D

 

 

dariole

 

Ces porphyres, ces marbres sont beaux. Je n’en dis point de mal, mais les darioles d’Amiens sont meilleures à mon goût.

François Rabelais

Le Quart Livre

 

Mettez de la farine avec de l’eau chaude, fort peu de beurre, maniez bien le tout ensemble, & tenez la pâte ferme & propre à dresser, soit flancs, darioles ou autres choses.

François Marin

Les dons de Comus

 

Cyrano

         Êtes-vous gourmande ?

La duègne

         À m’en rendre malade.

Cyrano

           Bon. Voici deux sonnets de Monsieur Benserade…

La duègne, piteuse

             Heu !…

Cyrano

           … que je vous remplis de darioles.

La duègne, changeant de figure

           Hou !

Edmond Rostand

Cyrano de Bergerac

datte

 

[…] les autres jeunes gens dégustèrent avec appétit un pâté en croûte garni de lapins entiers, suivi d’une olla podrida, d’une tarte aux artichauts et aux cardons, puis d’une épaule de mouton grillée, relevée d’une sauce au vinaigre rosé et accompagnée de beignets de dattes et d’amandes farinés et frits dans le saindoux. On avait mis depuis la veille au soir les dattes à gonfler dans de l’eau de rose, avant de les passer à travers un tamis. Après quoi, elles avaient été pilées avec des amandes, des châtaignes sèches et un bouquet de marjolaine.

Orazio Bagnasco

Le banquet

 

Les dattes se vendent, dans son marché [Basrah, Irak], à raison d’un dirhem les quatorze livres de l’Irâk ; et le dirhem du pays équivaut au tiers de la petite pièce d’argent appelée Nokrah. Le kâdhi de Basrah, Hoddjat eddîn, m’envoya un panier de dattes qu’un homme avait de la peine à porter. Je voulus les vendre, et j’en retirai neuf dirhems. Le portefaix en prit trois comme salaire du transport de la corbeille depuis mon logis jusqu’au marché. On fait à Basrah, avec les dattes, un miel qu’on appelle saïlan* ; il est excellent et a le goût du sirop.

Ibn Battûta

Voyages, I, De l’Afrique du Nord à La Mecque

* « Découlement ». L’utilisation de ce terme pour désigner le miel de dattes n’est pas attestée ailleurs. 

 

On y trouve [Tunisie] aussi des palmiers qui produisent des dattes d’une bonté et d’une douceur au-dessus de tout éloge. Les habitants de Câbis ont coutume de les cueillir fraîches et de les placer dans des vases (tonneaux) ; au bout d’un certain temps, il en découle une substance mielleuse qui couvre la superficie du vase. On ne peut manger de ces dattes avant que ce miel ait disparu, mais alors il n’est pas de fruit, même dans les pays renommés pour leurs dattes, qui soit comparable a celui-ci.

El‑Idrisi

Description de l’Afrique et de l’Espagne

 

Chez les gens riches, on sert aussi un grand nombre de plats d’amandes, de dattes, de confitures, de laitage, de miel, et d’une multitude d’autres comestibles semblables […]

Dr. Shaw

Voyage dans la Régence d’Alger

 

[…] quelques pigeons hardis s’abattaient parmi ce tumulte et picoraient les graines tombées près d’un monceau de sacs ; des marchands ambulants criaient des dattes, du doura (maïs), des confitures, des sorbets, des fruits et des morceaux de canne à sucre ; sur une caserne flottait le drapeau rouge à croissant d’argent ; au-dessus de ma tête le ciel était tout bleu.

Maxime Du Camp

Le Nil : Égypte et Nubie

Moi, en ma qualité de fils de pharmacien, je gorgeais mes camarades d’un tas de cochonneries : des pâtes pectorales, des dattes. 

Alphonse Allais

Loufoquerie, « Contes Humoristiques »

 

Dans toutes les cours du palais, on offrait à boire et à manger  au peuple, et on débitait des bœufs entiers et des moutons, et on pouvait puiser de la bière et du vin dans des bassins d’argile et se remplir la panse de gruau à la crème et aux dattes douces. 

Milka Waltari

Sinouhé  l’Égyptien

Coll. A. P.-R.

déguisé (fruit)

 

La pomme se déguise en beau fruit déguisé.

Jacques Prévert

Paroles

 

Quelquefois, quand je sonnais rue de Varenne, je la trouvais occupée à confectionner des sablés, des caramels ; elle piquait sur une aiguille à tricoter des quartiers d’orange, des dattes, des pruneaux et les plongeait dans une casserole où cuisait un sirop à l’odeur de vinaigre chaud : ses fruits déguisés vaient aussi bonne mine que ceux des confiseurs.

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

délice

 

Une des corbeilles était remplie de petits pains jaunes comme l’or, et d’une saveur exquise ; précieuse rencontre dans une contrée où le pain est inconnu. L’autre était pleine de fruits de tous genres, de quelques bouteilles d’excellents vins de Chypre et du Liban, et de ces confitures innombrables, délices des orientaux.

Alphonse de Lamartine

Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient

 

[…] on ne fabriquait, rue de la Glacière, que des trucs bon marché, de ces sucreries qu’on n’achète pas pour soi-même mais qu’on donne aux enfants quand on va en visite et qu’on ne sait quoi leur donner d’autre.

            Les Délices de France étaient faits d’une pâte vulgaire. On avait l’impression de manger du sable. Mais ils étaient recouverts d’une couche de sucre de couleurs différentes sur laquelle, toujours avec du sucre, on avait dessiné des fleurs ou des arabesques.

Georges Simenon

Le Chat

 

[…] un carton à gâteaux, ouvert, encore accompagné de sa ficelle de faux raphia et sur lesquels les mots “ Aux délices de Louis XV, Pâtissiers-Confiseurs depuis 1742 ” dessinent un bel ovale entouré d’une guirlande flanquée de quatre petits amours joufflus […].

Georges Perec, La Vie mode d’emploi

dessert

 

Pour dessert, nous eûmes des fraises à la crème, des échaudés, des confitures, des bonbons, des abricots séchés […].

           Mme Laurette de la Malbussière, à propos du dîner parisien qu’elle prit chez son ancien banquier, près de la Barrière blanche, le 20 mai 1764

 

Rien ne fut plus délicat que l’entremets ; rien de plus magnifique, de plus brillant et de plus ingénieux que le dessert.

Voltaire

Le Taureau blanc

 

Le dessert d’une auberge de France n’a pas de rival en Angleterre ; on ne doit pas non plus mépriser les liqueurs.

Arthur Young

Voyages en France pendant les années 1787, 1788, 1789

 

Le dessert se trouva servi comme par enchantement. La table fut couverte d’un vaste surtout en bronze doré, sorti des ateliers de Thomire. De hautes figures, douées par un célèbre artiste des formes convenues en Europe pour la beauté idéale, soutenaient et portaient des buissons de fraises, des ananas, des dattes fraîches, des raisins jaunes, de blondes pêches, des oranges arrivées de Sétubal par un paquebot, des grenades, des fruits de la Chine, enfin toutes les surprises du luxe, des miracles du petit four, les délicatesses les plus friandes, les friandises les plus séductrices. Les couleurs de ces tableaux gastronomiques étaient rehaussées par l’éclat de la porcelaine, par des lignes étincelantes d’or, par les découpures des vases. Gracieuse comme les liquides franges de l’Océan, verte et légère, la mousse couronnait les paysages du Poussin, copiés à Sèvres. Le territoire d’un prince allemand n’aurait pas payé cette richesse insolente.

Honoré de Balzac

La Peau de chagrin

 

D’ailleurs, après des discussions, on avait résolu que la noce se ferait très simple, en famille, à cause de la situation de la mariée, avec son petit de trois ans bientôt. Pourtant, on était allé chez le pâtissier de Cloyes commander une tourte et le dessert, en se résignant à mettre dans ce dessert toute la dépense, pour montrer qu’on savait faire sauter les écus, lorsque l’occasion s’en présentait: il y aurait, comme à la noce de l’aînée des Coquart, les fermiers de Saint-Juste, un gâteau monté, deux crèmes, quatre assiettes de sucreries etde petits fours.

Émile Zola

La Terre

 

On était au dessert. Les laquais allaient d’un pas plus vif autour de la table. Il y eut un arrêt, pendant que la nappe achevait de se charger de fruits et de sucreries.

Émile Zola

La Curée

 

On trouve là aussi l’igname sauvage et une plante liliacée appelée Ti, plante qui pousse en grande abondance ; elle a une racine brune, molle et qui ressemble, à s’y méprendre, à un gros morceau de bois ; cette racine nous sert de dessert ; elle est aussi sucrée que la mélasse et a un goût fort agréable.

Charles Darwin

oyage d’un naturaliste autour du monde

 

— Je ne l’aime pas beaucoup, moi, ma tante ! Elle m’a donné, l’autre fois, de vieux bonbons du dessert, au lieu, enfin, d’un vrai cadeau :  soit une jolie bourse, soit des petites pièces pour mettre dans ma tirelire.

Villiers de L’Isle-Adam

Contes cruels, « Virginie et Paul »

 

Puis il me racontait quelque nouvelle invention de son original marquis, tirait de sa poche des friandises du dessert mises de côté pour moi, et s’amusait à me les voir croquerà belles dents.

Alphonse Daudet

Le petit chose

 

Mais un dessert magnifique, qu’arrosent des vins délicieux de la vieille Aquitaine, ranime les convives ; et, tandis que le château-Larose empourpre nos verres légers, Jules Janin nous conte la légende du chou et de la carotte.

Fulbert Dumonteil

La France Gourmande

 

Sa femme s’appelait Claire. Elle était suisse du Tessin. C’était une laitière, par ses gros seins, par sa blancheur de lait, par le goût qu’elle avait de faire des desserts à la crème.

Jean Giono

Le Poète de la famille,dans L’Eau vive

 

Diable, j’oubliais le dessert. Qu’est-ce qu’elle va pouvoir nous faire m entremets ou comme plat doux, la Tite, une crème au chocolat, une crème renversée, un flan ou une tarte aux prunes ? Mais allons voir ce qu’elle fabrique, la Tire, allons voir ce qu’elle pense de mon menu…

Blaise Cendrars

L’homme foudroyé

 

Enfin, parut le dessert, qui offrit un nombre prodigieux de fruits, malgré la saison, puis les glaces, le chocolat et les liqueurs qui se prirent à table.

Sade

Les 120 journées de Sodome…

 

Ici, le dimanche midi est l’heure du bon poulet et de la bonne tarte partagés en famille. C’est le jour de gloire de Jeannot : les enfants sont présents aux bouts des tables, encore affamés au moment du dessert, parce qu’ils se sont “ gardé de la place ”. Sur d’immenses plateaux d’argent (un mètre de diamètre) les serveurs promènent les merveilles du palais de Dame Tartine : tartes sablées aux fruits rouges, mille-feuilles, pithiviers, gâteaux au chocolat, amandines, flans au citron et à l’orange, choux au praliné, puits d’amour, mousses au café, au chocolat, au cassis, soufflés glacés aux fruits, sorbets à la framboise, à la fraise, à l’ananas… Les compotiers à trois étages sont garnis de dizaines de petits fours frais multicolores et de fruits déguisés.

Fanny Deschamps,

Croque-en-bouche

 

[………………………………]

Français, dînons pour le dessert.

L’Amour y vient, Philis le sert ;

Le bouchon part, l’esprit pétille ;

La Décence même y babille,

Et par la Gaîté qui prend feu,

Se laisse coudoyer un peu.

Chantons alors l’aï qui nous inspire.

Ah ! pour étouffer, n’étouffons que de rire ;

N’étouffons, n’étouffons que de rire.

Dernier couplet de la chanson de P.-J. de Béranger,

À Messieurs les gastronomes, 1810

[…] le Dessert est aux services qui le précèdent, ce que la girande est au feu d’artifice, et si cette comparaison n’est pas exacte dans tous ses rapports, l’on conviendra du moins qu’elle fait très-bien comprendre que le Dessert doit être la partie brillante d’un festin ; […] son apparition doit surprendre, étonner, enchanter, ravir les convives ; et […] si tout ce qui a précédé a satisfait pleinement le sens du goût, qui n’est autre chose que l’appétit bien dirigé, le Dessert doit parler à l’âme, et surtout aux yeux : il doit produire  des sensations de surprise et d’admiration, qui mettront le complément aux jouissances que l’on a goûtées depuis le commencement du repas.

                 Mais cet art, comme tous les autres, n’a fait en France que de très-lents progrès, et il a encore cela de commun avec tous les autres arts, que c’est aux Italiens que nous en sommes redevables.

           […] Lorsque l’art du confiseur eut été perfectionné, l’on imagina de servir les Desserts dans un nouveau goût. L’heureux assortiment des fruits naturels et des fruits confits servis en même temps, conduisit à l’idée de représenter et d’imiter les arbres et les arbustes qui les produisoient ; on en composa des dessins variés, on en forma des vergers délicieux qui frappoient agréablement la vue, tout en stimulant le sens du goût. Les Italiens, qui furent les inventeurs de ce genre, le portèrent à un très-haut degré de perfection.

Grimod de la Reynière

Almanach des Gourmands, 1805

devil cake

devise

 

[…] Mais quand je “ r’irai ” à la foire de Vercel “ dis-y ” que je lui rapporterai un pain d’épices, pas un petit guiguillon de rien du tout, mais un gros, tu sais, un de six sous avec une double devise !

Louis Pergaud

La Guerre des Boutons

 

Les devises du dieu d’Amour

Révèlent les mystères ;

Sans gêne l’on se fait la cour

Aux yeux d’Argus sévères.

“ J’aime tendrement

Mon fidèle amant, ”

Dit la jeune innocente ;

Et puis : “ J’ai quinze ans,

Calmez mes tourmens, ”

S’adresse à sa grand’-tante.

 

La mère courtise son fils,

La sœur aime le frère ;

La fille comme un Adonis

Veut épouser son père ;

Chez Berthellemot

Chacun a son mot

Sansses folles antiennes ;

Beau, laid, jeuneou vieux,

Tout est amoureux

Au bon tems des étrennes.

M. Ducray-Duminil*

 

Les bonbons du Jour de l’An. Air : Mon père étoit pot, dans Journal des gourmands et des belles ou L’Épicurien Français. T. V, 1807.

Note de l’éditeur : « D’après le jugement que notre Grand Expert a porté de cette maison dans le cahier de décembre dernier, on se convaincra sans peine que le nom Berthellemot n’est ici que pour la rime. Nous aurions désiré que l’auteur de la chanson eût amené des mots qui eussent pu rimer avec les noms de MM. Duval, Patureaux, et madame Rousseau, confiseurs, rue des Lombards, où les amateurs du bonbon se portent en foule. »

 

 

Que deviendront mes friandises,

Mes petits cœurs et mes bonbons ?

Qui brisera mes macarons

Pour y chercher quelques devises ?

Assuré, pour le nouvel an,

De Messieurs de l’Académie,

J’avais épuisé leur génie,

Et j’en étais assez content.

Mais près de vous quel auteur brille ?

Vous possédez assurément

Plus d’esprit et plus de talent

Qu’il n’en tient dans une pastille.

Correspondance littéraire, philosophique et critique de Grimm et de Diderot…*

 

* Très-humbles remontrances du Fidèle Berger, confiseur rue des Lombards, à M. le vicomte de Ségur, qui avait envoyé à toutes les Dames de sa société des pastilles avec des devises de sa composition ; par M. le comte de Thiard, dansCorrespondance littéraire, philosophique et critique de Grimm et de Diderot depuis 1753 jusqu’en 1790, janvier 1783. Publiée en 1831, Chez Furne et Ladrange, Paris.

 

Après le dîner, vous me donnâtes une devise que vous aviez trouvée dans un diablotin, en disant : “ Tenez, mon petit Victor, voilà une devise qui est bien vraie. ” Moi je la lus aussitôt, et il y avait dessus : 


             Ah! que mon destin serait doux 


             Si jamais vous étiez mon époux !

Théodore Leclercq

Proverbes dramatiques- Madame Sorbet, I, 1823-1826

diplomate

 

Avec le petit budget dont elle disposait, elle préparait des omelettes, parfois en début de mois, de la viande, […] des diplomates aux fruits, des charlottes au chocolat.

Michel Onfray

La Raison gourmande

distributeur

 

Sa seule préoccupation, de plus en plus obsédante, c’était sa faim qui non seulement s’était ancrée dans sa poitrine, mais dont l’idée s’était installée dans son cerveau, et, quand il vit dans un coin de la salle, près d’une affiche représentant la plage de Royan, une machine verte à distribuer les bonbons, elle devint pour lui le centre du monde.

            […] De sa main libre, il tira de la monnaie de sa poche. Ce n’était pas les pièces qu’il fallait. L’inspecteur, patient, les lui changea contre de la monnaie à lui.

             Cela fit toute une scène autour de la machine qui, au début, en effet, refusa de livrer passage au moindre bonbon. Pourtant, elle en était bourrée. On les voyait, en piles de couleurs différentes, derrière des vitres étroites, et l’inspecteur se prit au jeu, essaya une pièce à son tour, y alla d’abord comme avec ruse, puis en force, ébranlant l’appareil à coups de poing et, quand il en tomba un petit chocolat enveloppé de brun, il en fut aussi heureux que son prisonnier ; tous les deux, dès lors, se mirent à pousser les différents bonbons, essayant chaque couleur, chaque essence.

Georges Simenon

Le Temps d’Anaïs

doigt

 

Ce que nous appelons nos soirées poétiques, assez pompeusement, comporte une partie matérielle importante. Il nous faut des biscuits à l’orange et du pain d’épice, des biscuits au gingembre et des bonbons acidulés, ou encore ces biscuits américains “ en forme de doigts ” enrobés de chocolat […].

Françoise Mallet-Joris

La maison de papier

douceur

 

Comme l’esclave du temple qui a pris la fuite, je ne veux plus de gâteaux ; c’est du pain que je demande ; je l’aime mieux que le miel et toutes les douceurs.

Horace

Épîtres, i, x,ÀFuscus Aristius

 

Speed

Dito, elle aime les douceurs. ”

Lance

Ça compense la bouche amère.

Shakespeare

Les deux gentilshommes deVérone

 

— Oui, monsieur, car le buffet de la voisine était fort mal garni en choses succulentes, et je n’ai mangé depuis hier midi qu’une tartine de pain et de confitures. Quoique je ne méprise pas les douceurs quand elles viennent en leur lieu et place, j’ai trouvé le souper un peu bien léger.

