

 

Le dîner se passa à l’ordinaire, et Monsieur y mangea extrêmement, comme il faisait à tous ses deux repas, sans parler du chocolat abondant du matin, et de tout ce qu’il avalait de fruits, de pâtisserie, de confitures et de toutes sortes de friandises toute la journée, dont les tables de ses cabinets et ses poches étaient toujours remplies.

Saint-Simon

Mémoires

Lorsque l'Hôtel de Sens (Paris, auj. Bibliothèque Forney) abritait une fabrique de confitures…

Cartes postales, reproductions.

Les dames qui n’avaient pas encore vu Rosette, accoururent pour la saluer : les unes lui apportèrent des confitures, les autres du sucre ; les autres des robes d’or, de beaux rubans, des poupées, des souliers en broderie, des perles, des diamants.

Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, baronne d’Aulnoy

La princesse Rosette

 

Néanmoins la plupart des provisions qu’il avait apportées, comme les fruits secs et les différentes sortes de gâteaux et de confitures, ne convenaient proprement qu’à des gens qui voulaient boire et se réjouir.

Les Mille et une nuits

 

Sur la fin du repas on servit des confitures, dont chacun, selon la coutume, ayant pris ce qu’il put emporter, les cadis entrèrent avec le contrat de mariage à la main.

Les Mille et une nuits

 

Le dessert fut à l’avenant du repas : confitures sèches et liquides, et sur le tout de petites liqueurs, pour aider à faire la digestion, et pour ravigoter ce goût si mortifié.

Marivaux

Le Paysan parvenu

 

Les Açores donnent encore des citrons, des limons, des confitures, dont le fayal est la plus estimée.

L’Encyclopédie

 

[…] dès l’instant du sevrage, de l’eau pour toute boisson ; jamais de crême ni de bouillie ; quelquefois du lait froid, des œufs, des légumes, de la soupe grasse, du fruit, etc. Point de confitures, de bonbons ni de pâtisserie ; […].

Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation…

par Mme de Genlis

 

[…] le repas étalé sur la table n’avait pas besoin d’excuses de la part du maître de la maison. De la chair de porc, apprêtée de plusieurs manières, apparaissait sur la partie basse de la table ; sur la partie haute on voyait de la volaille, du daim, du chevreuil, des lièvres et toute espèce de poissons, accompagnés de pains massifs, de galettes et de différentes confitures faites de fruits et de miel.

Walter Scott

Ivanhoé

 

Une des corbeilles était remplie de petits pains jaunes comme l’or, et d’une saveur exquise ; précieuse rencontre dans une contrée où le pain est inconnu. L’autre était pleine de fruits de tous genres, de quelques bouteilles d’excellents vins de Chypre et du Liban, et de ces confitures innombrables, délices des orientaux.

Alphonse de Lamartine

Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient

 

Le samedi matin, mademoiselle venait de se lever. Elle était en train de faire un petit panier de quatre pots de confitures de Bar qu’elle comptait porter le lendemain à Germinie […].

Edmond et Jules de Goncourt

Germinie Lacerteux

 

Il vivait là loin de tout bruit en compagnie de sa Mauresque, Maure lui-même de la tête aux pieds, soufflant tout le jour dans son narghilé, et mangeant des confitures au musc.

Alphonse Daudet

Tartarin de Tarascon

 

Dieu ! le joli repas que j’ai fait ce matin-là : un morceau de chevreau rôti, du fromage de montagne, de la confiture de moût, des figues, des raisins muscat. Le tout arrosé de ce bon châteauneuf-du-pape qui a une si belle couleur rose dans les verres.

Alphonse Daudet

Lettres de mon moulin

 

Après le fromage, la bonne venait de servir des confitures et des poires. Il prit des confitures, les mangea à la cuiller, avec la gourmandise inconsciente d’un gros homme adorant le sucre.

Émile Zola

Au Bonheur des dames

 

Le grand soleil dore les fruits, le grand air leur donne une saveur exquise. Et la gouvernante du curé fait des confitures qui sont renommées à plus de dix lieues à la ronde. J’en ai mangé. On dirait, selon l’heureuse expression des paysans, qu’on avale “ la culotte de velours du bon Dieu ”.

Émile Zola

Nouveaux Contes à Ninon, « Souvenirs »

 

André lança un coup de timbre et tandis que la bonne apportait le café, il la pria, lorsqu’elle aurait l’intention d’acheter au dehors des confitures, de les prendre désormais aux cerises, aux prunes, aux abricots, aux poires, à tout ce qu’elle voudrait, excepté aux groseilles et aux fruits confits qu’il soupçonnait d’être les vieux débris des chinois du jour de l’an, coulés, sous la rubrique de confitures du Midi, dans du sirop de sucre.

Joris-Karl Huysmans

En Ménage

Le vieux monsieur alors alla chercher dans l’office des gâteaux, des confitures, des fruits. Qu’on était bien dans cette vieille maison !

Hans Christian Andersen

Contes Merveilleux, « La vieille maison »

 

Et la confiture se mitonne avec des caramels et des sucres fondus, avec des recettes mystérieuses et des temps fixés par les usages, et des sirops comptés goutte à goutte, et un filet de fleur d’oranger par-dessus avec des coiffes en papier, imbibées dans de l’eau de vie pour empêcher les moisissures redoutées.

           Voilà l’état sirupeux bien à point… on goûte avec le bout du doigt… C’est chaud, mais c’est exquis… goûtez-moi ça… c’est un velours.

E. B.

L’Éclaireur de Lunéville, 16 septembre 1900

Coll. A. P.-R.

Pas de fruits domestiques ou sauvages à dix lieues à la ronde qu’elle ne transformât en confitures. En temps ordinaire, elle était tout le jour en cotte troussée, bras nus ; gantée jusqu’au coude de raisiné, de gelées, de compotes, de pâtes qu’elle pétrissait, coulait, transvasait, entourée de bassines, de cuves ou de pots où clapotaient des lacs de confitures.

Jean Giono

Angelo

 

— Tiens, tu me dégoûtes et tu me donnes faim. Apporte-moi quelques confitures sèches pour me dégraisser les dents.