Alexandre Dumas

Vingt ans après

 

Aux deux bords, les cabarets crevaient de monde, rallongeaient leurs tables jusqu’au pavé, où stationnait un double rang de camelots, des bazars en plein vent, des fichus et des miroirs pour les filles, des couteaux et des casquettes pour les garçons ; sans compter les douceurs, des dragées et des biscuits.

Émile Zola

Germinal

 

Elle (Mme Juzeur) aurait vécu de sucre, les douceurs  la vanille et à la rose la troublaient comme un attouchement.

Émile Zola

Pot-Bouille*

 

* Et de son étreinte avec Octave, Zola écrit : «Dans l’antichambre, elle ferma les yeux, lorsqu’il la baisa sur la bouche. Leurs lèvres sucrées fondaient, pareilles à des bonbons.»

 

 

Aussi, dès le premier jour, la servante rationna-t-elle Pascal et Clotilde, supprimant les anciennes douceurs, les crèmes, les pâtisseries, réduisant les plats à la portion congrue.

Émile Zola

Le docteur Pascal

 

Alors… rien… je me suis contentée d’adoucir sa captivité en lui envoyant quelques petites douceurs, des confitures.

Alphonse Allais

L’affaire Blaireau

 

Elle saute à la pâtisserie la plus proche, achète des meringues au vitriol et des croquignoles à la dynamite, offre ces douceurs à l’oiseau de feu. Mais lui, pas si bête, se refuse à la séduction des sucreries traîtresses.

René Crevel

Êtes-vous fous ?

 

— Garde tes écus, la mère, pour t’acheter quelques douceurs.

             Le mot “ douceurs” atteint le petit être désincarné comme une insulte. “ Des douceurs ”, à mon âge ?  Pour qui me prend-on ? Elle remet la pièce dans sa poche et quitte la maison du docteur en maugréant.

Anne Hébert

Kamouraska

doughnut

 

Chez Ricardo, c’était l’endroit habituel, propre, moche. Cela sentait l’oignon frit et le doughnut.

Boris Vian

J’irai cracher sur vos tombes

dragée

 

Coll. A. P.-R.

Les quinziesme [metz], apres que les mains 
feurent lauées, toutes sortes de dragées,
 comme coriandre, fenoil de Florence, 
amandre, anis, giroflat, orengeat, canelat,
 dragée musquée.

Hermolaus Barbares (Ermolao Barbaro) décrit un banquet italien, 1488

traduit de l’italien par Michel Nostredame (Nostradamus), 1552

 

En sa grande gueule infernale nous ne lui tiendrons lieu plus que ferait un grain de dragée musquée en la gueule d’un âne.

François Rabelais, le Quart Livre

 

Le premier jour que l’heureuse avanture

Conduit vers toy mon esprit et mes pas,

Tu me donnas pour mon premier repas

Mainte dragée et mainte confiture. […]

Pierre de Ronsard

 

Un enfant de six jours avala une dragée sucrée qui s’arrêta : il mourut d’abord.

Samuel Auguste André David Tissot

Avis au peuple sur sa santé

La petite Sophie, dans son enfance, entrant seule dans le cabinet de sa mère, n’en revenait pas toujours à vide, et n’était pas d’une fidélité à toute épreuve sur les dragées et sur les bonbons. Sa mère la surprit, la reprit, la punit, la fit jeûner.

Jean-Jacques Rousseau

Émile

 

Le pain, les fruits, les dragées, les œufs frais et les huîtres à l’écaille peuvent se recevoir avec la main ; et on doit alors prendre ces choses comme en baisant la main, et l’avançant pour la commodité de la personne qui les présente.

Jean-Baptiste de la Salle

Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne

Coll. A. P.-R.

Elle entra dans le laboratoire où elle composoit ses drogues ; les paroles les plus efficaces, les charmes les plus puissans furent employés ; elle composa deux boules de sucre magique ; dans l’une il y avoit des pastilles dont la vertu étoit d’inspirer le mauvais goût, et de rendre l’esprit faux ; l’autre renfermoit des dragées de présomption et d’opiniâtreté : celui qui en mangeroit devoit toujours juger faux, raisonner de travers, soutenir son sentiment avec opiniâtreté, et donner dans tous les ridicules : de sorte que la maligne fée avoit tout lieu d’espérer que si le prince en mangeoit, il sentiroit pour elle une passion d’autant plus forte, qu’elle seroit plus extravagante. Elle vint aussitôt présenter les bonbons à l’enfant ; mais comme elle l’engageoit par ses caresses à en manger, elle voulut prendre un air riant, qui lui fit faire une si affreuse grimace, que l’enfant en eut peur, et lui rejeta les boules au nez.

Charles Duclos

Acajou et Zirphile

 

Si charmantes, d’ailleurs ! aimant en enragées

Les moustaches, les chiens, la valse et les dragées.

Alfred de Musset

Premières Poésies

 

[…] Aimant en enragées 


Les moustaches, les chiens, la valse et les dragées.

Mais, oh ! la triste chose et l’étrange malheur,

Lorsque dans leurs filets tombe un homme de cœur !

Alexandre Dumas

Mes Mémoires*

* Il est amusant de noter la similitude entre les deux premiers vers et ceux de Lamartine (ci-dessus).

 

Henri baisa la main de sa mère et celle de sa femme avec la même galanterie que s’il eût été encore duc d’Anjou. Il adressa mille flatteuses politesses aux dames qui n’étaient plus habituées à des retours de cette sorte, et alla même jusqu’à leur offrir des dragées.

Alexandre Dumas

Les Quarante-Cinq

 

La comtesse le calma en prenant sur la table une poignée de dragées, qu’elle introduisit dans ses poches. 
Mais Amore, en faisant la moue, retourna sa poche et vida ses dragées sur le parquet. 

Alexandre Dumas

Joseph Balsamo

Coll. A. P.-R.

Le plus beau temps de la rue des Lombards fut, sans contredit, celui qui s’écoula de l’an 1650 à l’an 1800 ; tout le monde ne pouvait pas aller emprunter aux anciens usuriers de ce quartier, par la raison excellente qu’on ne prête qu’aux riches, tandis que pas un parisien ne trouvait, au moins une fois dans sa vie, quelques pièces de trois livres à dépenser pour faire le galant ; toutes les femmes idolâtraient les dragées, depuis les dames de la cour jusqu’aux plus simples grisettes.

                  Je ne parle pas des parrains ; pour eux la course à la rue des Lombards était la première chose qu’ils inscrivaient sur leurs tablettes, en récapitulant les frais que devait leur procurer l’honneur de tenir un petit Parisien sur les fonts de baptême, en compagnie d’une charmante marraine.

Louis Huart

dans Les rues de Paris. Paris ancien et moderne

sous la direction de Louis Lurine

Coll. A. P.-R.

On pouvait se renseigner au théâtre du Palais-Royal, où M. et Mme Charbonnel étaient allés voir jouer les Dragées du Baptême […].

Émile Zola

Son Excellence Eugène Rougon

 

Deux violons piaulaient à la tête du cortège ; Machecourt et sa femme fermaient la marche. Bonjamin, toujours magnifique, semait sur son passage les dragées et les liards de l’inoculation. Gaspard, tout fier de lui servir de poche, se tenait à ses côtés, portant dans un grand sac les dragées de la cérémonie.

Claude Tillier

Mon oncle Benjamin

 

Les dragées

Elles se fardent à la façon des jolies femmes et leur teint, suivant les types, devient blanc, chair ou rachel. On peut, sans les froisser, lécher leurs joues à la vanille. L’amande vous reste, après.

Georges Barbarin

Cité par Curnonsky et Gaston Derys

Anthologie de la Gastronomie Française, 1936.

On m’envoya bientôt à l’école chez la chère sœur Reine, qui avait pour ses élèves des tendresses ineffables, et déployait pour les récompenser une munificence vraiment princière. Ainsi, quand il m’arrivait d’être très-sage, c’est-à-dire à peu près immobile comme une statue, elle me passait sur la langue une dragée qui avait déjà été léchée par vingt-quatre petites filles.

Abbé Marchal

Souvenirs d’un missionnaire

 

— Et, après le chou-fleur, je te donnerai une dragée à la liqueur.

         Séduit par cette dernière promesse, Pinocchio ne sut plus résister. Il prit une grande résolution.

C. Collodi

les Aventures de Pinocchio

 

Dès la première dragée mordue, son imagination se peuplait immédiatement d’espérances curieuses. Il lui semblait que chaque bonbon de la boîte apporterait un plaisir différent à sa bouche. D’une joie, il concluait à mille autres joies analogues, toutes possibles, et nuancées. Rien ne le déçut davantage que de constater la similitude entre la troisième dragée et la première, entre la septième et la cinquième. L’univers était infécond pour l’ampleur de son appétit.

Paul Adam

L’enfant d’Austerlitz

 

Elle sourit, se leva, ouvrit son armoire de bois peint et en sortit une boîte ovale avec des dragées roses, bleues et blanches reposant sur un papier dentelé.

              — Prends-en une !

              — Merci. Je peux rendre la petite perle aussi ?

              — Oui.

           — C’est bon. Un jour, j’en ai mangé une grosse comme ça… Elle changeait de couleur au fur et à mesure qu’on la suçait.

            Marguerite choisit une dragée rose et dit qu’il ne fallait pas croquer. Elle posa la main sur la nuque d’Olivier et le secoua avec une tendresse brusque. Ils sucèrent leurs dragées en regardant les taches du plafond.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

Coll. A. P.-R.

Les « dragées » à table

 

Les dragees achevent la douceur de la resjoueissance du dessert & font comme l’assouvissement du plaisir. Elles sont portees dans une belle boette posees sur un plat, les tables restans encore dressees a la facon de celles que les Anciens donnoient a emporter en la maison. Quelquefois aussi les mains estants desia lavees auec l’eau-rose, & la table couverte de son tapis de Turquie, elle sont presentees.

                 Ce sont des richesses que nous possedons en abondance & vos festins ne se peuvent pas terminer plus agreablement que par nos dragees de Verdun en vos quartiers. Elles ont parmy les charmantes delicatesses de leur succre, de leur canelle, & de leur anis, une douce & suave odeur qui egale celles de l’air de nos Canaries, c’est a dire de nos plus sinceres inclinations en vostre endroit dont vous receverez de mesme les tesmoignages. Vous voyez donc icy les advis de la civilite que nous auons entrepris de vous donner, pour vous servir d’un fructueux divertissement. Nous les finissons donc si vous le trouviez agreable, pour nous porter auec plus de zele aux autres devoirs qui contribueront a vostre satisfaction, & qui seront agreables a touts les veritables estimateurs de la bien-seance & de l’honnestete de la conversation commune, comme nous le soutraitions avec passion. 

Bienseance de la Conversation entre les Hommes, fin du XVIsiècle*

 

* Chapitre XI, Des Services & honneurs de la Table, de l’édition de 1663 (British Museum). Ce traité fut écrit par les pensionnaires du collège jésuite de La Flèche, communiqué au collège de Pont-à-Mousson, traduit en latin dans cette ville par un professeur, le père Léonard Perin (1567-1658), qui, d’ailleurs, lui ajouta un chapitre sur le comportement à table. Imprimé en 1617 à Pont-à-Mousson, il fit l’ensuite l’objet de nombreuses éditions — (Rouen, 1631), Paris (1638,…, 1663) — et traductions (en espagnol, allemand, etc.).

Une falsification très répandue

 

[…] le nouvel an s’avance, les bonbons font courir les rues ; les enfants, qui ne demandent qu’à vieillir, attendent cette grande époque avec une vive impatience, et mille fripons s’apprêtent à leur donner de l’amidon pour du sucre. Le croirait-on ! il se vend annuellement en France plus de cinquante millions de livres de dragées ; et à l’exception de la ville de Verdun, qui n’a rien à se reprocher sur ce genre de fabrication, partout ailleurs les dragées sont composées de plus de deux tiers d’amidon ou de farine, avec moins d’un tiers de sucre. Ainsi trente millions de livres de farine, qui fourniraient cinquante millions de livres de pain, sont baptisés sucre, et se donnent comme sucre aux enfans et aux jolies femmes. Oh ! si ces dernières savaient quels miasmes dangereux se mêlent à l’amidon mal préparé qu’on leur présente sous une si jolie forme, une bonbonnière ne serait à leurs yeux que la boîte de Pandore ; mais les enfans son gourmands, ils avalent tout ce qui se nomme sucre, et c’est en vain que je leur parle de farine, ils n’en croqueront pas une dragée de moins, et l’honnête commerce ira son train ordinaire.

François Benoît Hoffmann

Œuvres, « Critique », 1829*

 

* Tome VII, Chez Lefebvre, Paris. Il s’agit d’un texte concernant le manuel de Machet.

Pâtisserie Barge, 54 rue Gambetta, à Saint-Etienne.

drageoir

 

À l’issue de table, il distribua à chacun d’iceux tout le parement de son buffet, qui était au poids de dix-huit cent mille besants d’or en grands vases antiques, […] drageoirs et autre vaisselle toute d’or massif […].

François Rabelais

Gargantua

 

Messire Oudart je vous donne ce flaccon d’argent […]. Trudon prenez toutes ces cuillères d’argent, & ce drageoir. Vous lacquais prenez cette grande sallière.

François Rabelais

Le Quart Livre

 

Puis elle avait ri, mais sa main convulsive brisait un drageoir d’or miraculeusement sculpté.

Honoré de Balzac

L’Élixir de longue vie

 

Flacons de vin, hanaps altérés, bouteilles d’hypocras, frès pleins de bon vin de Chyppre, drageoirs combles d’épices, paons rostis, saulces vertes, petits jambonneaulx salés, auroient resjouy la vue du guallant s’il n’avoit pas tant aymé madame Impéria.

Honoré de Balzac,

Contes drolatiques, « Prologue »

 

C’est dans la Vallée-Noire qu’on parle le vrai, le pur berrichon, qui est le vrai français de Rabelais. C’est là qu’on dit un draggouer, que les modernes se permettent d’écrire drageoir ou drageoir, fautes impardonnables : un bouffouer [un soufflet] que nos voisins dégénérés appellent boufferet. C’est là que la grammaire berrichonne est pure de tout alliage et riche de locutions perdues dans tous les autres pays de la langue d’oïl.

George Sand

La Vallée Noire

 

Le capitaine Philippe apporta le sien [cadeau], un ancien drageoir en porcelaine de Saxe, monté sur or […]. Elle le grondait, puisqu’il n’était pas riche […]. Cependant, elle travaillait le drageoir, elle voulait voir comment c’était fait, l’ouvrant, le refermant.

Émile Zola

Nana

 

Elles se calmèrent, elles l’entourèrent étroitement sur une causeuse, tandis qu’il leur contait une indigestion de Sylvia, avec laquelle il avait soupé la veille. Puis, tirant un drageoir de la poche de son habit, il leur offrit des pralines.

Émile Zola

La Curée

 

Et sous ce berceau de dentelles, sous ces rideaux qui ne laissaient voir du plafond, par le vide étroit de la couronne, qu’un trou bleuâtre, où Chaplin avait peint un Amour rieur, regardant et apprêtant sa flèche, on se serait cru au fond d’un drageoir, dans quelque précieuse boîte à bijoux, grandie, non plus faite pour l’éclat d’un diamant, mais pour la nudité d’une femme.

Émile Zola

La Curée

 

Alors le comte tira de la poche de son gilet le drageoir en émeraude, souleva son couvercle d’or, et versa dans la main droite de Valentine une petite pastille ronde de la grosseur d’un pois.

Alexandre Dumas

Le Comte de Monte-Cristo

 

“ À propos, dit Henri se rappelant, portez à la reine ces confitures d’Orient qui font dormir. ”

Et il remit son drageoir à l’huissier.

Alexandre Dumas

Les Quarante-Cinq

 

Après les grâces, dites par l’archevêque, furent apportées aux convives des confitures et des épices dans des drageoirs d’argent.

Henri de Formeville

Notice historique sur l’ancien Évêché-comté de Lisieux

 

Tantôt il l’appelait pour lui conter quelque remarque, qui, drôle ou non, avait le privilège de faire rire Saint-Luc. Tantôt il lui
 offrait dans son drageoir des pralines et des fruits glacés que Saint-Luc trouvait délicieux.

Alexandre Dumas

La Dame de Monsoreau

 

Mais ce n’était pas cette pauvre robe noire fripée qu’il attendait, ce n’était pas pour elle qu’il posait de profil sur son esquisse, ni pour elle non plus qu’il avait préparé ces frêles bouquets de grandes fleurs, iris et tulipes, et sur une petite table anglaise un drageoir et des flacons ciselés.

Alphonse Daudet

L’Immortel

 

Elle sourit sans la moindre rancune.. “Ah! le joli monstre !.. ” et se contenta de lui dire en montrant du bout de son ombrelle le drageoir rempli de fondants :

                    “ Pour te faire sauter la.. le.. comment dis-tu ça ? ”

Alphonse Daudet

L’Immortel

 

Il [duc de Guise] se leva soudain, ses sentant mal à l’aise, et comme il redoutait de défaillir, il demanda à Péricard d’aller lui quérir une coquille d’argent doré qui lui servait de drageoir et où il conservait toujours des raisins de Damas comme “ en cas ”.

Pierre Lafue

L’Assassinat du Duc de Guise

Un ministre gourmand

 

M. de Corbière, le très honnête et très distingué ministre de Louis XVIII, était un grand amateur de bonbons. Il avait toujours sur lui quatre ou cinq bonbonnières d’un travail exquis et d’une grande valeur. C’était un esprit fort distrait. Un jour, au conseil du roi, dans la chaleur de la discussion, il tire successivement de sa poche trois bonbonnières qu’il pose familièrement sur la table.

           — Voilà, dit Louis xviiien souriant, M. le comte de Corbière qui est en train de vider ses poches.

          — Sire, réplique vivement le ministre, ne vaut-il pas mieux les vider que les remplir ? 

Fulbert Dumonteil

la France Gourmande

 

Un précieux écrin

 

Il tira de sa poche une merveilleuse bonbonnière creusée dans une seule émeraude et fermée par un écrou d’or qui, en se dévissant, donnait passage à une petite boule de couleur verdâtre et de la grosseur d’un pois. Cette boule avait une odeur âcre et pénétrante ; il y en avait quatre ou cinq pareilles dans l’émeraude, et elle pouvait en contenir une douzaine. La bonbonnière fit le tour de la table, mais c’était bien plus pour examiner cette admirable émeraude que pour voir ou pour flairer les pilules, que les convives se la faisaient passer.

Alexandre Dumas

Le Comte de Monte-Christo

drogue

 

D’ESTRIGAUD. — Quand j’aurai lu mes lettres. (William sort. — D’Estrigaud se met à table, et mange tout en décachetant ses lettres.)Ce n’est pas mon chocolat ordinaire, Quentin.

QUENTIN.— Pardon, monsieur le baron.

D’ESTRIGAUD. — Je vous dis que non. Ce coquin de Coutelard aura changé de fournisseur pour gagner dix sous. Je veux bien qu’il me vole, mais je ne veux pas qu’il liarde. Vous le lui direz. Emportez cette drogue-là.

Émile Augier

La Contagion

dumpling

 

L’oie et les dumpings de notre honnête voisin furent très bons ; son ale aux pommes rôties, de l’avis même de ma femme qui était une connaisseuse, fut excellent.

Oliver Goldsmith

Le Pasteur de Wakefield

E

échaudé

 

Item, la premiere sepmaine de karesme, fut crié à son de trompe que nul boulenger ne feist plus de pain blanc ne gasteaux, n’eschaudez, affin que les bourgeois qui avoient du blé cuisissent.

Journal d’un bourgeois de Paris, 1405-1449

 

Trois tables de jeu à tapis vert râpé, un tric-trac suffisaient aux joies de la compagnie à laquelle Mademe du Ronceret accordait du cidre, des échaudés, des marrons […].

Honoré de Balzac

Le Cabinet des antiques

 

De la musique ! Jugez donc ! moi qui n’en ai jamais entendu. Et puis des rafraîchissements ! Et des échaudés ! des macarons ! du vin chaud !

Comtesse de Ségur

Jean qui grogne et Jean qui rit

 

Où sont les […] cafés de l’ancien style où les tuyaux de poêle avaient la forme d’un palmier, où l’on ne pouvait fumer que dans l’estaminet, et où l’on servait traditionnellement des échaudés avec la bière ?

François Coppée

Paris

Echaudes gateaulx petyt choubz chaulx
Le pâtissier ambulant
Cris de Paris, vers 1500, BnF, Arsenal, Est. 264 Rés. pl. 7

éclair

 

Jean était faible, un peu malade. Le médecin constata de l’anémie, ordonna du fer, de la viande rouge et de la soupe grasse.

        Or, le petit n’aimait que les gâteaux et refusait toute autre nourriture; et le père, désespéré, le bourrait de tartes à la crème et d’éclairs au chocolat.

Guy de Maupassant

Contes du jour et de la nuit

 

Henri me rappelle alors nos timides amours de rhétoriciens pour cette jolie pâtissière de la rue Soufflot, et les indigestions d’éclairs et de babas que nous nous donnions afin de la contempler pendant un quart d’heure. Moi, je lui remets en mémoire notre fameuse partie carrée à la foire de Saint-Cloud.

François Coppée

Contes rapides

 

Au moment où Elstrir me demanda de venir pour qu’il me présentât à Albertine, assise un peu plus loin, je finis d’abord de manger un éclair au café […].

Marcel Proust

À l’ombre des jeunes filles en fleurs

 

Cette Courvoisier avait avalé presque tous les lundis des éclairs chargés de crème à quelques pas de la Comtesse G***, mais sans résultat.

Marcel Proust

 

Elle était gourmande, refusait parfois l’humble déjeuner de sa mère, — modeste couturière, — pour manger, chez le pâtissier voisin, des éclairs au chocolat et des tartes aux fraises.

Jean Aicard

Notre-Dame-d’Amour

 

Les soldats, il faut que cela mange. Pour cette fois l’Intendance a fourni des vivres à souhait : babas, madeleines, éclairs au café et au chocolat, sirop de groseilles. L’armée dévore.

Anatole France

Filles et garçons

 

— Quand tu jettes sur les œufs, peut-être as-tu vraiment besoin de soufre. La nature réclame. Mais les éclairs au chocolat, laisse-moi rire, c’est pure gourmandise qui te charge l’estomac.

HervéBazin, Le Matrimoine

 

Il acheta une tarte aux cerises et tandis que Mme Anglade nouait le paquet, il engloutit deux éclairs au chocolat.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

[…] au bout de vingt ans de vie commune, il surprit sa femme chez le pâtissier, et il se rendit compte en l’observant qu’elle allait plusieurs fois par semaine s’empiffrer d’éclairs au café. Oui, il croyait qu’elle n’aimait pas les douceurs et en réalité elle adorait les éclairs au café.

Albert Camus

Le premier homme

 

Claes Oldenburg fabrique des nourritures factices. Son atelier est une boutique aux étagères chargées de plats et d’assiettes garnis. Il a fait une machine à écrire molle, des “ éclairs au chocolatet saucisses ”, des bananes, des viandes en tranches ou entières dans un plat.

Hélène Parmelin

L’art et les anartistes

 

[…] Une bande de rigolos, et la table toujours chargée de bonnes choses — […] compote de pommes et figues de Smyrne, bananes aussi grosses qu’une matraque, gâteaux à la cannelle et Streussel Kuchen, gâteaux au chocolat et noix de toute espèce, […] meringues au citron, biscuits à la cuillère, éclairs au chocolat, macarons, millefeuilles à la crème […].

Henry Miller

Printemps noir

 

C’était une bonne idée pour attirer la jeunesse, dit Mme Deume. Après un troisième éclair au chocolat, Mme Ventradour approuva.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

 

Après le goûter (brioches, tarte aux pommes, éclairs au chocolat et au café — j’aime ceux au chocolat — et croissants), papa, maman, M. et Mme Blédurt ont continué à jouer […].

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas

églantine

 

électuaire

 

Après le repas, […] les valets dressent les lits et apprêtent le fruit pour le coucher : dattes, figues et noix muscades, girofle et grenades, électuaire pour la fin*, et encore pâte au gingembre d’Alexandrie, gelée aux aromates.

Chrétien de Troyes

Perceval le Gallois

 

« […] dates, figues et noiz muscates / Et girofle et pomes grenates / Et leituaires an la fin […]. »

entremets

 

Quant aux entremets que vous nous fîtes servir, ce sont d’incomparables joyaux aussi fugaces que les gemmes lumineuses d’un feu d’artifice. Mais si de leur saveur exquise il ne doit rien rester, j’en veux du moins éternellement conserver la mémoire.

Guillaume Apollinaire

Le quatrième festin de Cocagne, dans L’Heptaméron des gourmets ou les Délices de la cuisine

 

Peu à peu, la table commença de se couvrir de toutes sortes de mets appétissants qui valurent des compliments à Mamasha. elle était occupée à trancher de longues baguettes de pain blanc dont elle conservait le croûton pour elle-même. Et animés de cette faim si particulière au dimanche, ils faisaient honneur au poulet au riz, au rôti, au couscous épicé garni de carottes, d’artichauts et de pois chiches, cependant que les nombreux entremets étaient non moins appréciés.

John Knittel

Jean-Michel

 

Il évoqua les repas gargantuesques de jadis avec faconde, citant des menus du xixesiècle, parlant de hors-d’œuvre, d’entrées, de rôtis, de gibiers, de volailles, de fromages, de crèmes, d’entremets, de gâteaux en grand nombre.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

Série de 36 chromos éditée par les Etablissements Au Plateur de Caïffa…

épicerie

 

Ces épiceries n'étant capables que de mettre le feu au corps, les gens sages ne donneront pas dans ces excès, et seront attentifs à n'user jamais de chocolat qu'ils n'en sachent sûrement la composition.

Encyclopédie

 

[…] bientôt il s’était lancé dans une telle noce, que l’épicerie y passait peu à peu, les légumes secs, les bocaux, les tiroirs aux sucreries.

Emile Zola

L’Œuvre

épices

 

épices de chambre

 

Après le déjeuner, quand les tables furent ôtées, les grâces dites et les épicesdservies, plusieurs chevaliers allèrent s’armer et montèrent à cheval.

Jean d’Arras

Mélusine

 

Après disner vient la  mestrie [ordonnance]

Des dragoirs faire et apporter ;

Lors convient ses gens enhorter

D’avoir sucre en plate [petits pains plats] et dragée ;

Paste de Roye [pâte de gingembre confit] bien arrangée ,

Annis, madrian, noix confittes,

Et o les choses dessusdictes

Convient pignolat qui refroide,

Manus Christi qui est roide,

Et aultresespicesassez

Que je suy de nommer lassez […].

Eustache Deschamps

Le miroir de mariage

 

Des servantes déposaient sur les coffres, les bahuts, de larges plats d’argent remplis d’épices de chambre : anis, réglisse, genièvre, coriandre, gingembre, figues sèches et noisettes. Chacun y puisait tout en buvant du vin pimenté, aromatisé à la cannelle et au girofle.

Jeanne Bourin

La Chambre des dames

épicier

 

C'est un épicier du coin qui spécule sur le sucre et le café, qui fait ces belles prophéties ; il le dira le soir à sa femme qui hait les Anglois, parce qu'ils sont hérétiques.

Louis-Sébastien Mercier

Tableau de Paris, édition d’Amsterdam, 1782-1783

 

[…] l'épicier est entraîné vers son commerce par une force attractive égale à la force de répulsion qui en éloigne les artistes. On n'a pas assez étudié les forces sociales qui constituent les diverses vocations. Il serait curieux de savoir ce qui détermine un homme à se faire papetier plutôt que boulanger, du moment où les fils ne succèdent pas forcément au métier de leur père comme chez les Égyptiens. L'amour avait aidé la vocation chez Descoings. Il s'était dit : Et moi aussi, je serai épicier ! en se disant autre chose à l'aspect de sa patronne, fort belle créature de laquelle il devint éperdument amoureux.

Honoré de Balzac

Études de mœurs, 2elivre, Scènes de la vie de province. T. 2, Les célibataires : un ménage de garçon

 

Les épiciers sont tes seigneurs, ô Paris ! je veux monter au rang d'épicier ! je veux te vendre du sucre saturé d'amidon, du café plein de châtaignes torréfiées, de la bougie de suif, du chocolat de fécule, du savon de résine, et les fruits les plus savoureux de la Provence, récoltés dans les vergers de Chaillot !

Paul Féval

Chérie

épine-vinette

 

Enseveli dans les flots soyeux de sa barbe et de sa chevelure noires, le tout petit Marins Cabardos est assis devant une table où il vient de dévorer un cassoulet tout entier, et un pot de confit d’oie, et une jatte de fruits et des confitures d’épines-vinettes, le tout arrosé de vins généreux et de muscats dorés.

Théodore de Banville

Gens du Midi,dans Petites Études : La lanterne magique, Huitième Douzaine, xcii

 

Rousseau, le gendre et le successeur de Ravoisé́, confiseur de la reine, Au Fidèle Berger, rue des Lombards, son tabac de café́ à la crème, ses barges d’oranges tapées, ses coffrets de confitures sèches de Tours, ses boîtes et marmelades d’Alberges, son épine-vinette de Dijon.

Edmond et Jules de Goncourt

Histoire de la société française pendant la Révolution

 

[…] les Mirabelles de Sedan, les Moyeux et Épines-Vinettede Dijon, le Cotignac d’Orléans, les Pâtes d’abricot de Clermont ou de Riom, toutes ces friandises, douceurs et sucreries, “ spécialités ” du terroir français, comme disent maintenant les “ guides ” qui en inventeraient au besoin.

Georges Dubosc

Le Sucre de pommes de Rouen

esquimau

 

C’est ça l’ennui des cinémas de province, il y a des documentaires, des dessins animés, on rallume, on passe les esquimaux, on tire les rideaux, on les ouvre, la lumière baisse, trois quarts d’heure de publicité, la lumière remonte […].

Patrick Cauvin

L’amour aveugle

 

Un jour de la Martinique

Nique, nique

Son pays

Une fille sympathique

Thique, thique

Vint ici

Avec le charme et la grâce

Un peu lasse de là-bas

Elle se fit une petite place

Comme ouvreuse de cinéma

 

Refrain :

Bonbons caramels, esquimaux, chocolat

Bonbons caramels, esquimaux, chocolat

Chanson, Annie Cordy

Bonbons Caramels*)

* Paroles de Noël Roux, musique d’Edward Chekler, Marcel Dubel, 1953.

F

fanchonnette

 

Les dîners sont aussi […] un très-beau fleuron de la couronne des Pâtissiers. […] Un énorme pâté de volaille ou de gibier […] doit être flanqué […] aux quatre angles de la table, de fanchonnettes, de génoises, d’un ramequin de Bourgogne, et d’un flan de pommes à l’anglaise. Ces aimables friandises, en alternant avec les entremets potagers, donnent à ce service un relief, un éclat, et un coup-d’œil ravissant.

 

Grimod de La Reynière

Almanachdes Gourmands, 1805

far

 

Et maintenant, mes chéris, qu’est-ce qu’on mange ? Que diriez-vous d’un far aux pruneaux ?

Hervé Bazin

Madame Ex

 

On chauffait le four cependant pour faire encore une grosse fournée de fars et de gâteaux pour les fêtes patronales […].

Henri Vincenot

La billebaude*

L’écrivain évoque ici sa Bourgogne natale.

feuilleté, -e

 

Le même jour vers le soir je reçus des présents de gâteaux feuilletés & autres pâtisseries, que le Cadi, le Mutsellem, le Muhhassil & les autres Grands du Pays m’envoyèrent.

Mémoires du Chevalier d’Arvieux

 

— Ils retournent à l’église cathédrale où une collation, préparée sous le vestiaire du Chapitre, est servie à tous les officiers du chœur et de la juridiction.

— Que leur sert-on ?

— Une galette feuilletée, pâtisserie toute locale, trois pots de vin généreux, trois pots de cidre et trente-six ramequins.

— Qu’est-ce qu’un ramequin ? demanda le petit garçon, que ce récit intéressait beaucoup.

— Ce sont des tartes au fromage, répondit MCordier.

Charles Didyme

La Journée d’un Lexovien en 1787

 

Quand on s’éveille, voyons, et qu’on respire la chaude odeur de chocolat bouillant, on sait que c’est dimanche… On sait qu’il y a à dix heures, des tasses roses, fêlées, sur la table, et des galettes feuilletées — ici, tiens, dans la salle à manger — et qu’on a la permission de supprimer le grand déjeuner de midi… Pourquoi ? Je ne saurais te dire… C’est une mode de mon enfance.

Colette

Le Voyage égoïste

 

Ma mère avait cuisiné une pile de galettes en pâte feuilletée, de forme carrée. Elle les enduisit de beurre frais et de miel. C’était un délice. Je pris deux grands verres de thé à la menthe.

Ahmed Sefrioui

La boîte à merveilles

 

Dona Brigida avait fait venir le padre Cirilo et quelques amies intimes, avait préparé des gâteaux, des feuilletés, des douceurs variées.

Jorge Amado

Tereza Batista

 

Ducloux de Tournus a besoin de venir s’asseoir en face de moi dès que j’entame son feuilleté aux poires. Quand j’en ai fini avec ce nuage craquant-moelleux-miellé, il soupire “ La Tatan a tout mangé ” comme si je venais de sceller son destin en faisant disparaître Ducloux soi-même, corps et âme, dans ma béatitude.

Fanny Deschamps

Croque-en-bouche

M. Willy Wonka sait faire des pâtes de guimauve parfumées à la violette, et des caramels mous qui changent de couleurs toutes les dix secondes, et des bonbons feuilletés qui fondent délicieusement dès qu’on les prend entre ses lèvres.

Roald Dahl

Charlie et la chocolaterie

fiadone

 

N’oublions pas non plus cette charmante et succulente cuisine corse qui tient des vieilles recettes gênoises accommodées au goût français. Quoi de plus délectable, à Calvi, à Ile-Rousse, à Bastia ou à Ajaccio, que […]ce gâteau corse, fiadone, le tout arrosé de patrimonio, vin clairet grenat, puis, après le café, d’eau-de-vie de myrtes ou de bonapartine ?

Robert Chauvelot, cité par Curnonsky et Gaston Derys

Anthologie de la Gastronomie Française, 1936.

figue

 

Cette ville [Marsâ ‘d-Daddjâdj (Port aux poules)] est d’une étendue considérable et entourée de fortifications […] le pays produit surtout beaucoup de figues et l’on exporte au loin des cabas remplis de ces fruits, soit secs, soit en pâtes (toub).

El‑Idrisi

Description de l’Afrique et de l’Espagne

 

Gâteaux fabriqués avec des figues et du miel, pâtisserie de toute sorte au beurre ou à l’huile, beignets frits, veufs, laitage, fine fleur de froment, rien n’est trop succulent pour un estomac aussi saint.

A. Villacrose

Vingt Ans en Algérie

 

[…] je ne dois pas oublier que les fruits de nos jardins ont une douceur exquise. La supériorité de nos figues est généralement reconnue : récemment cueillies, elles font les délices des habitants de l’Attique ; séchées avec soin, on les transporte dans les pays éloignés, et jusque sur la table du roi de Perse.

Abbé Barthélemy

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire

 

Et ainsi, tous ensemble, mioches ébouriffés et blondines fillettes, 
en béguins et petits sabots, nous partions sur le Chemin d’Arles, le 
cœur tressailli de joie, les yeux pleins de visions, et nous
 portions à la main, comme on nous l’avait dit, des galettes pour les 
Rois, des figues sèches pour les pages, avec du foin pour les 
chameaux.

Frédéric Mistral

Mes Origines. Mémoires et Récits

 

Vers quatre heures, nous rentrions chez Lagneau : sa mère avait préparé le goûter, c’est-à-dire des babas au rhum, des meringues, des choux à la crème et de fausses figues en pâte d’amandes, revêtues d’une épaisse peau verte : elles cédaient mollement sous la dent, pour éclater en délices sur la langue.

 

Marcel Pagnol

Le temps des secrets

 

Connaissez-vous ce que je considère comme le meilleur dessert du monde ? C’est celui d’un enfant pauvre d’un pays pas riche. Vous prenez une figue sèche et vous la fourrez de noix. Et puis, vous y instillez quelques giclées de miel.

Yvan Audouard

Préface à l’ouvrage de Monique A. Gruénais-Vanverts, La Cuisine du Lubéron, 1982

 

[…] ensuite on se trouve sur une place de marché encombrée d’étalages fruitiers où s’étalent les magnifiques productions de la côte d’Asie. […] Les pastèques, les figues de cactus et les raisins marquaient la saison où nous nous trouvions,— et d’énormes melons de la Cassaba, les meilleurs du monde, arrivés de Smyrne, invitaient tout passant à un déjeuner simple et délicieux.

Gérard de Nerval

Voyage en Orient

figuratif,-ve

 

[…] on illuminait la rue*, et des rangées de figures en sucre peint étaient exposées symétriquement devant les nombreuses boutiques de confiseurs. On y voyait en outre une infinité de bonbons de toute espèce, et je me trouvai à même de satisfaire la passion favorite de mon enfance, qui probablement survivra à celles de ma jeunesse […].