Raymond Queneau

Les fleurs bleues

 

Morgan avait pris place pour le petit déjeuner devant une table que recouvrait une nappe de toile orange. Ses armes se trouvaient rassemblées sous son regard : la théière, les pots d’argent pour l’eau brûlante et pour le lait, la passoire sur son socle, la motte exquise de beurre des Charentes où montait la sueur, les collines de citron et de sucre, la tasse à thé, le long verre glacé aux larmes de pamplemousse, tout le service des confitures et l’édifice fumant des toasts enveloppés de leur serviette chaude.

Kleber Haedens

’été finit sous les tilleuls

 

L’art des confitures s’apparente à l’héraldisme. Chaque pot de fraise ou d’abricot symbolise les vertus et le tempérament d’une famille tout entière.

James de Coquet

Lettre aux gourmands…

 

En ce temps-là, l’enfance heureuse était celle qui avait le privilège de mordre dans une tartine de confiture et de s’en barbouiller le nez. Le jour où l’enfant était admis à manger sa confiture avec une cuiller constituait pour lui une initiation. Il était devenu un vrai petit homme. Les confitures sont un mets chargé de symboles.

James de Coquet

Lettre aux gourmands

 

Elle tenait à ce que les petits déjeuners fussent de vrais repas, toute une cérémonie. La table était couverte de pots, confitures, céréales extravagantes, fruits, théières, sucriers pleins d’édulcorants à la dernière mode ou au contraire de sucres bruns, non raffinés, plus vrais que nature.

François Nourissier

La fête des pères

 

[…] elle me gava de confitures sèches, de rôties [toasts, petits pains chauds] et de mille douceurs qu’elle me dit de telle façon, moitié figue moitié raisin, qu’on ne savait jamais si elle se jouait ou si c’était pour de bon […].

Françoise Chandernagor

L’Allée du Roi

 

Un parfum de campagne…

 

Il peut vous arriver de vouloir aller humer un peu de fraîcheur à telle ou telle campagne de votre connaissance, et de la trouver entièrement envahie par la gelée de groseilles et la marmelade de prunes. — Ce ne sont que terrines, bassinets, pots en faïence, écumoires et tamis. À partir du vestibule, votre ami se présente à vous avec des confitures jusqu’aux coudes. Il sort du laboratoire, il est le confiturier en chef ! Sa femme est également panachée ; les enfants ont des moustaches et des jeunes Frances en marmelade.

              Intéressant tableau ! bien fait pour être intercalé au Musée prochain, avec le cachet du bonheur sur toutes les figures ; un fond de pruniers et de groseilliers dans le lointain, et l’indication suivante au livret :

                 — Famille parisienne venant de faire ses confitures.

Francis de Valrine,

dans Le Prisme, Encyclopédie morale du dix-neuvième siècle

Carte postale illustrée par Jansen. Coll. A. P.-R.

Carte potale. Coll. A. P.-R.

Coll. A. P.-R.

confiturier

 

Je l’ai suivie chez un marchand de vin, chez un vendeur d’herbes, chez un vendeur d’oranges, de limons et de citrons, puis chez un vendeur d’amandes, de noix, de noisettes et d’autres fruits ; ensuite chez un autre confiturier et chez un droguiste […].

Les Mille et une nuits

conserve

 

Conserve se prend aussi pour ceste mixtion qui se fait des fueilles de fleurs avec du sucre, pour icelles fleurs conserver et garder par long temps. Selon ce on dit conserve de roses, Intrita rosacea, Bud.

Nicot

Thresor de la langue françoyse

 

Non seulement pour l’embellissement et la volupté d’un repas cette confiture est inventée, mais encore pour la santé, qui faite proprement et selon les règles de l’art, a des qualités excellentes et contient en soi des vertus extraordinaires. Et ce n’est pas sans raison que nos Anciens lui ont donné le nom de conserve, comme si ils avaient voulu dire qu’elle conserve et maintient le corps, par son usage, dans une agréable disposition et une santé parfaite.

L.S.R.

L’Art de bien Traiter

 

Les conserves sont une espece de confiture sèche, faite avec du sucre & des pâtes de fleurs ou de fruits ; & les plus en usage sont celles de bétoine, de mauve, de romarin, de capillaires, de fleur d’orange, de violette, de jasmin, de pistaches, de citrons & de roses.

              Nota, que les Apothicaires entendent sous le titre de conservetoutes sortes de confitures seches ou liquides, préparées avec du sucre ou du miel pour être conservées, soit de fleurs, de fruits, de graines, de racines, d’écorces, de feuilles, &c.

Encyclopédie

 

La meilleure angé̀lique se fabrique à Niort, où l’on a pieusement gardé̀ la tradition et les formules employé̀es par les religieuses de la Visitation de Sainte-Marie pour la confection de cette excellente conserve.

Alexandre Dumas

Grand Dictionnaire de Cuisine, 1873

Coll. A. P.-R.

cookies

 

1948

corbeille

 

Un jour, pendant les fêtes, l’hiérophante découvrit ces corbeilles mystérieuses, qu’on porte dans les processions, et qui sont l’objet de la vénération publique. Elles renferment les symboles sacrés, dont l’inspection est interdite aux profanes, et qui ne sont pourtant que des gâteaux de différentes formes, des grains de sel, et d’autres objets relatifs, soit à l’histoire de Cérès, soit aux dogmes enseignés dans les mystères. Les initiés, après les avoir transportés d’une corbeille dans l’autre, affirment qu’ils ont jeûné, et bu le cicéon.

Abbé Barthélemy

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce

 

Elle commanda aussitôt que l’on servît la collation. En même temps on couvrit une table de plusieurs corbeilles de fruits et de confitures. Elle se mit à table avec les esclaves et mon frère.

Les Mille et une nuits

 

Madame des Ormes […] fit une douzaine de descentes à la cuisine, […] dressant des corbeilles de fruits qui s’écroulaient avant que le sommet de la pyramide eût reçu ses derniers ornements.

Comtesse de Ségur

François le Bossu

 

Détachées du moule avec la pointe d’un couteau, les gaufres s’entassent dans une corbeille tapissée d’une serviette blanche. Elles sont plates et minces, rondes ou carrées ; mais parfois on les enroule vivement autour d’un moule en bois et, alors, elles forment un gracieux cornet que, par un raffinement exquis de gourmandise, on emplit d’une crème onctueuse embaumant la vanille. 

Fulbert Dumonteil

La France Gourmande

 

Elle avait posé la corbeille de fruits confits sur la table, à côté d’une danseuse gitane d’Espagne qui montrait ses dentelles.