Comte Joseph d’Estourmel

Souvenirs de France et d’Italie…

* Le Comte Joseph d’Estourmel se trouve à Palerme.

 

Çà et là étaient disséminées des tentes où l’on vendait pendant le jour des pâtes épilatoires, des parfums, des vêtements, des gâteaux en forme de lune, et des images de la Déesse avec des représentations du temple, creusées dans un bloc d’albâtre.

Gustave Flaubert

Salammbô

 

Le festin devait durer toute la nuit […] des viandes composées emplissaient des coquilles ; les pâtisseries avaient des formes symboliques […].

Gustave Flaubert

Salammbô

 

Et il y a d’étonnantes pâtisseries imitant des paysages, des sites de rêve nippon, rocailles en sucre brun, vieux cèdres en sucre verdâtre très délicatement feuillus.

Pierre Loti

La Troisième Jeunesse de Mme Prune

 

Le pâtissier s’aperçoit tout à coup qu’il y a quelqu’un derrière sa vitrine et il fait un geste de colère. Le petit joueur se sauve alors ; mais le boulanger, lui aussi, a fait de grands hommes en spikelaus, des cramiques de fine farine, des couques en forme d’oiseau, avec des plumes et des drapeaux. Et l’enfant s’arrête de nouveau, regarde ces belles choses avec le désir d’en manger.

Camille Lemonnier

Le Noël du petit joueur de violon

 

Au dessert, je servis des sucreries figurant les viandes dont on venait de manger, et non de belles Cauchoises, et non des personnages indécents, comme c’est malheureusement aujourd’hui la mode. Pensez d’ailleurs qu’il ne manquait ni pain d’épice à la cannelle, à la muscade, au girofle, ni gaufres, ni massepains, ni pâte d’abricots, ni conserves de roses, ni conserves de Provins.

A.-A. Monteil

Histoire des Français des divers états ou Histoire de France aux cinq derniers siècles,  XIXsiècle

 

Il nous faut reprendre un peu l’employé ; dire qu’il achète des oranges pailletées, des bonbons qui font meubles, comme vases en sucre, commodes, pelotes, pendules, charges de Dantan en chocolat ; tandis que le surnuméraire galope comme un chat de gouttières, dans les mansardes de grisettes, faisant circuler des pastilles, entr’ouvrant un sac plein de charades étudiées à l’avance et qu’il a l’air de deviner, puis remettant son sac dans sa poche, à la faveur de la méditation générale causée par lesrébus.

Nestor Roqueplan

La vie parisienne

 

[…] elle revint à son four et à sa pâte, confectionna le pain pour Pâques, un pain tout blanc découpé et percé de trous, les casadinas, gâteaux de farine et de fromage frais, jaunes de safran, enfin de petites figures de pâte, des enfants au maillot, des momies, des oiseaux, qui avaient un gros œuf en guise de tête.

Grazia Deledda,

Pâques sardes, dans Les Tentations

 

Pour l’anniversaire de Christophe, elle lui fit une tarte sur laquelle étaient plantées vingt bougies, et, au milieu, une petite figure en sucre, vêtue à la grecque ; qui avait la prétention de représenter Iphigénie, et qui tenait un bouquet.

Romain Rolland

Jean-Christophe, « Révolte »

 

C’est ainsi qu’Arcadio et Amaranta surent parler l’idiome des Indiens guajiros avant le castillan, et apprirent à boire du bouillon de lézard et à manger des œufs d’araignée sans qu’Ursula se doutât de rien, trop occupée elle-même par un commerce prometteur de petits animaux en caramel.

Gabriel Garcia Marquez

Cent ans de solitude

 

Les éventaires des marchands de sucreries attiraient mon regard. On y voyait exposés des coqs et des poussins en sucre jaune ornementé de filets roses, des théières transparentes, de minuscules babouches et des soufflets. Ces objets magnifiques me rappelaient ma Boîte à Merveilles. Mon père m’en avait bien offert quelquefois, mais, avant d’arriver à la maison, ils s’émiettaient ou devenaient simplement gris et poussiéreux, indignes de figurer parmi mes trésors. Ils étaient beaux, là, au soleil, dans le bourdonnement de la foule.

Ahmed Sefrioui

La Boîte à Merveilles

 

C’était sous le hangar de la charretterie que la table était dressée. […] On avait été chercher un pâtissier à Yvetot pour les tourtes et les nougats. Comme il débutait dans le pays, il avait soigné les choses ; et il apporta, lui-même, au dessert, une pièce montée qui fit pousser des cris. À la base, d’abord, c’était un carré de carton bleu figurant un temple avec portiques, colonnades et statuettes de stuc tout autour, dans des niches constellées d’étoiles en papier doré ; puis, se tenait au second étage un donjon en gâteau de Savoie, entouré de menues fortifications en angélique, amandes, raisins secs, quartiers d’orange ; et enfin, sur la plate-forme supérieure, qui était une prairie verte où il y avait des rochers avec des lacs de confiture et des bateaux en écales de noisettes, on voyait un petit Amour, se balançant à une escarpolette de chocolat, dont les deux poteaux étaient terminés par des boutons de rose naturelle, en guise de boules, au sommet.

Gustave Flaubert

Madame Bovary

 

Aussitôt Casse-Noisette frappa entre ses deux mains, et plusieurs bergers et bergères, chasseurs et chasseresses sortirent de la forêt, si délicats et si blancs, qu’ils semblaient de sucre raffiné. Ils apportaient un charmant fauteuil de chocolat incrusté d’angélique, sur lequel ils disposèrent un coussin de jujube, et invitèrent fort poliment Marie à s’y asseoir.

 Alexandre Dumas

Histoire d’un casse-noisette

finger

 

Ce que nous appelons nos soirées poétiques, assez pompeusement, comporte une partie matérielle importante. Il nous faut des biscuits à l’orange et du pain d’épice, des biscuits au gingembre et des bonbons acidulés, ou encore ces biscuits américains “ en forme de doigts ” enrobés de chocolat[…].

Françoise Mallet-Joris

a maison de papier

flan

 

Les tartes et flans sont plus aisés à manger qu’à servir sur table, d’autant qu’il n’y a point d’os.

Rôti-Cochon

 

Même le soir, au repas qui eut lieu chez les Coupeau, ils ne se présentèrent point les mains vides. Le mari arriva avec un litre de vin cacheté sous chaque bras, tandis que la femme tenait un large flan acheté chez un pâtissier de la chaussée Clignancourt, très en renom.

Émile Zola

L’Assommoir

 

[…] mon parrain, me soupçonnant d’aimer sans mesure la pâtisserie, m’envoyait des parts énormes de tarte ou de flan.

Anatole France

La Vie en fleur

 

Le jour déclinait lentement. La cuisinière ne cesait de sortir de ses fourneaux des quiches, des biscuits, des flans, des tartes. On déposait ces pâtisseries chaudes et dorées sur la table, et l’on remplissait à nouveau le four de pâtes fades et pâles.

Georges-Emmanuel Clancier

Le Pain noir

 

Il avait bu des pots de limonade chaude, sucrée au miel, que Marguerite lui apportait. Elle lui avait préparé du flan.

Georges Ssimenon

Le Chat

 

Les autres plats, depuis les cochonnades jusqu’à la flangarde, sorte de flan froid, restaient inchangés.

Georges Simenon

La Mor td’Auguste

 

— Vous ne connaissez pas le picoussel ? s’étonna Robinet. Il est vrai que ça ne se mange qu’en Auvergne, et plus particulièrement, voyez-vous, à Mur, Mur-de-Barrez, un village du Cantal.

           Et son visage s’épanouit de satisfaction.

        — C’est une sorte de flan, oui, un flan de farine de blé noir, garni de prunes. Et assaisonné de fines herbes. Ça s’arrose de préférence avec un chanturgue ou un châteaugay.

Michel Tournier

Tristan Vox, dans Le Coq de bruyère

Imp. Delteil Fils Frères, Bordeaux, 25 x 43 cm.

fleur

 

Pour ayder à la concoction, on présente de l’anis confit. Plusieurs, qui ont l’estomach plus débile, se servent de  quelque poudre digestive, composée de fenoüil doux, coriandre préparé avec jus de coing, coraux préparez, conserves de roses seiches, bien peu de mastic, un peu plus de cannelle, où on adjouste le double de sucre rosat dont on fait une poudre. Ou en lieu d’icelle, prennent de la crouste de pain, deux ou trois feuilles de sauge, un peu d’anis et du sucre rosat, et du tout font une poudre dont on prend une petite cuillerée faicte exprès.

Joseph du Chesne (médecin de Henri IV)

Le pourtraict de santée

 

[…] de temps immémorial, un confiseur fait son nid dans la rue des Lombards, cette rue parée de sucre candi, où les ruisseaux roulent incessamment des sirops hors de service, et où l’atmosphère est toute chargée de miasmes à la fleur d’oranger.

Albéric Second

dans Louis Lurine, Les rues de Paris - Paris ancien et moderne

 

Les acacias, défleurissants, neigeaient en vain sur les pas de Jeannine, dont le nez charmant et bref, impérieux comme le bec du martinet, se fermait à leur parfum de beignets vanillés et de fleur d’orange.

Colette

« L’habitude », La femme cachée

 

La grappe de fleurs [d’acacia] sortait grésillante. Ma mère la saupoudrait de sucre et avec ma sœur et mes copines, à tour de rôle, comme pour les crêpes, nous mangions les fleurs, laissant l’armature de la grappe. Le sucre de l’acacia, un peu miellé — l’odeur de l’arbre était enivrante —, se mêlait au sucre en poudre.

Marie Rouanet

Petit traité romanesque de cuisine

 

On s’accroupit sur le divan circulaire, les frères lais apportent le café, l’eau de source et le glyco, l’éternelle confiture de roses qui joue avec la cigarette le principal rôle dans les conversations orientales.

Melchior de Vogüé

Voyage au pays du passé

 

Ce soir, j’ai dîné dans le monde comme il faut de New-York, chez les Corbin. […] j’ai noté, pour les maîtresses de maison, l’idéal entremets que voici : […] sur un grand plat d’argent, une moisson d’énormes roses fraîchement cueillies, avec leurs feuilles et leurs tiges. Chacune de ces roses contenait au centre de sa fleur une glace à la rose — exquise — qu’il fallait découvrir dans son nid parfumé. Allons ! artistes parisiens, hâtez-vous de copier cette idée et rougissez d’en avoir laissé l’honneur à l’Amérique. 

Léon de Tinseau

dans Les Annales Politiques et Littéraires, 1er février 1891

 

Ysabeau s’affairait. Un pilon à la main, son mari se penchait sur le contenu de deux grands mortiers de marbre.

      — Je venais vous acheter quelques pots de cette confiture de roses blanches cuites dans du sucre blanc de Caïffa dont vous avez la spécialité, dit Mathilde.

Jeanne Bourin

La Chambredesdames

 

C’est de l’onguent miton-mitaine, avança-t-il pour sa défense. […] mon “ apothicaire ”  y met du camphre, du corail, et de la confiture de roses. Rien que de bonnes choses.

Françoise Chandernagor

L’enfantdes Lumières

 

Les dragées d’or et d’argent et les dragées tendres de Hollande emplissaient de grandes coupes en verre de Murano. On les servait accompagnées de plateaux de biscuits à la rose, à la menthe et au tamarin.

Orazio Bagnasco

Le banquet

flognarde

 

La flognarde, dessert vite fait et substantiel, goûter excellent, chaud ou froid, n’exige pas de lait, se contente de deux œufs pour quatre et même six personnes, de trois ou quatre cuillerées de sucre en poudre ou de sucre vanillé, et l’indispensable pincée de sel.

Colette

De ma fenêtre

 

Grand-père […] aimait les nourritures robustes : perdrix aux choux, vol-au-vent de poulet, canard aux olives, râble de lièvre, pâtés, tartes, tourtes, frangipanes, flognardes, clafoutis.

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

fondant

 

… dans les entr’actes, nous recevons des visites… c’est une procession de petits messieurs avec des raies au milieu de la tête… Ils apportent tous des sacs de bonbons fondants… c’est délicieux… ça fuit sous la langue… mais ça poisse les gants…

Eugène Labiche

Les Trente Millions de Gladiator

 

Á côté de ces œuvres sérieuses venaient des œuvres plus légères, de petits biscuits soufflés à l’ananas, des fondants aux fraises, primeur alors fort rare ; des gelées d’orange servies dans l’écorce entière de ces fruits, artistement vidés à cet effet […].

Eugène Sue

Le Juif Errant

 

Nous remarquons encore la devanture de la confiserie Albert Mayer, distillateur-liquoriste. D’un côté, les bonbons les plus fondants; des surprises charmantes qui attirent les grands enfants comme les petits. De l’autre côté, un choix de fines liqueurs parmi lesquelles l’“Élixir” et la “ Liqueur du Ballon d’Alsace ”, si renommée partout et si souvent médaillée.

Journal de Thann et de l’Arrondissement, années 1880

 

Il y avait aussi des assiettes remplies de dragées, de pralines au chocolat, de fondants, de sucres de couleur, de caramels, mais la plus belle chose était certainement la tour aux trois étages, à cause de sa hauteur et de ses fruits.

Camille Lemonnier

Le Noël du petit joueur de violon

 

Mauriac nue, il faut la voiturer jusqu à la salle de bain, car elle a souci de ne pas se fatiguer inutilement dans les soirs qu’elle va chanter. Cela se fait par le moyen d’un chariot angora, ou plus exactement recouvert de singe roux dont traînent les poils sur le tapis blond ; Mauriac y gît dans un creux adapté aux proportions de son corps, et ses doigts, pour la gaver, vont cueillir autour d’elle des fondants à la pistache, tandis qu’en fredonnant :  “ Couronne-toi de roses… ”[…].

André Pieyre de Mandiargues

Dans les années sordides(Le bain de la Mauriac)

forestine

 

Pendant que la Confiserie Berrichonne expose ses excellents produits dans une des galeries annexes de l’exposition industrielle, nous engageons les amateurs de douces choses de (sic) goûter aux Forestines, aux Madrilènes, aux Pailles du Berry, aux Pralines de Bourges que Monsieur Forest fabrique avec une perfection rare.

            Sa petite vitrine, modeste comme la violette, suave comme le lys, délicieuse en son contenu fera crier les bébés de convoitise !  Un conseil d’ami, goûtez aux Forestines !

A. A., Journal de l’Exposition-Concours agricole de 1882

 

* À Châteauroux. Cité par Renée Ledoux-Panis, Le bon manger et le bon boire en Berry, 1981.

Publicité presse, membre 1937.

fouace

 

Adoncques s’enquesta combien on avoyt prins de fouaces et entendent quatre ou cinq douzaines, commenda qu’on en feist cinq charretées en icelle nuyct, & que l’une feust de fouaces faictes à beau beuure, beaux moyeux d’eufz, beau saffran, & belles espices pour estre distribuée à Marquet, & que pour ses interestz, il luy donnoyt sept cens mille Philippus pour payer les barbiers qui l’auroient pensé, & d’abondant luy donnoyt la mestayrie de le Pomardière à perpetuité franche pour luy & les siens.

François Rabelais

Gargantua

 

Nous 
admirions les charmants pages portant la queue de leurs manteaux 
traînants ; puis, les chameaux bossus qui élevaient la tête sur l’âne 
et le bœuf ; la Sainte Vierge et saint Joseph ; puis, tout autour, sur
 une petite montagne en papier barbouillé, les bergers, les bergères,
 qui apportaient des fouaces, des paniers d’œufs, des langes ; le 
meunier, chargé d’un sac de farine ; la bonne vieille qui filait ; 
l’ébahi qui admirait ; le gagne-petit qui remoulait ; l’hôtelier ahuri 
qui ouvrait sa fenêtre, et, bref, tous les santons qui figurent à
la Crèche.

Frédéric Mistral

Mes Origines. Mémoires et Récits

 

Ils faisaient provision de harengs, d’anchois, de pommes, de saucissons, de fromages, de pains blancs et ils se dépêchaient même de manger sur place d’énormes morceaux d’une fougasse à l’huile et au sucre, fort appétissante.

Jean Giono

Le Bonheur fou

 

— Mange de la fougasse, mon petit-fils, elle est fraîche sortie du four.

— Merci… pépé.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

[…] sans que j’aie rien demandé, d’un geste machinal, elle me donne un morceau de fougasse, les fougasses épaisses de l’époque, moelleuses, imbibées d’huile, délicieuses […].

Sandro Veronesi, L’aube du sang et des larme*

 

* « Rouge», dans Le Monde, 13 août 2010. Trad. de l’ital. par Dominique Vittoz.


[…] notre visite les a surprises en train de cuire la fournée de la semaine, comme en témoigne l’appétissante odeur de pain chaud qui embaume toute la maison.

           — Alors, dit le peintre, nous allons goûter de la fougasse ; il n’y a rien de meilleur pour faire trouver le vin bon.

         En effet, le temps de mettre la fougasse au four, et aussi je pense de remplacer par le large ruban brodé et la coiffette relevée en bonnet phrygien, le mouchoir blanc du matin coquettement noué sur le front en deux cornes blanches, et voici Maman Bermonde et Bermondette qui apportent la fougasse fumante et mince, frottée d’huile fine et persillée de grains d’anis.

           On s’est évidemment pressé, et Mlle Bermondette a encore un peu — tel un fil d’argent qui sertirait un bijou rose — encore un peu de fleur de farine autour des ongles.

             Exquise, la fougasse pétrie par ces mains petites et brunes !

 

Paul Arène, Chez une reine,

dans Contes et nouvelles de Provence


fourré, -e

 

— Là vous avez les bonbons fourrés à la crème, à la liqueur, et aux fruits ; là derrière… Oh ! Pardon !… Ah ! C’est encore toi ! Mais tu es toujours dans mes jambes !… Là, ce sont des tablettes… Enfin, vous pouvez goûter.

       C’était vraiment terrible, on a mangé des tas de choses formidables ; c’était sucré, ça fondait, c’était bon, et quand je serai grand je travaillerai dans une fabrique de chocolat.

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas, « On a visité le chocolat », 2006

fraise

 

On fait avec les Fraises, l’eau & le sucre, une boisson fort agreable, appelée Eau de Fraise. On s’en fera beaucoup pendant les grandes chaleurs de l’Été. Elle rafraîchit, elle humecte, & desaltere.

Louis Lémery

Traité des Aliments

 

Sylvain. — Il me faudrait un petit plat sucré... quelque chose de doux... dans des prix doux.

Benjamin. — Voulez-vous des pruneaux ?...

Sylvain. — Oh !... farceur !

Benjamin. — Tenez... il reste d’hier une tarte aux fraises.

Sylvain. — Elle n’est pas entamée, votre tarte ?...

Benjamin. — Oh ! non !

Sylvain. — Très bien !... je la retiens ! (Tirant son porte-cigares.) Voulez-vous un cigare ?

Eugène Labiche et Alfred Delacour

La Cagnotte

John F. Francis, Fraises et crème, 1879,

Shelburne Museum, Vermont, Etats-Unis. 

Au dessert on servit des fraises du potager ; elle regarda son oncle.

M. Dormère, avec ironie. –— Vous voyez, mademoiselle, qu’on n’a pas besoin de votre aide pour avoir des fraises qui sont bien meilleures que les vôtres.

Geneviève. — Je le sais bien, mon oncle, mais nous avons pensé que vous préfériez les fraises des bois.

Comtesse de Ségur

Après la pluie, le beau temps

 

— Ah ! oui, nous avons bien ri…, murmurait le jeune homme. L’album de photographies, n’est-ce pas ? et tout le reste, nos courses dans Paris, nos goûters chez le pâtissier du boulevard ; tu sais, ces petits gâteaux aux fraises que tu adorais ?…

Émile Zola

La Curée

 

Obligé de suivre, pour me diriger vers une causerie avec Albertine, un chemin nullement tracé par moi et qui s’arrêtait d’abord devant Elstir, passait par d’autres groupes d’invités à qui on me nommait, puis le long du buffet, où m’étaient offertes, et où je mangeais, des tartes aux fraises […].

Marcel Proust

À l’ombre des jeunes filles en fleurs

 

Le dîner fut plantureux : soupe aux petits pois nouveaux, rôti de veau à la crème, et des fraises à profusion au dessert.

Sigrid Unset

Le Printemps

 

De temps à autre, j’entends Al murmurer une allusion rêveuse et à demi cohérente à une journée au cours de laquelle, s’étant rendu dans un petit restaurant à Paris, il s’assit tout seul devant une coupe en argent glacée, remplie de fraises des bois, et les dégusta à la cuiller, enrobées de l’exquise effervescence d’une bouteille de champagne.

M. F. K. Fisher

 Le Fantôme de Brillat-Savarin

 

Elle lui cria : “ Regarde si les fraises ont rougi. Je les ferai demain à la crème fouettée pour les enfants et nous. ”

Catherine Paysan

Franck, cet invaincu

 

Par politesse et pour ne pas être de reste, elle agrémenta le déjeuner d’un gigot d’agneau, d’une ratatouille niçoise et d’une tarte aux fraises, le tout préparé la veille à cet effet.

Albert Cohen

Belle du Seigneur

framboise

 

Heureusement, elle était gourmande. Ma gourmandise à moi prenait une forme inédite. Je n’avais aucune faim pour la tarte, la glace à la framboise, mais souhaitais être tarte et glace dont elle approchât la bouche.

Raymond Radiguet

Le Diable au corps

 

— Qu’est-ce que tu fais de tout ce lait ?

— Je le bois, je fais des gâteaux, je fais de la crème pour manger avec les framboises.

Jean Giono

Le Poète de la famille,dans L’Eau vive

frangipane

 

Puis la vision s’envola & une odeur fine de bergamote & de frangipane, de moss roses & de chypre, de maréchale & de foin, qui traînait, ça & là, mettant comme une de ces touches sensuelles de Fragonard, un papillottage de rose dans ce concert de fadeurs exquises, jaillit, pimpante, énamourée, cheveux poudrés de neige, yeux caressants & lutins, grands falbalas couleur d’azur & de fleur de pêcher, puis s’effaça peu à peu & s’évanouit complétement.

Joris-Karl Huysmans

Similitudes

 

Des doigts fourrageaient les éclairs blessés et versant leur crème ; d’autres soupesaient de frêles frangipanes mal retenues par une croûte défaillante et flasque.

Joris-Karl Huysmans

Les Sœurs Vatard

 

“ Madame Laveur ! une bouteille de Nuits, du boudin aux pommes, une frangipane de quarante sous — j’en emporterai ! — et des confitures de la grand-mère, de celles-là, en haut, sur l’armoire, vous savez !… Messieurs, à votre santé ! ”

              J’ai bien traîné là une heure. J’ai trouvé le bourgogne si chaud, le boudin si gras, et la frangipane si sucrée !

Jules Vallès

L’Insurgé

 

Œufs en gelée, cornets, aspics et barquettes, ballotines, galantines, pâtés, chauds-froids, daubes, terrines, confits, tourtes, tartes, frangipanes : toutes ces dames avaient rempli avec zèle leurs devoirs sociaux.

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

 

Samuel avait des œufs durs et du sel dans un cornet de papier, des branches de céleri, des tranches de saumon et gâteaux à la frangipane.

Robert Sabatier

Les filles chantantes

Frascati

 

— la tarte, mes enfants ! — annonçait en arrière, dans le salon, la voix délicieuse de la tante Aurélie.

                  Le marmiton de Frascati retira de la corbeille ses gâteaux que disposèrent, sur la nappe, les laquais à la livrée brune des Praxi-Blassans.

Paul Adam

L’enfant d’Austerlitz

friand

 

Des gelées de coing accompagnaient des rubans de pâte d’amandes et des friands garnis de petites poires.

Orazio Bagnasco

Le banquet

friand, -e

 

Je n’ai jamais vu de bouche dévote plus friande, ni de doigts plus agiles pour puiser, sans se brûler, au fond des casseroles bouillantes, ni de gosier plus élastique pour avaler le sucre et le café de ses hôtes chéris à la dérobée, tout en fredonnant un cantique ou un boléro.

George Sand

Un hiver à Majorque

 

Le dessert vient plus tard se pavaner aux yeux réjouis des jolies femmes et des friands.

Horace Raison

Code gourmand, 1829, chapitre III,  Du service, art. 6 et 7.

 

Par contre, elle ne touchait pas à un bonbon et elle ne prenait jamais de dessert. C’était lui qui était friand de pâtisserie.

Georges Simenon

La Chambre bleue

friandise

 

Puis il [Télémaque] appela un serviteur qui offrit des plats de viande découpée, et l’intendante apporta un panier de pain et toutes sortes de friandises. Car Télémaque voulait que l’inconnue [Athéna] mange en paix avant l’arrivée des bruyants prétendants.

Homère

L’Odyssée

 

On immolait des victimes sur son passage ; on y répandait du safran, on y jetait des oiseaux, des rubans et des friandises

Suétone

Néron, XXV, 3

 

Le dîner se passa à l’ordinaire, et Monsieur y mangea extrêmement, comme il faisait à tous ses deux repas, sans parler du chocolat abondant du matin, et de tout ce qu’il avalait de fruits, de pâtisserie, de confitures et de toutes sortes de friandises toute la journée, dont les tables de ses cabinets et ses poches étaient toujours remplies.

Saint-Simon

Mémoires, III, 9

 

Il est incivil de demander soy-même de quelque chose qui est sur la table, particulièrement si c’est quelque friandise.

Antoine de Courtin

Nouveau Traité de la civilité…

 

Outre les produits indiqués, il y avait là une foule de friandises venues de l’étranger, et une grande quantité de pâtisseries de luxe, ainsi que des pains et des gâteaux savoureux employés seulement sur les tables de la haute noblesse. 

Walter Scott

Ivanhoé

 

La table fut couverte d’un vaste surtout en bonze doré […]. De hautes figures, douées par un célèbre artiste des formes convenues en Europe pour la beauté idéale, soutenaient et portaient […] toutes les surprises du luxe, les miracles du petit four, les délicatesses les plus friandes, les friandises les plus séductrices.

Honoré de Balzac

La Peau de chagrin

 

[…] le père supérieur veillait à ce que rien ne nous manquât, nous servait souvent de ses propres mains, et allait nous chercher, dans les armoires du couvent, les liqueurs, le chocolat, et toutes les petites friandises qui lui restaient du dernier vaisseau arrivé d’Espagne.

Alphonse de Lamartine

Souvenirs…

 

Les enfants étaient revenus chercher leur part de friandises, et ils ne quittèrent la place que lorsqu’on eut bu les santés du général, des mariés, de Mme  Blidot, avec un champagne exquis […].

Comtesse de Ségur

L’Auberge de l’Ange-Gardien

 

Pourquoi vas-tu chez l’épicier ? Je n’ai pas besoin de sucre d’orge, ni de friandises.

Comtesse de Ségur

La sœur de Gribouille

 

Sur la grande nappe blanche apparaissaient, l’un après l’autre, les plats sacramentels, à savoir : les escargots, que chacun avec un long clou neuf tirait de sa coquille ; la morue frite, la muge aux olives, le cardon, la carde, le céleri à la poivrade, suivis d’une ribambelle de friandises pour dessert, comme gâteaux à l’huile, raisins secs, et nougat, et pommes de paradis ; puis au-dessus de tout, le pain calendal […].

Frédéric Mistral

Les Annales Politiques et Littéraires, 5 janvier 1896

 

Quand Jacques arrivait, la chambre changeait d’aspect. Elle était toute gaieté, bruit, mouvement. On chantait, on riait, on se demandait des nouvelles de la journée. “ As-tu bien travaillé ? me disait Jacques, ton poème avance-t-il ? ” Puis il me racontait quelque nouvelle invention de son original marquis, tirait de sa poche des friandises du dessert mises de côté pour moi, et s’amusait à me les voir croquer à belles dents. Après quoi, je retournai à l’établi aux rimes.

Alphonse Daudet

Le Petit Chose

 

Le vieillard, qui paraissait tout rajeuni et avait l’air tout heureux, revint avec d’excellents gâteaux, des confitures délicieuses, des pommes, des noix et autres friandises […].

Hans Christian Andersen

Contes Merveilleux, « La vieille maison »

 

Ma grand-mère, qui était d’une friandise extrême, bien que très petite mangeuse, avait aussi des théories scientifiques sur la manière de faire une crème à la vanille et une omelette soufflée. 

George Sand

Histoire de ma vie

 

Imaginez-vous que ce vieux bougre de professeur était si gourmand, qu’il nous confisquait à toute minute les menues friandises recelées dans nos pupitres, pour les affecter à son propre usage.

Alphonse Allais

Souvenirs de jeunesse, « Faits divers »

 

[…] après dîner, alors que les convives allaient se séparer, un pas traînant se glissa dans sa chambre, et le vieux Jean-Michel se pencha sur son lit, l’embrassa avec émotion, en lui disant : “ Mon bon petit Christophe !.. ” Puis, comme s’il avait honte, il s’esquiva, sans rien dire de plus, après lui avoir glissé quelques friandises qu’il cachait dans sa poche.

Romain Rolland

Jean-Christophe, « L’Aube », 1904

 

Elle tend la main vers une boîte de friandises qu’elle me tend et que je repousse. Jacques fume sa pipe. Laurence se sert, détache le papier qui enveloppe un bonbon, porte celui-ci très lentement à sa bouche.

Anne Capelle

Un jeune homme en colère

 

La servante apportait une poularde dont les deux voyageurs vinrent facilement à bout, ainsi que des entremets, fromages et friandises qui suivirent.

Raymond Queneau

Les fleurs bleues

James Abbott McNeill WhistlerThe Village Sweet-Shop, 1887.

James Abbott McNeill Whistler,  Une note orange : Sweet-Shop, 1884……………… Blue and Orange : Sweet Shop, 1884.

James Abbott McNeill Whistler, Carlyle's Sweetstuff Shop, 1885-1889.

Les jardins des Champs-Élysées

 

Á travers la charpente des baraques ocreuses, pareilles à une ligne de bateaux sans voiles, que nous voyons encore aujourd’hui, telles quelles, écumait à contre-jour le mouvement continu des équipages dans la lumière. De temps en temps, un omnibus passait, avec son bruit du tonnerre de bois, comme un sabot parmi les chaussures fines. La baraque où nous nous rendions le plus souvent était tenue par la mère Guère, une femme en bonnet noir au visage douloureux, égale et patiente. La voisine passait pour être plus sociable, mais moins sûre. Presque toutes avaient ce bonnet noir, en hauteur, dont je cherche en vain à me rappeler la structure bizarre.

          On trouvait, dans ces baraques, du pain d’épices aux amandes collées sur les côtés, écartées comme les dents du bonheur, et dans les vitrines, la pipe en sucre, rouge comme quand on regarde ses doigts devant la lampe, les pâtes de guimauve, de jujube, de lichen, et ces tortillons de réglisse noire. La réglisse Florent (vieille marque) était un luxe, en boîte ronde, avec ses petits cubes gris, d’une matière de fond d’artichaut, qui avaient l’air damasquinés sur un côté. On nous permettait aussi les nonnettes Sigaut, parce que c’était “ une marque ”. Quelquefois, nous achetions une de ces grêles fioles de liqueur, avec leur tout petit bouchon, qu’on enfonçait généralement, sans qu’il fût possible de le retirer sans épingle, dans le goulot, qui se cassait ! Ces petites bouteilles en verre mousseline contenaient un produit sucré coloré en jaune ou en rouge. Il n’y avait rien de plus bête et de plus gai que ce sirop en miniature.

Léon-Paul Fargue

Banalité, in « Sous la lampe »

friponnerie

 

Aubijoux […] dit encore, ou bien c’est de Coulon qu’on le tient, que la présidente trouvoit moyen d’aller voir son père à Sainte-Geneviève-des Bois, à cinq lieues de Paris, sans que le mari y fût ; qu’Aubijoux averti s’y rendoit avec Coulon, qu’elle avoit mis bien avec une sœur à marier qu’elle avoit ; qu’ils y faisoient porter des hottées de friponneries […]. ”

Tallemant des Téaux

Historiettes, CCCXXI, Le président  et la présidente Tambonneau

fromage

 

Lorsque Ulysse a dit que rien n’est plus doux que la patrie*certainement il n’avait pas mangé chez Circé du gâteau au fromage.

Palladas

Anthologie grecque, Épigrammes descriptives, 395

* Odyssée, IX, 34. Palladas a vécu aux IVe-Ve siècles.

 

Hier, je soupais en compagnie, et les convives donnaient à l’envi sur une tourte au fromage. Je ne voulais pas être en arrière, et j’avalais à l’étourdie une assez forte bouchée de cette pâte glutineuse, qui, s’attachant aux parois inférieures du gosier, m’interceptait la respiration. Un peu plus, je suffoquais.

Apulée

L’Âne d’or ou les Métamorphoses

 

J’avais des gaufres, des oublies, des tartes au fromage, des flans, des pâtisseries frites au fromage et à la moelle de bœuf, des pommes d’épice, des dariolles, des crépines, des beignets, des rissoles.

Roman du comte d’Anjou

XIIIsiècle

 

On était à la semaine de Pâques, et les gâteaux au fromage de Mme Tulliver étaient plus délicatement légers qu’à l’ordinaire.

            — Une bouffée de vent les enlèverait comme des plumes, disait Kejia la domestique, se sentant fière de servir sous une maîtresse qui savait faire de telle pâtisserie.

George Eliot

Le Moulin sur la Floss

fruit

 

Qu’elle [la fermière] ait en fruits secs poires, sorbes, figues, raisins; des sorbes dans du vin cuit, des poires et des raisins dans des jarres et des “ pommes de moineaux ”, des grappes en pots et cruches sous terre, des noix de Préneste fraîches en cruches sous terre. Pommes “ scantiniennes ”  en jarres, et tous les fruits de garde, même sauvages, qu’elle soit diligente chaque année à les mettre en conserve.

Caton le Censeur

De agri cultura

 

Ensuite, Daire fait apporter les fruits pour le plaisir de la bouche : grenades, poires, figues, amandes, alises à foison et de la meilleure qualité, aussi des pêches et des châtaignes, car on trouve en abondance de tous les fruits dans cette ville. Ils en mangent avec joie, après quoi ils se mettent à boire du vin souvent.

Roman de Floire et Blancheflore, vers 1170

 

L’Écuyer. — Comme fruitsnouveaux, présentez-moi des pommes, des poires et des prunes.

Le Cuisinier. — Il reste après toutes ces bagatelles les avelines, les cerneaux et les noisettes.

Nicolas de la Chesnaye

La Condamnation de Banquet, fin du XVesiècle

 

Pour les pyramides du fruit, il faut faire hausser les portes. Nos pères ne prévoyoient pas ces sortes de machines, puisque même ils n’imaginoient pas qu’il fallût qu’une porte fût plus haute qu’eux. Une pyramide veut entrer (ces pyramides qui font qu’on est obligé de s’écrire d’un côté de la table à l’autre) : cette pyramide avec vingt porcelaines fut si parfaitement renversée à la porte que le bruit en fit taire les violons.

Madame de Sévigné

Lettre du 5 août 1671

 

[…] en même temps on m’apporta le dessert qui fut un plat de petits fruits, qui croissent dans les bois et les montagnes, qui ont le goût de raisin, avec lequel ils ont beaucoup de ressemblance, et deux ou trois sortes de fromages, dont ils font leur nourriture […].

A. Jouvin de Rochefort

Le voyageur d’Europe

 

Sancho Panza regardait avec de grands yeux toutes ces merveilles, et les contemplait, et s’en trouvait ravi. .La première chose qui le captiva, ce furent les marmites […] ; ensuite les outres lui touchèrent le cœur, puis enfin les gâteaux de fruits cuits à la poêle, si toutefois on peut appeler poêles d’aussi vastes chaudrons.

Miguel de Cervantès

L’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche

 

On offrit des rafraîchissements ; les fruits les plus rares, les plus exquis, furent servis dans des corbeilles élégantes et sur les plus riches plateaux. M. John faisait avec aisance les honneurs de la collation.

Adelbert de Chamisso

Merveilleuse histoire de Pierre Schlémihl

 

[…] au dessert la beauté des fruits amène naturellement l’éloge de la campagne, sur laquelle on se prépare à dire les plus jolies choses du monde, lorsque le maître de la maison, espèce de sénateur pococurante, déjoue toutes les prétentions, en apprenant à ses convives que ces fruits magnifiques ont été achetés à la halle, et qu’il n’a dans ses jardins que des arbres fruitiers à fleurs doubles.

Étienne de Jouy

L’hermite de la Chaussée-d’Antin

 

Ajoutez à cela un perdreau ou quelque poisson qu’on obtient naurellement de première main, un dessert de fruit premier choix, et vous conviendrez qu’on soupe fort bien à la Halle.

Gérard de Nerval

La Bohême galante

 

Les lames de vermeil pelaient délicatement les fruits, il y avait des grappes de raisin dorées, d’une admirable fraîcheur, et des sucreries, des gâteaux défilèrent, une infinité de friandises, où s’attardaient complaisamment les appétits repus.