Émile Ajar

L’angoisse du roi Salomon

corbillon

 

Dessert.

8 Corbeilles et 10 corbillons.

12 assiettes montées.

10 compotiers.

Alexandre Dumas

Grand Dictionnaire de Cuisine


corne

 

Les verres se remplirent de bon vin d’Alicante. Tous les cavaliers,
chacun à son tour, coupèrent une corne de galette, on trinqua
 pêle-mêle à la santé de M. le maire […].

Frédéric Mistral

Mes Origines. Mémoires et Récits

 

Une fillette éprise du gâteau à cinq cornes, cuit et mangé le jour des Rameaux ; de la crêpe, en carnaval ; de l’odeur étouffante de l’église, pendant le mois de Marie.

Colette

Vrilles de la vigne

 

— Donnez du thé à ce jeune homme, moi, je vais lui offrir un gâteau.

Elle fouilla dans la poche de son caftan, en tira un mouchoir brodé. Il contenait deux sablés et une corne de gazelle. J’eus la corne de gazelle et les femmes se partagèrent les sablés.

Ahmed Sefrioui

La boîte à merveilles

cornet

 

Va à la messe, se va promener à pied à la digue ; revient à dix heures. Dîné : deux pommes cuites, chapon pour potage et pain bouilli, veau bouilli, la moelle d’un os, potage simple confit et jus de citron, hachis de chapon avec pain émié, gelée, le dedans d’une tarte à la pomme, une poire confite, trois cornets d’oublies, pain assez ; bu du vin clairet fort trempé ; dragée de fenouil.

Héroard

Journal*

* Le médecin de Louis XIII décrit une des journées du roi, alors âgé de vingt-huit ans, au siège de La Rochelle.

 

Un billet de spectacle donné à propos à la femme du suisse, un cornet de bonbons à la fille du maître-d’hôtel, un couplet apporté le jour de la fête de l’intendant, quelques livres d’excellent macouba offertes au secrétaire, lui facilitaient l’entrée du cabinet […].

Étienne de Jouy

L’Hermite de la Chaussée-d’Antin

 

[…] il est un antique et agréable usage auquel toute la confiserie est restée fidèle […]. — Je veux parler des jeunes et jolies demoiselles de magasin qui sont chargées de servir aux chalands les cornets de dragées et les boîtes de pastilles.

Louis Huart

dans Louis Lurine, Les rues de Paris - Paris ancien et moderne

 

Ils […] allèrent jusque chez un épicier de la rue de la Cossonnerie, qui avait la renommée des cornets. Les cornets sont de minces cornets de papier, où les épiciers mettent les débris de leur étalage, les dragées cassées, les marrons glacés tombés en morceaux, les fonds suspects des bocaux de bonbons.

Émile Zola

Le Ventre de Paris

 

Quand la casse d’un certain nombre de morceaux de sucre avait produit quelques fragments sans importance, M Jageot prenait encore le soin de les séparer de la poudre et de ranger ces fragments dans un bocal ; la poussière de sucre servait aux divers besoins de la maison Jageot. C’est pendant que l’épicier enveloppait soigneusement sa poussière de sucre dans de grands cornets de papier, que le chevreuil entra et produisit un effet tel qu’il s’en voit peu dans les meilleurs mélodrames.

Champfleury

Les Bourgeois de Molinchart

 

L’après-midi, à l’esplanade des Invalides, représentations militaires, mâts de cocagne, trois cents ballons perdus emportant des cornets de bonbons, grand ballon avec pluie de dragées.

Émile Zola

Son Excellence Eugène Rougon

 

D’abord, notre fidèle bonne, Philippine, qui n’avait pas oublié ma fête, m’a fait cadeau d’unjoli panier rempli de pêches et de raisins superbes, d’un grand cornet de pastilles de chocolat, et d’une lettre aussi tendre que naturelle.

Edgar Quinet

lettre à sa mère, xxxiv, Lyon, août 1820

 

[…] au moment de s’endormir, Leentje tourne la tête du côté de son arbre de Noël, qu’elle a fait monter dans la chambre, avec la poupée, les étuis, les boîtes à ouvrages et les cornets de dragées.

Camille Lemonnier

Le Noël du petit joueur de violon

 

Parfois, elle était sur le seuil, et ils échangeaient quelques mots ; ou bien il entr’ouvrait la porte, il appelait la petite, et lui glissait dans la main un cornet de bonbons.

Romain Rolland

Jean-Christophe, « L’Adolescent », 1904

 

Sur un plateau de buis, bricolé par son père, il portait cérémonieusement un étouffe-chrétien garni de dix-huit bougies multicolores et de trois cornets porte-bonheur en sucre candi contenant ce “ billet-surprise ”, plié en huit, qui ne surprend jamais personne et n’emploie que des formules de tout repos.

Hervé Bazin

L’huile sur le feu

 

[…] ils devaient se frayer un chemin à travers un flot de gens qui, comme à un signal, avaient envahi l’étage, des hommes, des femmes, des enfants endimanchés, beaucoup qui portaient des fleurs et des fruits, ou un carton de pâtisserie, et un homme de son âge, avec de petites moustaches brunes et un chapeau de paille, s’efforçait d’atteindre Dieu sait quelle destination avec un cornet de crème glacée dans chaque main.

Georges Simenon

Feux rouges

 

Rue Tronchet, il aperçut la voiturette d’un marchand de glaces, jaune et vert, avec ses couvercles en forme de dômes byzantins, ses peintures représentant le Vésuve et la baie de Naples. Tandis que la tante Victoria s’attardait devant une maroquinerie, il acheta un cornet double, pistache et framboise, les couleurs de la robe de sa tante.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

 

— Vite ! un cornet simple, vanille, pistache, fraise et framboise !

— Ne crache pas comme ça, on a entendu que lui répondait le marchand de glaces, et choisis un seul parfum. On ne panache pas dans les simples.

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas

« Le Bouillon n’aime pas la glace »

cotignac

 

Depuis par après devisoient des leczons leues au matin, & parachevant leur repas par quelque confection de cotoniat, s’escuroit les dens avecques un trou de Lentisce, se lavoit les mains & les yeulx de belle eau fraische : & rendoient graces à dieu par quelques beaux cantiques faictz à la louange de la munificence & benignité divine.

François Rabelais

Gargantua

 

S’il [Carême prenant] toussait, c’étaient boîtes de cotignac.

François Rabelais

Le Quart Livre

 

Les moyens confits, cotignacs, dragées, figues, raisins, marrons, etc., ont plus d’agrément que l’entrée de table, après quoi faut desservir, afin de se récréer.

Roti-cochon

 

Un cocher fut à confesse ; on lui ordonna de jeûner huit jours. “ Je ne saurois faire cela, dit-il au confesseur.  —Eh ! pourquoi ?— Je ne veux point me ruiner. Je suis un pauvre homme qui ai femme et enfants. J’ai vu jeûner monsieur et madame tout ce carême : il faut du cotignac, des poires de bon chrétien, du riz, des épinards, des raisins, des figues, etc. ”

Tallemant des Réaux

Historiettes, CCXCVII

 

Le Cotignac d’Orléans, estimé si souverain pour le cours de ventre, et qui tire son nom du jus de coins dont il est fait, est aussi une espèce de gelée un peu plus forte et plus cuite que les autres, faite avec le sucre royal, et dans laquelle il entre un peu de vin blanc. Cette sorte de confiture, qui est ordinairement de la couleur des plus beaux rubis, est envoyée en petites boîtes de sapin, rondes et plates, de diverses grandeurs, dont les plus petites s’appellent des friponnes.

Dictionnaire du Commerce

1760

 

Il avait même conclu, chemin faisant, des alliances, sinon offensives, du moins défensives.

                  En effet, quatre gros marchands épiciers de Paris, qui s’en allaient commander à Orléans leurs confitures de cotignac, et à Limoges leurs fruits secs, daignèrent agréer la société de Chicot, lequel s’annonça pour un chaussetier de Bordeaux, retournant chez lui après ses affaires faites.

Alexandre Dumas

Les Quarante-Cinq

 

Cette confiture sèche de coings, renfermée dans des boîtes de bois blanc de différentes grandeurs, était depuis des siècles en faveur spéciale auprès des amis de la friandise : elle avait eu tant de renommée au moyen âge, que l’on en offrait aux rois et aux reines, à leurs entrées dans les villes du royaume ; les enfants en raffolaient, et Charles d’Assoucy, qui obéissait toujours aux caprices de son ventre, regarda le cotignac avec un appétit qu’il brûlait de satisfaire à tout prix, mais sans argent.

Paul Jacob

Contes littéraires du bibliophile Jacob à ses petits-enfants

 

Il sortit de sa poche une poignée de bonbons et — tout en me les offrant une nouvelle fois, en me les mettant sous le nez avec insistance et alors qu’à mes yeux ils me paraissaient tous se résumer à être des “ bonbons acidulés ” — il me les nommait un à un : des cotignacs, des cailloux suédois, des Petits Quinquins de Lille — très difficiles à trouver —, des Hopjes, des caramels clochettes…

Pascal Quignard

Le salon du Wurtemberg

couleur

 

Il [le bonbon] est fin, élégant, net, — un peu fier, mais il n’y a pas de mal à cela, — point trop monté en couleurs, moins brun que blond, la couleur féminine, la nuance fugitive ; violet paille, rose-thé, bleuâtre. Il se tient, comme on dit, en un certain style artistique.

Charles Monselet

coupe

 

Une assiette de sandwiches, une coupe de fruits, un flacon de vin rouge était disposés sur la table. Sur un plateau d’argent massif, entouré de ses accessoires, le samovar électrique chantait.

Thomas Mann

Sang réservé

 

En face de la porte blanche à deux battants qui menait au salon, entre le divan et un demi-cercle de chaises se trouvait la table ovale couverte de fin linge damassé et d’une bande transversale de soie bleue ; les tasses à thé fleuries, une assiette de friandises, des coupes oblongues pleines de pâtisseries et de minuscules sandwiches y étaient symétriquement disposées et sur un petit guéridon tout près le samovar d’argent fumait au-dessus d’une flamme d’alcool.

Thomas Mann

Altesse royale

 

À l’age du cristal taillé, quand une jeune dame avait persuadé un jeune homme aux longues moustaches frisées de l’épouser, elle passait ensuite plusieurs moisà écrire des lettres de remerciements pour toutes sortes de cadeaux, en cristal taillé — bols à punch, rince-doigts, verres à eau, verres à vin, coupes à sorbets, bonbonnières, carafes et vases —, car, sans rien avoir de très neuf en cette fin de siècle, il reflétait alors avec une ardeur particulière l’éclat éblouissant de la mode, de Back Bay aux pointes avancées du Middle West.

F. Scott Fitzgerald

La coupe de cristal taillé

 

Il prit la coupe des douceurs, la plaça entre elle et lui. Dans la pénombre, ils puisèrent, elle des fondants, lui des loucoums lentement mâchés tandis que, parfois respirant de l’éther, il revoyait leur vie, leur pauvre vie depuis plus de deux ans.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

couque

 

On s’empiffrait de couques de Dinant, on se gavait de pistolets au beurre.

Joris-Karl Huysmans

 

C’était ça qui, gosse, le révoltait, jusque dans les couques de pain d’épices, cette odeur de rancio, tout en haut, qui campe dans le détroit du nez. “ C’est ça, mon cochon, fais le difficile ! Nous, on a enco-co-core du KKKunsthönig ! ” Le Kunsthönig. le miel artificiel des abeilles mécaniques, distribué dans de grands seaux de métal jaune qu’on récupérait pour toutes sortes de travaux d’atelier…

Armand Lanoux

Le Berger des abeilles

couronne

 

Aux endroits libres, des ouvriers taillent des chambranles de porte et des marches d’escalier ; des oisifs dorment à l’ombre ou fument leur pipe, assis sur une tombe ; […] des marchands de gâteaux offrent leurs légères couronnes incrustées d’amandes.

Théophile Gauthier

Constantinople

couscous

 

[Lors d’un mariage] La nuit se passe en danses, youyou répétés par l’assistance femelle, absorption de café, ingurgitation de couscous au miel, au lait, au caillé, au leben, au beurre, à l’huile, au gras ou au maigre, suivant le goût des consommateurs […].

A. Villacrose

Vingt Ans en Algérie

 

Aux méchouis succèdent les couscous au mouton, au poulet, au miel, à la cannelle, au sucre et raisins secs […].