Émile Zola

Paris

 

Quand ils m’eurent embrassé, grand’mère posa sur mes draps une boîte de fruits frappés et un livre ; papa me considère longuement. […]

         […] je vis accourir les grands-parents Prévix.

      — Qui t’a apporté ces fruits beaucoup trop froids ? demanda grand’mère courroucée, sitôt qu’elle aperçut la boîte.

          Quand j’eus nommé la donatrice elle murmura :

          — Parbleu la vieille toquée…

          Puis elle remit aussitôt les bonbons à miss.

           —     Vous les mangerez à l’office…

Léon Daudet

Le Partage de l’Enfant

 

Ces fruits étant déclarés “ bons pour la santé ”, on en mangeait à presque tous les repas : en tartes, en beignets, en charlottes, en compotes, en légumes. Mais le dimanche, on achetait à la pâtisserie du faubourg, près de chez Julien Damoy, de délicieux tom-pouce au marasquin à la surface glacée de sucre. Quel régal !

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

 

Non, ce n’est pas l’Auvergne. Ici, les fruits sont plus délicieux que partout ailleurs. Il y a des reines-claudes d’un sucré ! et des poires bons-chrétiens qui sont un délice, sans compter la passe-crassane et la beurré Hardy. quant aux guignes, aux pêches, aux framboises, aux cassis, aux…

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

 

Je songe, en avalant ma soupe et mon fruit [dessert], au repas plus solitaire encore que fait à cette heure mon pauvre prince, mon duc du Maine, la tendresse de mon cœur.

Françoise Chandernagor

L’Allée du Roi

[…]

Ainsi qu’aux yeux le dessert parle à l’âme ,

Comme avec art ces fruits sont variés !

Rien n’est si beau ; les yeux sont égayés

Par ces couleurs si vives et si fraîches,

De la cerise et des damas pourprés,

Des abricots, et des muscats ambrés.

[…]

M de M. Saint-Just

Épître d’un vrai Gourmand…*

 

* Épître d’un vrai Gourmand à son ami l’Abbé d’Herville, homme extrêmement sobre, et qui ne cessoit de lui prêcher l’abstinence. Cité par Grimod de La Reynière, Almanach des Gourmands, 1807.

fruitcake

 

Pour dessert [de Noël], on servait toujours de la crème au sherry ou une charlotte et des gâteaux aux fruits.

Carson Mc Cullers,

Mademoiselle, décembre 1949

fudge

 

G

 

 

Atelier de Georg Flegel (1566-1638), Stillleben mit Zinntellern, Steinkrug und Waffeln.

galette

 

Il faut souhaiter, alors, un ombrage sous un rocher et du vin de Biblos, une galette savoureuse et du lait de chèvres qui n’allaitent plus, de la viande d’une génisse nourrie dans les bois et qui n’a pas encore vêlé ou de chevreaux premiers-nés.

Hésiode

Les Travaux et les Jours

 

Leur régime était tel. Au dimanche, ils mangeaient boudins, andouilles, saucissons, […]. Au mardi, force pain bénit, fouaces, gâteaux, galettes biscuites.

François Rabelais

Le Cinquième Livre

 

Le souper fut soigné : un lapin sauté, un ragoût de légumes au lard, et la galette avec de la grosse crème.

Comtesse de Ségur

La fortune de Gaspard

— Allons, Nanon, dit Grandet en entendant la voix de sa fille, tiens. Il ouvrit la mette où était la farine, lui en donna une mesure, et ajouta quelques onces de beurre au morceau qu’il avait déjà coupé.

          — Il faudra du bois pour chauffer le four, dit l’implacable Nanon.

      Eh ! bien, tu en prendras à ta suffisance, répondit-il mélancoliquement, mais alors tu nous feras une tarte aux fruits, et tu nous cuiras au four tout le dîner ; par ainsi, tu n’allumeras pas deux feux.

            — Quien ! s’écria Nanon, vous n’avez pas besoin de me le dire.    Grandet jeta sur son fidèle ministre un coup d’œil presque paternel.       — Mademoiselle, cria la cuisinière, nous aurons une galette.

Honoré de Balzac

Eugénie Grandet

 

Le morceau de galette emporté n’était pas un indice douteux. Eugène ne pouvait s’empêcher d’en sourire, et en même temps d’être ému de pitié. — Cependant, pensait-il encore, elle a pris de la galette et non du pain, il se peut que ce soit par gourmandise. Qui sait ? c’est peut-être l’enfant d’une voisine à qui elle veut rapporter un gâteau, peut-être une portière bavarde, qui raconterait qu’elle a passé la nuit dehors, un Cerbère qu’il faut apaiser.

Alfred de Musset

Mimi Pinson Profil de Grisette

 

Au bout de quelques instants, elle en ressortait avec des galettes au miel et des dattes fraîches, qu’elle mit dans les mains de Michel et de François, et que ceux-ci dévorèrent à belles dents. 

Adolphe Badin

Jean Casteyras- Aventures de trois enfants en Algérie

 

 

[…] j’eus peine à reconnaître la chose fondante et savoureuse que j’avais eue l’autre jour auprès de moi à l’heure du goûter, sur la terrasse de Balbec, dans la galette normande que je voyais, dure comme un galet, où les fidèles eussent en vain essayé de mettre la dent.

Marcel Proust

Sodome et Gomorrhe

 

Pour déjeuner, dans la rue de Duras, en face de l’Élysée, […] veau orloff parfumé, accompagné d’un joyeux pichet et suivi de la baveuse galette normande laissant échapper sa crème et sa confiture. Voilà des joies qui n’étaient pas décevantes et dont on pouvait jouir sans peur !

René Héron de Villefosse

Histoire et Géographie Gourmandes de Paris

 

Des galettes, faites d’amandes pilées et délayées avec de l’eau, puis additionnées d’œufs et de sucre et cuites dans le beurre furent aussi présentées chaudes, parfumées encore une fois au jus de bigarade.

Orazio Bagnasco

Le Banquet

Ayant aperçu dans un de ces bouges un Turc accroupi sur son établi au milieu de trois à quatre mètres carrés de galette assez semblable à celle qui a fait, à Paris, la fortune du fameux marchand du Gymnase, je m’approchai en gesticulant. Le pâtissier musulman comprit ma pantomime, et découpa dans son gâteau un triangle équilatéral dans lequel je mordis bravement en continuant ma route.

Alexis de Valon

Revue des Deux Mondes, 15 octobre 1845

 

Moi, je faisais mon droit à Paris, avec soixante-quinze francs par mois pour tout potage,  tirant le diable par la queue, ne mangeant pas tous les jours, mais croyant à l’ avenir, ce pâtissier fantastique qui vous fait sauter par-dessus le présent, en vous montrant des galettes qui vous cassent les dents quand on les mange.

Alexandre Dumas fils

Le fils naturel

 

Saint Michel le fit asseoir à une table magnifique. On servit d’abord un vol-au-vent plein de crêtes et de rognons de coq, avec des boulettes de chair à saucisse, puis deux gros surmulets à la crème, puis une dinde blanche pleine de marrons confits dans du vin, puis un gigot de pré-salé, tendre comme du gâteau; puis des légumes qui fondaient dans la bouche et de la bonne galette chaude, qui fumait en répandant un parfum de beurre.

Guy de Maupassant

La légende du mont Saint-Michel

Une boutique à la mode à Paris, vers 1840

 

Un très modeste pâtissier vint s’établir sur le boulevard Saint-Denis; sa très modeste boutique n’aurait pas pu contenir trois personnes, aussi n’entrait-on pas : on se tenait dehors, et quelquefois on faisait queue pour acheter de la galette, car c’est presque l’unique pâtisserie dont il faisait le débit, mais il en vendait depuis le matin jusqu’à minuit et quelquefois plus tard encore. Une galette n’avait pas le temps de paraître, et le pâtissier n’avait qu’à couper. Cric, crac, de tous côtés on tendait la main pour recevoir une part de deux sous ou d’un sou… et la galette qui venait d’être détaillée était remplacée aussitôt par une autre, car dès qu’il n’y en avait plus il y en avait encore et le pâtissier recommençait à couper. Il ne faisait pas autre chose depuis que sa boutique était ouverte jusqu’au moment où il la fermait, aussi lui avait-on donné le sobriquet de Coupe-Toujours.

Paul de Kock,

cité par Paul Sébillot,

Légendes et Curiosités des métiers, 1894-1895.

Les Galettes du Diable

 

À Basses, au centre du village

Le diable, tout à son ouvrage,

Dans sa poêle faisait chauffer

Des galettes qu'il avait volées

Au curé de la paroisse,

Espérant manger de bonnes fouaces.

Lorsque, soudain, il fut surpris

Par Radegonde qui, devant lui,

Passait pour se rendre à Villiers

Dans son domaine de l'été.

À la vue de cette sainte femme,

Il panique et il s'alarme,

Et, dans une ultime colère,

Il donne un grand coup de pied en l'air,

Les galettes sont toutes dispersées

À plusieurs lieues et pétrifiées,

Pour se transformer en dolmens

De Vaon, Bernazay, Roche-Vernaize.

Fernande Germain,

d’après Louis Charbonneau-Lassay

gâteau

 

Je suis un homme de rien, si je me laisse attirer par l’odeur d’un gâteau fumant ; mais toi, as-tu la force, le courage de résister à un bon repas ?

Horace

Satires, II, VII

 

J’aime un dîner frugal que la joie assaisonne :

Tout repas est festin, quand l’amitié le sert.

La treille et le verger fournissent le dessert ;

Pour régal aux bons jours la fermière voisine

Apporte en un gâteau la fleur de sa farine.

Horace

Épode, II

 

Toutes sortes de tartes de confiture et gasteaux, après avoir esté coupez sur le plat ou sur le bassin où on les a servis, se prennent avec le plat du couteau, et se présentent sur une assiette.

Antoine de Courtin

Nouveau Traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnestes gens

 

Néanmoins la plupart des provisions qu’il avait apportées, comme les fruits secs et les différentes sortes de gâteaux et de confitures, ne convenaient proprement qu’à des gens qui voulaient boire et se réjouir.

Les Mille et une nuits

 

Nous avons des gâteaux faits simplement avec du lait et du miel ; d’autres où l’on joint au miel la farine de sésame, et le fromage ou l’huile. Nous en avons enfin dans lesquels on renferme des fruits de différentes espèces.

Abbé Barthélemy

Voyage du jeune Anacharsis en Grèce

 

Tel est le changement des scènes de la vie : chaque âge a ses ressorts qui le font mouvoir ; mais l’homme est toujours le même. A dix ans, il est mené par des gâteaux, à vingt par une maîtresse, à trente par les plaisirs, à quarante par l’ambition, à cinquante par l’avarice : quand ne court-il qu’après la sagesse ?

Jean-Jacques Rousseau

Émile ou De l’éducation

 

[…] il y avait là une foule de friandises venues de l’étranger, et une grande quantité de pâtisseries de luxe, ainsi que des pains et des gâteaux savoureux employés seulement sur les tables de la haute noblesse.

Walter Scott

Ivanhoé

 

— Oui, répondis-je. Et miss Estelle, sa nièce, je pense, lui tendait des gâteaux et du vin par la portière, sur un plateau d’or, et nous eûmes tous du vin et des gâteaux sur des plats d’or, et je suis monté sur le siège de derrière pour manger ma part, parce qu’elle me l’avait dit.

Charles Dickens

Les Grandes Espérances

Jean d'Ylen, 1924.

Le premier jour, quand on lui offrit des gâteaux, il leva les épaules dédaigneusement, en disant que cela convenait aux femmes ; et il ne parut guère plus gracieux les fois suivantes.

Gustave Flaubert

L’Éducation sentimentale

 

Elle installa son plateau entre nous deux, sur le divan, et prenant avec ses longs doigts minces une petite boulette poudrée, elle me la mit dans la bouche en murmurant:

           — C’est bon, mange.

         Je croquai, le léger gâteau qui était excellent en effet, et je lui demandai:

           — C’est toi qui as fait ça ?

Guy de Maupassant

Allouma, « La Main Gauche »

 

Je mangeais mes gâteaux à la face du monde en racontant mon histoire.

          Et les gâteaux disparaissaient l’un après l’autre ; j’avais beau en avaler, rien ne suffisait, je n’arrivais pas à trouver le fond de ma faim.

Knut Hamsun

La Faim

Mandoni, 23 x 33 cm.

Petite ville. Les filles du marchand de fer ne veulent pas frayer avec la fille de la marchande de gâteaux. Le fer est plus noble que la pâtisserie, et jamais on ne les voit au magasin, elles !

Jules Renard

Journal

 

— Je prépare des gâteaux, annonça gravement Roxane. Votre femme sait-elle les faire ? C’est la cuisinière qui m’explique. Je trouve que toutes les femmes devraient savoir faire des gâteaux. C’est une idée si désarmante : on ne soupçonnera jamais une femme qui sait faire des gâteaux, de…

F. Scott Fitzgerald

La lie du bonheur

 

L’oncle Jules rapportait du Roussillon des raisins à l’eau-de-vie, des gâteaux mielleux qui collaient aux dents, un foie d’oie comme un cœur de veau, de la fine d’avant le déluge […].

Marcel Pagnol

Le temps des secrets

 

Nous déjeunions ensemble et quoi qu’elle ne fût pas bien riche, elle m’offrait des gâteaux dans une boulangerie ou un bon café au bar Poccardi.

Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

 

Ce matin-là on l’enferma dans sa chambre. Il entendit des murmures dans toute la maison et le déjeuner qu’on lui servit fut trop succulent pour un jour de semaine. Il y avait six gâteauxde la confiserie de la Alameda — alors qu’on n’en pouvait manger que deux, le dimanche après la messe.

Alejo Carpentier

Retour aux sources

Carte illustrée par Douglas Tempest.

Alors j’eus recours à des ruses pour me convaincre que je n’accomplissais point ces actes inconscients. Je plaçai un soir, à côté de la carafe, une bouteille de vieux bordeaux, une tasse de lait dont j’ai horreur, et des gâteaux au chocolat que j’adore.

Guy de Maupassant

La Horla

 

La mémé disposa les victuailles sur son tablier étalé. Ils attaquèrent les sardines, le pâté gras que suivirent une tarte aux blettes, des tomates vertes et du gâteau de riz au chocolat enduit de caramel.

Robert Sabatier

Les noisettes sauvages

 

Et à la fin du dîner, le roi s’étant rempli de saumon fumé, […] le pape lui caresse paternellement la joue, lui demande s’il n’aimerait pas encore un peu de saumon ou de ce gâteau au chocolat tellement crémeux […].

Albert Cohen

Belle du Seigneur

 

Maman m’a donné un verre d’eau et je l’ai bu en regardant les gâteaux qui étaient sur la glacière.

      — Tu aimes les gâteaux, mon chou ? a demandé Mme Laflamme.

            — Oh oui, madame, j’ai dit, surtout le gros, là, avec le chocolat et la crème.

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas, « Les invités », 2006

Jacqes Faizant, 1950, 30 x 41 cm.

Le petit roi des montagnes

 

Le petit roi des montagnes

Était un bon conquérant.

Il a fait faire une armée

De quatre-vingts paysans

 

Et rataplan,

Guerre, guerre, guerre!

Et rataplan,

Guerre au vent!

 

Et pour aller en campagne,

Quatre canons de fer blanc,

Il les fit charger de raves

Pour nourrir son régiment

 

Et rataplan,

Guerre, guerre, guerre!

Et rataplan,

Guerre au vent!

 

Et suivi de demoiselles

Pour l'y servir d'officiers

Il en fit de belles, de belles

Qu'il voulait toujours marcher

Et rataplan,

Guerre, guerre, guerre!

Et rataplan,

Guerre au vent!

 

En les menant dans sa tente,

Pleine de gâteaux friands

Ils en mangèrent chacun trente

Pas un de moins tout autant

 

Et rataplan,

Guerre, guerre, guerre!

Et rataplan,

Guerre au vent!

 

Et la guerre fut terminée,

Et revint tout glorieux

Et n'ayant battu personne

Tout le monde était joyeux

 

Et rataplan,

Guerre, guerre, guerre!

Et rataplan,

Guerre au vent !

Frontispice, Le Patissier National et Universel, M. Belon,

Paris, Imprimerie de M. Huzard, 1836.

Caricature, Louis-Philippe Ier, Mr Montaugibet, en pâtissier-gâte-sauce,  gravure, Chez Aubert.

gaufre

 

Ne te fie à personne les serments sont de paille, les promesses des gaufres [wafer-cakes] ; et “Un tien ”, ma cane, est le seul chien fidèle.

Shakespeare

Henry V

 

Nous reçûmes des gants, du vin, des gaufres : tout était parfait, et parlâmes et devisâmes […].

Samuel Pepys

Journal, 5 mai 1667

 

Le lord feudataire de Lyston, en Essex, vendiqua le droit de faire des gaufres pour le roi & pour la reine, & de leur servir à table ; d’avoir tous les instrumens d’argent & d’autres métaux qui servoient à cet usage, avec le linge, & des livrées pour lui & pour deux valets. Accordé ; mais le service se fit, avec son agrément, par les officiers du roi, & les profits furent évalués à 30 livres sterlings. 

Encyclopédie

art. « vendications»

Tout en mangeant des gaufres et en buvant du porter il y a quelques jours au Palais-Royal, nous causions de plusieurs usages que les gens du monde ne connaissent guère que de nom, et desquels il serait pourtant bon qu’ils eussent une idée plus positive.

Étienne de Jouy

L’hermite de la Chaussée-d’Antin

… Le café Valois était le seul qu’on y [jardin du Palais-Royal] voyait : la boutique du marchand de gaufres fut une des premières qui s’y ouvrirent.

Ant. Caillot

Mémoires pour servir à l’histoire des mœurs et usages des Français

 

Mais aux fortifications, son plaisir revenait. […] Ils descendaient, passaient la porte, longeaient les débits de saucisson de Lorraine, les marchands de gaufres, les cabarets en planches, les tonnelles sans verdure et au bois encore blanc où un pêle-mêle d’hommes, de femmes, d’enfants, mangeaient des pommes de terre frites, des moules et des crevettes, et ils arrivaient au premier champ, à la première herbe vivante : sur le bord de l’herbe, il y avait une voiture à bras chargée de pain d’épice et de pastilles de menthe, et une marchande de coco vendait à boire sur une table dans le sillon…

Edmond et Jules de Goncourt

Germinie Lacerteux

 

Théarion brilla dans les pâtes sur-tout :

Sous ces doigts délicats les farines pétries

Sortirent en beignets, en gauffres, en oublies.