Pierre La Treiche

Le Méchoui

dans Edmond Richardin, L’Art du Bien Manger, 1913.

cracker

 

Surun des petits guéridons, il y a un plateau rond en loupe d’orme avec trois tasses, une théière, un pot à eau et une soucoupe contenant encore quelques crackers.

Georges Perec

La Vie mode d’emploi

cramique

 

Les ménagères passent en courant, la tête baissée sur la poitrine, les mains pelotonnées dans leur tablier, à cause de la bise qui rougit le nez et les doigts : et l’une tient dans les bras un cramique qui répand derrière elle une bonne odeur de pâte aux œufs […].

Camille Lemonnier

Le Noël du petit joueur de violon

craquelin

 

Finet, rue du Coq, au Roi des Français, envoie sa crème à la fleur d’orange ; Rat, ses petits paniers à la crème à la Chantilly, son craquelin de Bordeaux, ses biscuits à la reine […].

Edmond et Jules de Goncourt

Histoire de la Société Française pendant la Révolution

 

Le jeudi saint, nous rencontrions avec plaisir de vieuilles connaissances à nous, les vendeux de gâteaux au panier. Leur éventaire n’était guère varié. Il se composait pour la plus grande partie de pains aux raisins, d’épices sèches et de craquelins.

Albert Saunier

Les types d’Issoudun

1934, Archives départementales de l’Indre.

 

Quand elle les laissa, elle ouvrit le panier qu’elle avait posé sur la table, en sortit une miche de pain, des fromages blancs, des carottes et des raves, un gros morceau de lard, des craquelins qu’elle offrit aux enfants.

Georges-Emmanuel Clancier

Le Pain noir

 

Dans sa chambre, assise devant le bonheur-du-jour, MmeDeume achevait la mise à jour de sa correspondance tout en se sustentant de craquelins cruellement croqués.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

crème

 

Détail d'une chromo

Au Bon Marché :

A la crème !, Cris de Paris, par Boucher, XVIIIe siècle.

[…] Puis entrèrent les deux

Inséparables :

C’est le miel blond et la crème

Ferme, que tous les convives

(Moi y compris) proclamaient

Bien haut le plus doux des fromages.

Philoxène de Cythère

IVes. av. J. - C.  

 

La réception était du meilleur goût […]. On rôtit des sangliers entiers à la broche, on servit des membres de cygnes et de faisans à la sauce piquante, et encore des tartes, des crèmes aux œufs, et beaucoup de vin.

Anthony Burgess

Le royaume des mécréants

Elle se mettait alors à table pour souper ; elle le fit asseoir auprès d’elle, lui fit plusieurs questions sur sa promenade, et en lui disant qu’il ne devait manquer d’appétit, elle lui servit un morceau d’une tarte à la crème, qu’elle avait elle-même faite et qui était excellente, car on a déjà dit qu’elle les savait mieux faire que les meilleurs pâtissiers.

Les Mille et une nuits

 

Il mit une nappe verte et des assiettes blanches sur la table. Jambon, pommes de terre en salade, lait. Une tarte à la crème pour dessert.

Patricia Highsmith

Une créature de rêve

 

Mais l’estomac !… Rien ne peut être comparé à ses souffrances ; car, avant tout, la vie ! Pons regrettait certaines crèmes, de vrais poèmes !

Honoré de Balzac

Le Cousin Pons

 

De grands plats de crème jaune, qui flottaient d’eux-mêmes au moindre choc de la table, présentaient, dessinés sur leur surface unie, les chiffres des nouveaux époux en arabesques de nonpareille.

Gustave Flaubert

MadameBovary

 

Prudence voulut fêter cet agréable événement par un bon repas ; elle leur servit à dîner un gâteau excellent, surmonté d’une crème vanillée et entourée d’une muraille de fruits confits ; elle y ajouta une bouteille de frontignan-muscat pour célébrer la rentrée en famille d’Innocent et le retour de Simplicie.

Comtesse de Ségur

Les deux nigauds

 

Sur le pré étaient dressées deux grandes tentes, l’une pour danser, l’autre pour manger ; un buffet entourait de trois côtés cette dernière et devait, jusqu’au lendemain, se trouvert couvert de viandes froides, de poissons, de pâtisseries, de crèmes, de gelées […].

Comtesse de Ségur

L’Auberge de l’Ange-Gardien

 

Justine. — Sois tranquille, la fille de cuisine a mes ordres : elle sait ce qu’il faut faire.

Sidonie. — Tu ne crains pas qu’elle nous gâche nos sauces, nos crèmes, nos sucreries ?

Comtesse de Ségur

Les caprices de Gizelle

 

Marie avait justement fait une crème, et elle en était très fière, elle criait qu’on allait tout manger, que les gens en retard n’en auraient pas.

Émile Zola

Paris

 

La surprise, ce jour-là, était une crème à la vanille, un des triomphes de la cuisinière. Aussi fallait-il voir le rire large et muet avec lequel elle la posa sur la table.

Émile Zola

Une page d’amour

 

— Dis donc, maman, est-ce que tu as mangé de ces gâteaux qui étaient jaunes et qui avaient de la crème blanche dedans ? Oh ! c’était bon !… J’ai gardé tout le temps l’assiette à côté de moi.

Émile Zola

Une page d’amour

 

Des crèmes se figeaient à l’air dans des pots historiés d’or. Au passage de la pelle rougie qui étalait du caramel, le flan grésillait.

Paul Adam

L’enfant d’Austerlitz

 

Elle disait vrai du reste, en partie, et n’était pas beaucoup plus capable — ou désireuse — de dévoiler le mystère qui faisait la supériorité de ses gelées ou de ses crèmes, qu’une grande élégante pour ses toilettes, ou une grande cantatrice pour son chant.

Marcel Proust

À l’ombre des jeunes filles en fleur

 

Elle fit honneur au repas de madame Stranden, composé de bifteck, d’œufs sur le plat, de viandes froides, de conserves, de plusieurs espèces de fromage, de confitures, de beurre frais, de pain fait à la maison, de gâteaux, de crèmes, le tout à profusion comme pour un banquet.

Sigrid Unset

Le Printemps

 

La préparation d’une crème caramélisée occupa la soirée, avec le mijotage de la viande et le rizotto.

Catherine Paysan

Nous autres, les Sanchez

 

Nous vîmes passer le phare, flotter le drapeau vert, la houle se creuser — puis nous eûmes envie de gâteaux à la crème et de thé. Nous descendîmes.

François Nourrissier

Un Petit Bourgeois

 

— Marguerite, fit observer la tante Victoria, vous devriez colorer la crème anglaise avec du caramel.

— Il y en a, madame.

— J’en doute. Ou alors pas assez.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

 

Pour terminer et prédisposer les invités à un excellent sommeil, le Grand Cuisinier servit un mets raffiné : du raisin de Damas, lavé dans l’eau de rose, avec du sucre en poudre et des coupes de crème fouettée.

Ozio Bagnasco

Le Banquet

 

Qu’est-ce qu’elle va pouvoir nous faire comme entremets ou comme plat doux, la Tite*, une crème au chocolat, une crème renversée, un flan ou une tarte aux prunes ? Mais allons voir ce qu’elle fabrique, la Tite, allons voir ce qu’elle pense de mon menu…

Blaise Cendrars

L’homme foudroyé

 

* De retour d’Égypte et du Haut-Soudan, l’auteur fait une halte dans un petit caboulot du Vieux Port de Marseille. L’atmosphère en est des plus conviviales. Le patron, Félix, s’occupe des clients, alors que sa femme, la Tite, s’affaire devant l’« immense fourneau tout encombré de pots et de marmites de terre où mijotaient sur un feu doux et dans une bonne odeur d’huile, d’ail, d’oignon, de laurier et de thym quantités de petits plats et de sauces tomates ou safranées qui vous faisaient monter l’eau à la bouche. »

 

Après le flan de crème renversée, les œufs à la neige et les biscuits, Bouzigue, l’air inspiré, commença le récit des exploits de sa sœur.

Marcel Pagnol

Le château de ma mère

 

Et le Bouillon s’est mis à marcher le long de la grille, et dehors de temps en temps, on entendait ding, ding, et le marchand de glaces qui criait : “ À la bonne crème glacée ! À la bonne glace ! Oh, là, là ! Qu’elles sont bonnes, mes glaces ! ” et ça, ça avait l’air de le mettre encore plus en colère, le Bouillon ; je n’ai jamais vu quelqu’un aimer aussi peu les glaces.

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas, « Le Bouillon n’aime pas la glace »

 

Pour la fin du repas, madame Augusta avait voulu faire preuve d’espièglerie dans le choix du dessert. Elle offrit dans les coupes champagne la plus délcieuse des crèmes glacées. […] Une noix de coco râpée en conserve, plus une autre boîte d’ananas râpé, jointes à une demi-boîte de lait condensé, et c’est alors qu’intervient la fée Marie Brizard, la petite vieille, pour arroser de son anisette la crème odorante. Au réfrigérateur, et on sert quand c’est bien froid.

José Lezama Lima

Paradiso

Le fait est que j’aime mieux faire de la crème au chocolat. C’est mon triomphe, et au moins’ on ne se brûle pas les doigts. Mais dites-moi, mon vénérable monsieur, puisque j’aurai un cuisinier, j’espère bien qu’il saura faire les omelettes au jambon ?

Eugène Sue

La Bonne Aventure

 

On avait mangé dans des assiettes bordées de noir, des soupes à la tortue, des pains de seigle russe, des olives mûres de Turquie, du caviar, des poutargues de mulets, des boudins fumés de Francfort, des gibiers aux sauces couleur de jus de réglisse et de cirage, des coulis de truffes, des crèmes ambrées au chocolat, des poudings, des brugnons, des raisinés, des mûres et des guignes […]

Joris-Karl Huysmans

À Rebours

 

Le Barrois. — Non, c’est une supposition... Je suis invité à dîner en ville ; le matin, la maîtresse de la maison a composé une crème au chocolat... dans laquelle est tombé un hanneton.

Le Marquis. — L’incident est regrettable.

Le Barrois. — Un invité, un ami de la famille, le découvre dans son assiette, croyez-vous qu’il va dire au mari : “ Méfie-toi, il y a un hanneton dans ton ménage ?... ” Non ! c’est un homme du monde, il le retire et le renferme discrètement dans son sein. Qu’arrive-t-il ? Chacun mange sa crème, on félicite la femme, on félicite le mari, on félicite la cuisinière, et tout le monde est heureux.

Eugène Labiche

Doit-on le dire ?*

 

* Comédie en trois actes par Eugène Labiche et Alfred Duru, représentée pour la première fois, à Paris, au Théâtre du Palais-Royal, le 20 décembre 1872.

Quand tout cela était fini, composée expressément pour nous, mais dédiée plus spécialement à mon père qui était amateur, une crème au chocolat, inspiration, attention personnelle de Françoise, nous était offerte, fugitive et légère comme une œuvre de circonstance où elle avait mis tout son talent. Celui qui eût refusé d’en goûter en disant : « J’ai fini, je n’ai plus faim », se serait immédiatement ravalé au rang de ces goujats qui, même dans le présent qu’un artiste leur fait d’une de ses œuvres, regardent au poids et à la matière alors que n’y valent que l’intention et la signature. Même en laisser une seule goutte dans le plat eût témoigné de la même impolitesse que se lever avant la fin du morceau au nez du compositeur.

Marcel Proust

Du côté de chez Swann

 

Le conditionnement pour la mort commence à dix-huit mois. Chaque marmot passe deux matinées par semaine dans un Hôpital pour Mourants. On y tient tous les jouets les plus perfectionnés, et on leur donne de la crème au chocolat les jours de décès. Ils apprennent à considérer la mort comme une chose allant de soi.

Aldous Huxley

Le meilleur des mondes

 

C’est que, m’avoua-t-elle, j’aime la place Saint-Sulpice comme les histoires de mon enfance et la crème au chocolat. J’aurais voulu noyer Boldiroff dans cette fontaine qu’il ne trouvait pas assez profonde. Mais lui ne me laissa guère le temps de lui souhaiter du mal.

René Crevel

Détours

crêpe

 

Je mettrai devant toi un pain cuit deux fois et un œuf dur sur le pain, du petit lait, une fiole de miel pour tartiner les crêpes, du fromage frais de Cythnios soigneusement tranché, une grappe de raisins, une panse farcie, et une bolée de vin liquoreux : c’est cela d’ordinaire que l’on sert comme second plat, mais, là, ça constituera le plat principal.