Des Cappadociens il apprit le secret

De faire des gâteaux aussi blancs que le lait,

D’y mêler avec art le miel du mont Hymète

[…].

Joseph Berchoux

La Gastronomie ou l’homme des champs à table

On venait d’allumer les lampions. […] Les faïences dorées, les bonbons fraîchement peints, le clinquant des étalages, miroitaient à la lumière crue des quinquets.

            Il y avait dans l’air une odeur de poussière, de pain d’épices et de gaufres à la graisse. Les orgues chantaient […].

Émile Zola

Contes à Ninon

 

Et ce n’est pas sans une certaine mélancolie que j’écris maintenant ces dernières lignes sur le Luxembourg ; car moi aussi j’y ai galopiné pendant mon enfance. J’y ai livré mainte bataille aux garçons de mon âge qui, aussi mal surveillés que moi par leurs bonnes, s’acharnaient à sucer un cigare pas allumé et tentaient de briser les fleurs des plates-bandes. J’y ai dépensé en achat de sucre d’orge à l’absinthe et à la menthe, de gaufres quadrillées et givrées de poussière, les sous donnés par ma famille, récompensant quelques bons points que j’avais gagnés, sans le vouloir. J’y ai enfin déchiré mainte culotte, allumé par amusement maint cordon de soulier, reçu en échange bon nombre de calottes.

Joris-Karl Huysmans

À travers le jardin du Luxembourg, dans Les Chefs-d’œuvre d’art au Luxembourg

 

Buguet offrit à boire de son eau aux crocheteurs qui le suivaient. Ils toussèrent. Cela fit rire Martine.

        Une petite fille vendait des pots dans une hotte, clamant:

        — De la belle faïence !

         La soubrette insinua :

         — Pour commencer notre ménage.

         — Sotte ! Mais voici chose meilleure !

        Il présenta à sa femme des gaufres à l’étal d’un pâtissier.

        Quand elle se fut régalée, les Buguet reprirent leur route.

Eugène Demolder

Le jardinier de la Pompadour

 

Le soir, quand il faisait chaud, nos parents sortaient ensemble. On se traînait, les uns les autres, vers les Champs-Élysées, comme des paniers noirs. Et c’était tout de suite le Café des Gaufres, tout illuminé d’orgie, avec ses machines à faire les gaufres et leurs poignées tournantes qui m’intriguaient tant. Et cette odeur de gâteaux chauds !

Léon-Paul Fargue

Banalité

 

Je me rappelle, puisque je bavarde, une belle petite fille incrédule, aux Champs-Élysées. Elle méprisait les guignols, les carrousels, les anneaux qu’on décroche, les chèvres, les gaufres, la baraque des sucres d’orge et la carafe de coco.

Jean Cocteau

Portraits-souvenir

 

  […] Vous connaissez les marchands de gaufres de la rue de la Lune.

               On y cuisait des gaufres presque en plein vent, dans des boutiques sans devanture, comme à la foire, et, dès le coin de la rue, on pouvait en sentir l’odeur sucrée.

[…]

           Les gaufres étaient énormes. La réclame affirmait que c’étaient les plus grosses de Paris […].

Georges Simenon

Maigret et l’homme du banc

Torez, 119 x 79 cm.

Léon Dupin, imp. Joseph Charles, Paris, 1933, 102 x 140 cm.

Du pavillon venait une odeur de gaufres et de vanille. Le théâtre Guignol jetait ses rires et ses cris par saccades.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

 

Odeur d’huile et de sucre des marchands de gaufres et de beignets hollandais. Événement mondiaux ou crimes réduits au cri gouailleur du marchand de journaux pénètrent dans les cafés. Ombre fraîche du marronnier.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

 

Contre le mur, proche de la cheminée, on avait poussé une table sur laquelle un pâtissier roulait une pâte à tarte. Accrochés sur des planches de chêne ciré, au-dessus d’elle, hachoirs, râpes, grills, écumoires, poêles, cuillers à pot, moules à gaufres, fourchettes à deux doigts, tamis et passoires, s’alignaient dans un ordre qui témoignait des vertus ménagères des servantes.

Jeanne Bourin

La chambre des dames

gaufrette

 

En cuisine savante, on confectionne des paniers de gaufres de l’aspect le plus charmant. Ces gaufrettes mignonnes sont enjolivées de petites roses en sucre, entremêlées de feuilles vertes en pâte d’amandes. On dresse cette délicate et gracieuse pâtisserie dans un panier coquet, paré d’une fine serviette.

Fulbert Dumonteil

La France Gourmande

Vers 1960, 79 x 58 cm.

Il fait beau. Il fait toujours beau, même quand il fait mauvais, en Californie. La vanille des ice-creams s’amuse à faire de la peinture abstraite dans le cartonnage sans goût des gaufrettes.

François Chalais

Les chocolats de l’entracte

 

[…] Marguerite ouvrait la mallette du goûter : des tranches de pain d’épices recouvertes de beurre noisette, des tartines de confiture, des fruits, et le serviteur noir apportait de la limonade, parfois des glaces entre deux gaufrettes qu’on léchait sur les côtés.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

 

Près de la villa, beaucoup de personnes dans des fauteuils de jardin. Une dame habillée de blanc s’approchait, offrait à Olivier une gaufrette à la framboise avec une maxime en relief qu’elle lui expliquait.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

             Livrets publicitaires, vers 1890…………………………………………………………………………………vers 1900.

gaufrier

 

En ce lieu, on voit des tablettes

Toutes couvertes d’allumettes,

[…]

Des bouteilles par cent rangées,

Que l’on a farcies de dragées

Pour estrenner petits et grands,

Et surtout les petits enfants.

 

Là, le marchand qui songe au lucre,

Vend des petits hommes en sucre,

Des charrettes et des chevaux

Qui ne souffrent pas grands travaux.

Icy, ce sont les gauffriers,

Avecques leurs petits foyers,

[…].

François Colletet

Les Tracas de Paris, chap. les Estrennes

 

Auguste emmena Désirée au gaufrier modèle, et là, enfoncés dans de larges banquettes, ils eurent pour dix sous deux verres de bière et deux gaufres, mais la petite voulut retourner chez elle ; elle étouffait dans cette salle qui joignait à la senteur fumeuse des estaminets l’odeur friturée de la pâte roussie.

Joris-Karl. Huysmans

Les Sœurs Vatard

 

Elle revint portant un gaufrier de verre à couvercle d’argent pour lui offrir un gâteau sec couronné d’une cerise confite.

Robert Sabatier

Les fillettes chantantes

gelée

 

Une fois, à Saint-Germain, il voulut voir l’état de sa maison pour la bouche. Il retrancha un potage au lait à la générale Coquet, qui en mangeoit un tous les matins. Il est vrai qu’elle étoit assez truie sans cela.

            Il trouva sur le compte des biscuits que l’on avoit donnés à M. de La Vrillière. Dans ce même moment, M. de La Vrillière entra. Il lui dit brusquement : “ À ce que je vois, La Vrillière, vous aimez fort les biscuits. ” En revanche, il parut bien libéral quand, en lisant : Un pot de gelée pour un tel, qui étoit malade, il dit : “ Je voudrois qu’il m’en eût coûté six, et qu’il ne fût pas mort. ”

Tallemant des Réaux

Historiettes

 

On considère comme très salutaires les effets des fruits à l’eau-de-vie, des différentes espèces de syrops et des semences sucrées. Maintes personnes qui ont une aversion décidée pour tous les médicaments ordinaires, les prennent avec plaisir des mains du confiseur, qui sait les déguiser sous une forme et un goût agréables. Combien de malades ont été soulagés par une bonne gelée !

Mme Utrecht-Friedel

l’Art du Confiseur…

 

Et elle dormait toujours en un sommeil aux paupières d’azur,

Dans le linge pâle et lisse et fleurant la lavande,

Tandis que, hors du cabinet, il apporte un monceau

De pommes candies, de coings, de prunes, de calebasses,

Et des gelées plus douces que le caillé crémeux,

Des sirops lumineux au parfum de cannelle,

De la manne, et des dattes que les caraques

Ont apportées de Fez, et des friandises épicées qui, toutes,

Sont parties de la soyeuse Samarcande ou du Liban prodigue en cèdres.

John Keats

The Eve of St. Agnes, « La vigile de la Sainte-Agnès »*

 

* La description du festin préparé pour Madeline s’inspire du repas que l’Archange prépare pour Ève dans le Paradis Perdu (v. 341-347) de Milton.

 

Un négociant chinois, établi à Sincapoura, donna, il y a quelque tems, aux négocians des factoreries européennes dans cette île, et aux officiers militaires qui s’y trouvaient, un festin dans le goût chinois. […]

        Au dessert, même recherche qu’aux services précédens. On y remarquait des gelées, dont la peau du rhinocéros avait fourni l’élément ; on ne les trouva pas d’un goût fort délicat. Les fruits avaient été apportés exprès de Malacca, et les vins, qui étaient d’espèces très-variées, venaient principalement d’Europe.

Article paru en 1825, dans la Revue Britannique

 

En été ce sont les fruits qui vont se candir, cristalliser, se transformer en gelées transparentes dans la rue des Lombards.

Andréas

« La rue des Lombards »

Prisme - Encyclopédie Morale du dix-neuvième siècle

 

[…] ça et là, des pâtissiers étalaient à leurs vitrines des multitudes de gâteaux, les uns en forme de dôme, les autres aplatis et coiffés d’une gelée rosâtre et tremblotante, ceux-ci striés de rayures brunes, ceux-là éventrés et montrant des chairs épaisses d’un jaune soufre.

Joris-Karl Huysmans

Le Drageoir à épices

 

Le mercredi, le jour avant l’arrivée des oncles et des tantes, il y eut dans la maison de tels parfums variés et révélateurs de gâteaux au four et de gelées chaudes mêlés à l’arôme des jus de viande, qu’il était impossible de s’attrister complètement.

George Eliot

Le Moulin sur la Floss

 

Elle […] n’était pas beaucoup plus capable — ou désireuse — de dévoiler le mystère qui faisait la supériorité de ses gelées ou de ses crèmes, qu’une grande élégante pour ses toilettes, ou une grande cantatrice pour son chant.

Marcel Proust

À l’ombre des jeunes filles en fleurs

 

Je pousse les biscottes de son côté, ainsi que la gelée de groseille, production domestique, mais qui tremble dans un pot triangulaire de Materne, encore étiqueté “ Marmelade d’oranges ”.

Hervé Bazin

Le Matrimoine

 

Il expliqua que, ce soir, il pouvait servir un filet de bœuf piqué garni de riz à la russe et une gelée de kirsch avec des biscuits.

Hervé Bazin

Le Moscovite

Gênes (pain de)

 

Mais on aura faim tout à l’heure. Les filles vont aller à la pâtisserie. Camille et Berthe, allez chercher des brioches et du pain de Gênes. Apportez en même temps une bouteille de vermouth pour Paul.

Georges Simenon

Oncle Charles s’est enfermé

génoise

 

Mlle Devoidy s’en fut chercher, dans la cuisine, deux génoises glacées de sucre rose, sur une assiette décorée d’une grenade en flammes.

Colette

Gigi

 

Aux mariages, on aimait déguster les énormes gâteaux appelés facétieusement “ tourments d’amour ”, tendres génoises fourrées et recouvertes de pulpe de coco fluide et glacée.

Ina Césaire, Maman Flore, 1992

dans Nourritures d’enfance, Série Mutations n° 129, Autrement.

gimblette

 

V’la la p’tit’ marchand’ de plaisir

Qu’est-ce qui veut avoir du plaisir ?

Venez garçons, venez fillettes :

J’ai des croquets, j’ai des gimblettes

Et des bonbons à choisir.

V’la la p’tit’ marchand’ de plaisir

Du plaisir, du plaisir ! 

Favart

La Matinée des Boulevards

 

Les bouteilles se succédaient, d’abord seules, puis accompagnées de poisson cru mariné au citron, de sole cuite à la fumée et de gimblettes, pour finir à nouveau par de la bière.

Mario Vargas Llosa,

La tante Julia et le scribouillard

gingembre

 

Après le repas, tous deux passèrent la veillée à causer, tandis que les valets dressent les lits et apprêtent le fruit pour le coucher : dattes, figues et noix muscades, girofle et grenades, électuaire pour la fin, et encore pâte au gingembre d’Alexandrie, gelée aux aromates.

Chrétien de Troyes

Perceval le Gallois

 

Là nous fit apporter myrobolans et gingembre vert confit, force hypocras et vin délicieux […].

François Rabelais

Le Cinquième Livre

 

Ils gavèrent le prince de chocolat fourré au gingembre, comblèrent Albertina d’oranges et de parfums, s’offrirent à eux-mêmes de nombreuses bouteilles de whisky […].

Antoine Blondin

Les enfants du Bon Dieu

Ce que nous appelons nos soirées poétiques, assez pompeusement, comporte une partie matérielle importante. Il nous faut des biscuits à l’orange et du pain d’épice, des biscuits au gingembre et des bonbons acidulés, ou encore ces biscuits américains “ en forme de doigts ” enrobés de chocolat […].

Françoise Mallet-Joris

La maison de papier

ginger bread

 

George Snr Scharf, Biscuit and Gingerbread stalls at Charing Cross, 1820-1830

glace

 

Dans la maison de l’abbé Bettoni, nous trouvâmes des glaces au citron, au chocolat, au café, et des fromages à la crème dont rien ne pouvait être imaginé de plus délicat. Naples excelle dans ce genre, et l’abbé Bettoni était bien servi.

Casanova

Histoire de ma vie, XI, 10

 

Lorsque, par hasard, un touriste de la rive droite, égaré vers le Mont-Parnasse, à la recherche de la vérité, fait rencontre d’une grisette, si d’aventure il lui offre une glace pour se rafraîchir, la grisette éblouie cherchera dans sa mémoire quelques lambeaux de mélodrame pour répondre au galant étranger. […] Si la glace entraîne la principauté, le sorbet vaut un marquisat. On mesure la noblesse au prix de la consommation […].

Amédée Achard

Les bals d’été, dans Prisme - Encyclopédie Morale du dix-neuvième siècle

 

Birotteau s’était entendu avec le café de Foy pour les glaces frappées aux fruits, servies sur de jolies tasses, cuillers en vermeil, plateaux d’argent.

Honoré de Balzac

César Birotteau

 

Àla fin du dîner, après les glaces de diverses espèces, les ananas, les fruits de toutes saisons, les bonbons et autres friandises, Elfy proposa de boire à la santé de l’artiste auteur du dîner merveilleux dont on venait de se régaler.

Comtesse de Ségur

L’auberge de l’ange gardien

 

Sylvain. — Oui... faut pas dire de bêtises aux dames.

Cocarel. — Autre chose ! on passera des glaces... des bonbons assortis... vous n’y toucherez pas.

Sylvain, étonné. — Ah !

Cocarel. — Vous n’avez droit qu’à une brioche et à une tasse de thé.

Eugène Labiche

La Cagnotte*

* Comédie-Vaudeville en cinq actes par Eugène Labiche et Alfred Delacour, représentée pour la première fois au Théâtre du Palais-Royal, le 22 février 1864.

Il Sorbettiere Ambulante, Naples, eau-forte,  1853.

Georges aurait voulu sortir de table, mais on allait servir des glaces aux fraises et puis des cerises, qu’il ne voulait pas laisser échapper. Il se tut donc et ne souffla plus un mot.

Comtesse de Ségur

Après la pluie, le beau temps

 

Marius, qui était sorti de la rue Plumet par le boulevard, traversa l’esplanade et le pont des Invalides, les Champs-Élysées, la place Louis XV, et gagna la rue de Rivoli. Les magasins y étaient ouverts, le gaz y brûlait sous les arcades, les femmes achetaient dans les boutiques, on prenait des glaces au café Laiter, on mangeait des petits gâteaux à la pâtisserie anglaise. Seulement quelques chaises de poste partaient au galop de l’hôtel des Princes et de l’hôtel Meurice.

Victor Hugo

Les Misérables

 

Lorsque, après les légumes, des haricots verts trempés d’eau, Adèle servit une glace à la vanille et à la groseille, ce fut une joie inespérée autour de la table […].

Émile Zola

Pot-bouille

 

Dernièrement, nous étions ensemble dans la même soirée ; je vais au buffet et je vois “ mon protecteur ” très occupé à servir une foule d’habits noirs qui demandaient tout à la fois : chocolat, punch, glaces etc., etc.

Félix Galipaux

Galipettes

 

C’était le jour où les Verdurin recevaient, et depuis que Swann leur avait appris que c’était la meilleure maison, c’était chez Rebattet qu’ils commandaient glaces et petits fours. “

Marcel Proust

La Prisonnière

 

— Ce chef est une cuisinière, prince. Je l’ai enlevée à prix d’or à Levraud, le député socialiste. Tenez, goûtez-moi ce chaud-froid de glace au cacao, et j’attire votre attention sur les gâteaux secs qui l’accompagnent. Une invention de génie, ces gâteaux.

Maurice Leblanc

813

 

“ […] ensuite, maman m’a emmenée au restaurant où elle m’a fait manger une glace rose. Je crois, d’ailleurs, que c’était la première fois que j’en mangeais. Tu ne sais pas, Torkild, quand je pense à ce jour-là, jamais je n’ai eu aussi fort le sentiment merveilleux d’exister… ”

Sigrid Unset

Le Printemps

 

Cette phase de l’après-midi toucha à sa fin avec l’arrivée des rafraîchissements : un grand gâteau avec deux bougies et des soucoupes pleines de glace à la vanille.

Francis Scott Fitzgerald

Un goûter d’enfants

 

C’était un brillant paradis de sucreries bon marché. […] Dedans, entre des murs piquetés de mouches, une rangée de garçons était attablée devant de lourdes nourritures du genre bananes à la crème, gâteaux ausirop d’érable ou gâteaux au chocolat recouverts de glace.

Francis Scott Fitzgerald

Le Nouveau

 

Dans toutes les rues qu’on traversait la foule s’agitait, surtout des gens en short, des hommes au torse nu, des enfants en maillot de bain de couleur, partout on mangeait, on suçait des glaces, des voitures klaxonnaient […].

Georges Simenon

Feux rouges

 

Elle m’a proposé d’aller manger une glace et j’ai pas dit non. Je lui plaisais aussi et quand je lui ai pris la main pour qu’on marche plus vite, elle a souri. J’ai pris une glace au chocolat fraise pistache mais après j’ai regretté, j’aurais dû prendre une de vanille.