Alexis

cité par Athénée, Deipnosophistes*

 

* XII, ,12 : « dans son Vigile, à moins que ce ne soit dans ses Tisserands; un cuisinier est l’interlocuteur du dialogue ».

 

 — Des crêpes ? proposa l’hôtesse.

       En guise de réponse, Tchitchikov prit à la fois trois crêpes, et, après les avoir trempées dans du beurre fondu, les projeta dans sa bouche ; puis, avec une serviette, il s’essuya les lèvres et les mains. Il recommença trois fois l’opération, et enfin pria l’hôtesse de faire atteler sa britchka. Nastasia Petrovna transmit aussitôt cet ordre à Fétinia, tout en lui recommandant d’apporter encore d’autres crêpesbien chaudes.

    — Les crêpes, chez vous, sont délicieuses, petite mère, dit Tchitchikov en se servant, une fois de plus, très copieusement.

Nicolas Gogol

Les Âmes mortes

Basile de Loose

En revanche, des voitures à bras promènent sur le pavé de petites fabriques roulantes de crêpes.

Edmond et Jules de Goncourt

Journal, jeudi 20 octobre 1870

 

On cause d’abord d’un air contraint, puis plus librement, et comme avec les Hettéma ce n’est que de choses bien plates et matérielles, la façon d’accommoder les crêpes aux confitures, ou si le crin vaut mieux que la plume pour dormir, on arrive sans encombre au café, que le gros ménage agrémente d’un petit caramel savouré lentement, les coudes sur la table.

Alphonse Daudet

Sapho

 

Il gagna sa vie à peindre des portraits sous les portes cochères, à faire des crêpes et des beignets sur le quai de la Mégisserie.

Anatole France

Les Dieux ont soif

Carte postale illustrée par Harry Elliott.

Les pâtisseries locales, y compris le traditionnel kougloff, m’enchantant beaucoup moins, je leur préfère les crêpes aux cerises flambées au kirsch velouté du Val d’Ajol ou de la Haute-Saône…

René Héron de Villefosse

Histoire et Géographie Gourmandes deParis

 

[…] leurs soupçons étaient mal orientés, et me valurent d’ailleurs une des plus fortes émotions de ma carrière, entre les crêpes flambées au Grand Marnier et les petits fours.

Jean Duché, Elle et Lui

 

Cela sentait la pâte à crêpe, la fleur de châtaignier, la farine mouillée, l’œuf fade, le blé germé.

Jean Giono

Tristan, dans Fragments d’un paradis

cristallisé (sucre)

 

croissant

 

Elle lui fit servir par la petite Ying du thé et une assiettée de croissants fourrés, pendant qu’elle montait à sa chambre.

anon.

La Merveilleuse Histoire de Hsi Men avec ses six femmes

 

Il convenait d’envisager un dîner suivi d’une nuit passée au château […], d’une grasse matinée avec café au lait, ou chocolat, croissants et beurre.

Jules Romains

Les Hommes de bonne volonté

 

Elle demande un croissant pour la seconde fois. Mais le garçon, tout à ses manettes, n’a pas écouté ; et la corbeille aux croissants se penche là-bas comme une barque échouée dans la rigole du zinc.

Jules Romains

Les Hommes de bonne volonté

 

Je n’ai rencontré un peu d’indignation que devant la façade du boulanger Hédé, rue Montmartre, le seul boulanger qui, à l’heure qu’il est, fasse encore du pain blanc et des croissants. Le peuple mangeur de pain blanc, condamné au pain de chien, semblait souffrir seulement de cette faveur, achetée du reste par des heures de queue.

Edmond et Jules de Goncourt

Journal, 13 janvier 1871

 

Quand elle vitque nous nous mettions à manger ; elle tira à son tour d’un petit sac un morceau de chocolat et deux croissants et elle commença à croquer de ses belles dents aiguës le pain croustillant et la tablette.

Guy de Maupassant

Les Sœurs Rondoli

 

Je suis un très mauvais maître de maison, dit-il, Lecca, avons-nous encore de ces croissants chauds que les boulangers du quartier n’ont pas cessé de nous apporter depuis ce matin ?

Jean Giono

Le Bonheur fou

 

Cécile, vous le savez bien, se serait réveillée bien plus tôt que vous, elle aurait certainement pris son peti déjeuner lasse de vous attendre ; c’est pourquoi vous êtes entré dans un bar prendre un caffè latte et de ces gâteaux fourrés de confiture que l’on appelle croissants en Italie […].

Michel Butor

La Modification

 

Il n’y avait pour tout sièges que quelques tonneaux crasseux, et là, tout en trempant mes croissants dans mon lait, je laissai errer mon regard sur un panorama insolite de Venise vue d’un coin de l’avant-port.

Lawrence Durrell

Citrons acides

 

Il entra dans la petite cuisine, à droite du couloir, s’affaira inutilement. Il lui porta le café et les croissants sur un plateau. Elle était taciturne. il mangea presque tous les croissants et but trois tasses de Nescafé qu’il détestait.

Françoise Mallet-Joris

Les signes et les prodiges

 

Elle entra dans la boulangerie, acheta quatre croissants, qu’elle choisit avec compétence. Tièdes et mollets, ils lui chauffaient la main à travers le papier de soie.

Hervé Bazin

Anne Prédaille

 

—[…] Je peux manger un croissant ?

           Il y en avait un plein panier, encore chauds, croustillants, qui sortaient du four, et on lui en laissa manger quatre, ce qui ne lui était pas arrivé de sa vie.

Georges Simenon

Le Petit Saint

 

— Un p’tit crème !

                       On lui servit un verre brûlant dans lequel il mit trois sucres. Les croissants dans les corbeilles étaient dorés, croustillants, et répandaient une bonne odeur de beurre chaud, mais Olivier craignait de manquer d’argent. Il se contenta de respirer les odeurs du bistrot. Le délicieux café-crème lui donnait des forcs.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

 

Ah ! les croissants du pâtissier Jeannot ! Moka, la chatte, prend toujours le premier sorti du four. Un matin que retardée par un matou elle avait laissé passer l’heure exquise, ne trouvant plus un seul croissant sur les plaques de Jeannot, Moka s’en fut chez l’ambassadeur de Hollande qui s’apprêtait à déguster le dernier et récupéra son petit déjeuner en le lui ôtant de la main.

Fanny Deschamps

Croque-en-bouche

 

L’accompagnement du café, c’est le croissant, invention bien française, délicieuse et indigeste.

James de Coquet

Lettre aux gourmands, aux gastronomes et aux goinfres…

— Y a un âge pour tout, répondit Gaston en faisant couler un filet de miel dans le flanc entrouvert d’un croissant. Pendant trente ans, le matin avant le boulot, j’ai été au régime du petit vin blanc.

Michel Tournier

L’aire du Muguet, dans Le Coq de bruyère

 

Le croissant thérapeutique de Mme Verdurin*

 

Mme Verdurin, souffrant pour ses migraines de ne plus avoir de croissant à tremper dans son café au lait, avait fini par obtenir de Cottard une ordonnance qui lui permit de s’en faire faire dans certain restaurant dont nous avons parlé. Cela avait été presque aussi difficile à obtenir des pouvoirs publics que la nomination d’un général. Elle reprit son premier croissant le matin où les journaux narraient le naufrage du Lusitania. Tout en trempant le croissant dans le café au lait, et donnant des pichenettes à son journal pour qu’il pût se tenir grand ouvert sans qu’elle eût besoin de détourner son autre main des trempettes, elle disait : “ Quelle horreur ! Cela dépasse en horreur les plus affreuses tragédies. ” Mais la mort de tous ces noyés ne devait lui apparaître que réduite au milliardième, car tout en faisant, la bouche pleine, ces réflexions désolées, l’air qui surnageait sur sa figure, amené là probablement par la saveur du croissant, si précieux contre la migraine, était plutôt celui d’une douce satisfaction.

Marcel Proust

Le temps retrouvé

 

* L’action se situe pendant la guerre de 1914-1918.

croquant

 

Mon père se leva et alla ouvrir le buffet. Il y avait là un beau plat de gâteaux : des mille-feuilles, des éclairs, des chaussons à la confiture, des brioches aux fruits confits, des croquants.

              Il lui donna un éclair au chocolat.

Jean Giono

Mort d’un personnage

 

Elle était maintenant rassurée, d’autant que son cher Joseph venait tous les samedis, sur la bicyclette du boulanger. Il apportait des croquants aux amandes, des tartes à la frangipane, et un sachet de farine blanche pour faire des crêpes ou des beignets.

Marcel Pagnol

La gloire de mon père

croquembouche

 

Après l’entrée, comme après une charge, on se détend ; souvent par une sucrerie : un croque-en-bouche, un nougat.

Jean-Paul Aron

Le mangeur du xixesiècle

croquignole

 

Mêlé à la farine et aux œufs, il [le sucre] donne les biscuits, les macarons, les croquignoles, les babas, et cette multitude de pâtisseries légères, qui constituent l’art assez récent du pâtissier petit fournier.

Brillat-Savarin

Physiologie du Goût

 

Lorsque Gribouille eut fini l’arrangement des fruits, et qu’il eut placé sur diverses assiettes des biscuits, des macarons, des amandes, des noisettes, des croquignoles, des pains d’épice et autres douceurs, il commença à tout disposer sur la table.

Comtesse de Ségur

La sœur de Gribouille

 

Le pauvre fretin s’est partagé des objets sans nom, des pommes vertes, des trognons de poires tapées, des grains de raisin, des miettes de croquignoles : au moyen d’une collecte qui était arrivée à la fraction de liard, de pauvres enfants avaient eu pour leur part un marron et une amande trempée dans un petit verre de cassis pour quinze. 

Nestor Roqueplan

La vie parisienne

 

Quand elle s’en allait à la ville,

Elle avait un petit bonnet.

Les rubans étaient de pastille ;

Le fond était de résiné.

Sa petit’ cariole

Était d’croquignole ;

Ses petits chevaux

Étaient d’pâtés chauds.

Il était une Dame Tartine

 

Ils montèrent dans le grand salon, de petits pages offrirent des confitures et des croquignoles, mais le vieux roi était si triste qu’il ne pouvait rien manger.

Hans Christian Andersen

Contes merveilleux, « Le compagnon de route »

 

Et, de plus, elle avait empli de croquignoles la poche de mon tablier : “ pour que je puisse en offrir ”.

André Gide

 

Elle saute à la pâtisserie la plus proche, achète des meringues au vitriol et des croquignoles à la dynamite, offre ces douceurs à l’oiseau de feu. Mais lui, pas si bête, se refuse à la séduction des sucreries traîtresses.

René Crevel

Êtes-vous fous ?

croustade

 

Le souper traînait, personne ne mangeait plus ; on gâchait dans les assiettes des cèpes à l’italienne et des croustades d’ananas Pompadour. Mais le champagne, qu’on buvait depuis le potage, animait peu à peu les convives d’une ivresse nerveuse.

Émile Zola

Nana

cruchade

 

Les maisons de torchis où nos métayers vivaient, mal nourris de cruchade et de pain noir.

François Mauriac

cuiller / cuillère (biscuit à la)

 

Un biscuit à la cuillère ou un boudoir constitue un aliment complet. Qu’on se souvienne que si, les jours de biscuits, on a acheté moins de pain tout en consommant autant de farine, on aura acquis, par contre, sans ticket, du sucre, du beurre, des œufs et de précieux aliments azotés.

L’Illustration, 16 janvier 1943

 

Le curé était encore chez les Musselier, attablé devant un verre de vin blanc et une assiette de biscuits à la cuiller.

Marcel Aymé

La Vouivre

 

Il nous reçut dans un petit salon déglingué et graisseux, il nous offrit des biscuits à la cuiller avec de petits bouts de fromage frais et à peine un doigt de pisco.

Mario Vargas Llosa

La tante Julia et le scribouillard

 

 La boulangère ouvrit un paquets debiscuits à la cuiller. Les parents et Will trinquèrent au mousseux.

Yann Queffélec

Les noces barbares

cuiller / cuillère

 

Elle tient une grande cuiller de cuivre, avec laquelle elle puise une cuillerée de riz, qu’elle verse dans le plateau ; elle répand par-dessus du beurre fondu, y met du poivre en grappes confit, du gingembre vert, des limons confits et des mangues.

Ibn Battûta

Voyages, III, Inde, Extrême-Orient, Espagne et Soudan

 

Après le fromage, la bonne venait de servir des confitures et des poires. Il prit des confitures, les mangea à la cuiller, avec la gourmandise inconsciente d’un gros homme adorant le sucre.

Émile Zola

Au bonheur des dames

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.