Émile Ajar

La vie devant soi

 

Le jour de ton anniversaire, tu venais à Villa Ramiro et nous avions de la glace au dessert. Tu prenais une glace à la fraise, Elisa au chocolat, tante Clara et grand-père à la pistache et grand-mère à la vanille. Moi, je prenais, aussi, une glace à la fraise.

Fernando Arrabal

Baal Babylone

À l’entrée des Buttes, le marchand de glaces, penché sur son triporteur, préparait des merveilles colorées, emprisonnant entre deux gaufres des parallélépipèdes de pistache, de fraise, de café, de noisette ou de chocolat.

Robert Sabatier

Trois sucettes à la menthe

 

La glace ; bravo ; goûtons ; lentement ; cela se déguste ; cette fraîcheur ; le parfum de café ; sur la langue et le palais, la fraîcheur parfumée ; on ne peut guère avoir ces choses-là chez soi. Comme il doit être las, le bonhomme qui menait son fils voir manger des glaces chez Tortoni. Tortoni ; je n’y ai jamais mis les pieds ; n’être jamais entré chez Tortoni ; ça vous manque… sur l’air de la Dame Blanche ; çà vous manque, ça vous manque. Cette glace est finie ; tant pis.

Édouard Dujardin

Les lauriers sont coupés

 

 

Elle sourit subitement à la petite voiture blanche et rose d’un marchand de glaces et proposa — offre dont elle était peu coutumière car nous n’étions pas riches :

          — Enfants, voulez-vous un cornet ?

Catherine Paysan

Nous autres, les Sanchez

 

Sur les murs on avait dessiné, comme à la fresque, une carte d’Italie gastronomique et touristique, de couleurs tendres comme celles des glaces à la vanille, à la framboise, à la pistache ; cela fit penser à O qu’elle demanderait une glace à la fin du dîner, avec des pralines pilées et de la crème fraîche.

Pauline Réage

Histoire d’O

 

“ Madame a une vraie compassion pour la glace au « Grand Marinier ». Quand il y a assez de monde au déjeuner je ne fais qu’un gros plat : du gigot aux fleurs gelées (flageolets).[…] ”

Jean Orieux

Souvenirs de campagnes

 

Les deux marchandes de glaces, agitées par un pressentiment — allait-il pleuvoir ? —avaient rangé l’étalage de leur carriole et s’étaient abritées à la hâte sous le toit en tôle ondulée du Bazar Montaut.

Philippe Labro

Le petit garçon

Paris, 1900, phot. Eugène Atget.

Nous avons tous grimpé à la grille, et nous avons vu que dehors, il y avait un marchand de glaces avec sa petite voiture blanche ?

                — Hep ! a dit Geoffroy, c’est combien vos glaces ?

            — J’ai le cornet, le double cornet, le triple cornet, la petie tasse et la grande tasse, a répondu le marchand de glaces.

Goscinny & Sempé

Histoires inédites du Petit Nicolas, « Le Bouillon n’aime pas la glace »

 

Mon ice-cream est une illusion d’ice-cream. Je ne veux pas imiter, mais créer une situation lyrique. Mon travail est l’objectivation de mes relations avec le monde…

le peintre Claes Oldenburg, 1964,

cité par Hélène Parmelin, L’art et les anartistes

glacé, -e

 

[…] ces nonchalants,

Qui en juin et en juillet,

Et les jours de canicule

Se goinfrent de chocolat

Gelé, glacé,

Et l’avalent goulûment

En petits bouts de glace […].

Francesco Arisi

Il Cioccolato*

 

* Trattenimento ditirambico di F. A. Eufemo Batio tra gli Arcadi, « Divertissement dithyrambique de F. A. Eufemo Batio chez les Arcadiens », Crémone, 1736.

 

Le Ranelagh est en été l’antichambre de Tortoni et du Café anglais. On ne saurait mieux faire, quand on beaucoup dansé et beaucoup causé, que de longtemps se reposer ; et où peut-on mieux se reposer qu’assis devant un biscuit glacé, ou près de délicates friandises ?

Amédée Achard

Les bals d’été, dans Prisme - Encyclopédie Morale du dix-neuvième siècle

 

Tantôt il [le roi] l’appelait pour lui conter quelque remarque plaisante qui, drôle ou non, avait le privilège de faire rire Saint-Luc aux éclats. Tantôt il lui offrait dans son drageoir des pralines et des fruits glacés que Saint-Luc trouvait délicieux.

Alexandre Dumas

La Dame de Monsoreau

 

Jean et les plus jeunes danseurs virent avec une vive satisfaction l’abondance des gâteaux, des sirops, de fruits glacés. Jean avait bien dit ; c’était, croyait-il, genre haut commerce, grand genre.

Comtesse de Ségur

Jean qui grogne et Jean qui rit

 

Ma mère aimait fort les sucreries, les quartiers d’oranges glacéesentre autres ; elle avait donc pris un soir avec plaisir un de ces bonbons et venait de le mettre dans sa bouche lorsque les préludes d’une valse se firent entendre.

Vicomtesse de Simard de Pitray

Ma chère Maman

 

[…] ce tapis était bordé de guéridons de bois d’aloès et de santal, qui semblaient prêts à s’affaisser sous le poids de pâtisseries et des confitures, ou sur lesquels desfruits glacés au marasquin cernaient élégamment dans leurs coupes de porcelaine surdorée une bonne jatte de purée de petits pois au sucre, marbrée à sa surface de raisins de Corinthe noirs comme le jais, de vertes pistaches, de dragées de coriandre et de tranches d’ananas.

Charles Nodier

Trésor des Fèves et Fleur des Pois

 

“ J’adore les sucreries, et vous ? ” a-t-elle repris, en croquant un fruit glacé.

Émile Zola

Naïs Micoulin

 

Un Mont-Blanc de crème glacée dissimulant à l’intérieur une purée de chocolat chaude, pour précéder les fruits, voilà ce que, à l’abri du froid et du snob, j’inviterai à venir manger ceux que j’aime et qui m’aiment.

Jeanne Ramon-Fernandez

La Gazette du bon ton, Noël 1913 - janvier 1914

 

Un oiseau sur l’épaule, un autre au fond du pantalon pour le faire rôtir, l’oiseau, un peu plus tard à la maison, les poètes vont et viennent dans tous les salons.

“ C’est, dit l’un d’eux, réellement très réussi ”, mais dans un nuage de magnésium le chef du protocole est pris en flagrant délit, remuant une tasse de chocolat glacéavec une cuiller à café.

“ Il n’y a pas de cuiller spéciale pour lechocolat glacé, c’est insensé, dit le préfet, on aurait dû y penser, le dentiste a bien son davier, le papier son coupe-papier, et les radis roses leurs raviers. ”

Jacques Prévert

 Tentative de Description d’un dîner de têtes à Paris-France, 1931

 

[…] je dus manger une tranche de hure de sanglier, une autre de terrine de lièvre, des noix et faire une trempée de glacés-minces dans le vin chaud, sucré, parfumé de cannelle et de girofle. Après quoi, j’eus droit à deux tranches de ma première orange que je trouvai acide et étrangement parfumée.

Henri Vincenot

La billebaude

gomme

 

Alors, Gervaise hésita, parut consulter du regard maman Coupeau, que Lantier avait conquise depuis des mois, en lui apportant des boules de gomme pour son catarrhe.

Émile Zola

L’Assommoir

 

Chaque leçon se terminait par l’offrande d’une poignées de boules de gomme ou d’un bâton de réglisse d’Uzès.

Robert Sabatier

 Les noisettes sauvages

 

Les colis étaient enveloppés dans une poche de nylon représentant un drapeau américain : ils contenaient une brosse à dents, un tube de pâte dentifrice, […] une bouteille de boisson gazeuse, un stylo à bille, quatre paquets de gomme à mâcher […].

Georges Perec

La Vie mode d’emploi

1948.

gourmandise

 

Qu’ayant encore faim on mange de bonnes choses tout en mangeant par nécessité, c’est au mieux ; mais il ne faut pas que d’une façon exceptionnelle on provoque des besoins factices quand les appétits naturels sont satisfaits. De même que Socrate ne regardait pas non plus la danse comme un exercice désagréable, de même celui à qui les gâteaux et les friandises d’un dessert tiennent lieu de souper et de viandes n’en est pas incommodé sensiblement. Mais lorsqu’on a eu sa mesure naturelle et que l’on s’est assez rempli, il faut tout particulièrement se garder de toucher à ces friandises ; et en de telles choses la gourmandise et la gloutonnerie ne sont pas moins à fuir que l’inconvenance et la vanité.

Plutarque

Œuvres morales, Préceptes d’hygiène

Par maints cadeaux, tu t’es emparé de son imagination : bracelets faits de tes cheveux, bagues, bijoux, parures, colifichets, bagatelles, bouquets, gourmandises [sweetmeats], tout-puissants messagers de la tendre jeunesse.

Shakespeare

 Le songe d’une nuit d’été

 

Le célibat fut donc chez lui [Pons] moins un goût qu’une nécessité. La gourmandise, le péché des moines vertueux, lui tendit les bras ; il s’y précipita comme il s’était précipité dans l’adoration des œuvres d’art et dans son culte pour la musique. La bonne chère et le bric-à-brac furent pour lui la monnaie d’une femme […].

Honoré de Balzac

Le Cousin Pons

 

[…] la mère Robillard les fit sortir et les mena à la table où était préparé le dessert réservé pour les enfants du château. Là ils recommencèrent à manger gâteaux, noisettes, fruits, macarons, sucre d’orge et autres gourmandises toujours fort appréciées des enfants […].

Comtesse de Ségur

Diloy le Chemineau

 

Femme charmante, pleine de talent et d’allures distinguées, madame C. avait un terrible défaut, elle était gourmande, oh ! mais là ! au point que proverbiale était sa gourmandise. La pâtisserie surtout avait le don de l’émouvoir.

» Pour elle, une tarte à la crème était un attrait irrésistible et le baba juteux lui eût fait commettre des bassesses. Malheureusement, madame C. ne se contentait pas d’engloutir brioches, éclairs et madeleines ; non, sa faim difficilement mais à la longue assouvie, à l’instar de la prévoyante fourmi, elle faisait des provisions pour les repas suivants ; aussi ne voulant pas laisser échapper une si belle occasion, notre chanteuse bourrait-elle ses poches de massepains, meringues et échaudés !

Félix Galipaux

Galipettes

J’ai souvent désiré d’être riche pour satisfaire somptueusement ma gourmandise. C’est ce que j’appelle bâtir des gâteaux en Espagne.

Alain Laubreaux

L’Amateur de Cuisine

 

J’ai mis des années à comprendre que la neurasthénie et les scrupules de maman étaient une gourmandise refoulée, des grignotements d’âme, une délectation secrète comme quand on monte se coucher avec une boîte de bonbons, des dragées aux amandes ou à la pistache, des fondants au chocolat avec de la crème à la frangipane ou une coulée de kirsch au cœur des marrons glacés, des caramels qui poissent les draps, des pralines.

Blaise Cendrars

Bourlinguer

 

Sa gourmandise était un objet de moquerie dans les réunions de la tribu, où l’on disait qu’elle gaspillait tout son salaire de secrétaire en gâteaux crémeux, croissants croustillants, babas au rhum et en chocolat épais de la Tiendecita Blanca.

Mario Vargas Llosa

La tante Julia et le scribouillard

goûter

 

Au lieu de prendre le café qui nous restait du déjeuner, nous le gardâmes pour le goûter avec de la crème et des gâteaux qu’elles avaient apportés ; et pour tenir notre appétit en haleine, nous allâmes dans le verger achever notre dessert avec des cerises.

Jean-Jacques Rousseau

Les Confessions

 

Remarquez qu’on ne fait jamais donner par l’enfant que des choses dont il ignore la valeur, des pièces de métal qu’il a dans sa poche, et qui ne lui servent qu’à cela. Un enfant donnerait plutôt cent louis qu’un gâteau. Mais engagez ce prodigue distributeur à donner les choses qui lui sont chères, des jouets, des bonbons, son goûter, et nous saurons bientôt si vous l’avez rendu vraiment libéral.

Jean-Jacques Rousseau

Émile

 

Nous nous asseyions entre les iris au bord de l’eau. Dans le ciel férié flânait longuement un nuage oisif. Par moments, oppressée par l’ennui, une carpe se dressait hors de l’eau dans une aspiration anxieuse. C’était l’heure du goûter. Avant de repartir nous restions longtemps à manger des fruits, du pain et du chocolat, sur l’herbe où parvenaient jusqu’à nous, horizontaux, affaiblis, mais denses et métalliques encore, des sons de la cloche de Saint-Hilaire qui ne s’étaient pas mélangés à l’air qu’ils traversaient depuis si longtemps, et côtelés par la palpitation successive de toutes leurs lignes sonores, vibraient en rasant les fleurs, à nos pieds.

Marcel Proust

Du côté de chez Swann

[…] Mme Fortuny nous offrait des goûters dignes du Parmesan ; sa table recouverte en point de Venise était un véritable marché aux fruits, pêches sur des plats de cuivre repoussé, alternant avec des falbalas de pâte dorée et rubanée, saupoudrée de sucre farine, dont j’ai oublié le nom vénitien.

Paul Morand

Venises

 

Un menu de goûter pour les mois de juillet et d’août vous agréera-t-il ? Voici : pain chaud (la croûte seulement) trempé par larges bouchées dans l’écume des confitures de fraises ;  dans l’écume des confitures de cerises ; dans l’écume des confitures d’abricots ; dans l’écume de toutes les confitures de tous les fruits de la saison !

Colette

Prisons et Paradis

 

En une autre occasion, j’offrais à l’équipage de ma baleinière un goûter de chocolat et de biscuits. Je dus enfreindre, je n’ai jamais su comment, quelque règle de bienséance, car on me remercia sèchement, et ce que j’offrais resta sur la plage.

Robert Louis Stevenson

Dans les mers du Sud

 

Après le goûter (brioches, tarte aux pommes, éclairs au chocolat et au café — j’aime ceux au chocolat — et croissants), papa, maman, M. et Mme Blédurt ont continué à jouer […].

Goscinny & Sempé

 

Histoires inédites du Petit Nicolas

 

Lorsqu’elle lança ses premières invitations à prendre, à cinq heures de l’après-midi, un thé servi selon la dernière mode anglaise avec des biscuits impériaux et de la confiture de fleurs, doña Blanca s’opposa à ce que chez elle on bût des médicaments à faire suer les malades au lieu du chocolat avec du fromage fondu et des tranches de pain de manioc.

Gabriel Garcia Marquez

L’Amour aux temps du choléra, 1987

 

Je donne des tartines aux enfants pour le petit déjeuner, au lieu des choco-BN au moyen desquels je flatte habituellement leur gourmandise et ma paresse.

Françoise Mallet-Joris

La Maison de papier

grisette

 

Années 1950, Imprimerie du Progrès, Montpellier;

groseille

 

[…] Baudu surveillait la table avec autorité. Il avait distribué des languettes de brie, et pour fêter ses parents, il demanda un second dessert, un pot de confiture de groseilles, largesse qui parut surprendre Colomban.

Émile Zola

Au Bonheur des dames

 

Le samedi matin, mademoiselle venait de se lever. Elle était en train de faire un petit panier de quatre pots de confitures de Bar qu’elle comptait porter le lendemain à Germinie, quand elle entendit des voix basses […].

Edmond et Jules de Goncourt

Germinie Lacerteux

 

[…] les fameuses groseilles de Bar, en pots de gelée blonde ou rose où étaient en suspension des fruits, épépinés  par les ouvrières avec une plume d’oie taillée comme un cure-dents.

Jean Mistler

Gare de l’Est

 

Elle exigea qu’il prît une petite tarte aux groseilles parce qu’il aimait les friandises.

D. H. Lawrence

 Amants et Fils

 

Moi-même, j’essayai de faire des confitures épépinées de Bar-le-Duc. Avec Delphine nous allâmes à la ferme, obtinrent des plumes d’oie, les taillâmes et cherchâmes à épépiner la groseille rouge ou blanche que les doigts écrasaient. […]

Pascal Quignard

Le Salon du Wurtemberg

 

À la Saint-Jean d’été, les groseilles sont mûres ;

Dans le jardin, vêtu de ses plus beaux habits,

Près des grands lis, on voit pendre sous leurs ramures

Leurs grappes couleur d’ambre ou couleur de rubis.

 

Voici l’heure. Déjà dans l’ombreuse cuisine

Les pains de sucre blanc, coiffés de papier bleu,

Garnissent le dressoir où la rouge bassine

Reflète les lueurs du réchaud tout en feu.

 

On apporte les fruits à pleines pannerées,

Et leur parfum discret embaume le palier ;

Les ciseaux sont à l’œuvre, et les grappes lustrées

Tombent comme les grains défilés d’un collier.

 

Doigts d’enfants, séparez, sans meurtrir la groseille,

Les pépins de la pulpe entr’ouverte à demi ;

La grave ménagère, attentive, surveille

Ce travail délicat d’abeille ou de fourmi.

 

Vous êtes son chef-d’œuvre, exquises confitures !

Dès que l’été fleurit les liserons du seuil,

Après les longs travaux, lessives et coutures,

Vous êtes son plaisir, son luxe et son orgueil.

 

Que le monde ait la fièvre et que sa turbulence

Gronde ou s’apaise au loin, la tranquille maison

Toujours à la Saint-Jean voit les plats de faïence

Se remplir de fruits mûrs et prêts pour la cuisson.

 

Le clair sirop frissonne et bout; l’air se parfume

D’une odeur framboisée. Enfants, spatule en main,

Enlevez doucement la savoureuse écume

Qui perle et mousse au bord des bassines d’airain.

 

Voici l’œuvre achevé. La grave ménagère

Contemple fièrement les godets de cristal

Où la groseille brille, aussi fraîche et légère

Que lorsqu’elle pendait au groseillier natal.

 

Les grappes maintenant bravent l’hiver… Comme elles,

La ménagère échappe aux menaces du temps :

La paix du cœur se lit dans ses calmes prunelles,

Et son front reste lisse et pur comme à vingt ans.

 

André Theuriet

In « Les Annales Politiques et Littéraires », 1885

guimauve (pâte de)

 

Les rafraîchissements se composaient d’eau sucrée, d’eau rougie, de bière, de tartines de pain et de beurre, d’échaudés, de macarons, de pruneaux et raisins secs, d’amandes, de noisettes, de pâtes de réglisse et de guimauve, de sucre d’orge et de sucre candi. »

Comtesse de Ségur

 Jean qui grogne et Jean qui rit

 

Il donna, pour cadeaux, tous produits de son établissement, à savoir : six boîtes de jujube, un bocal entier de racahout, trois coffins* de pâte à la guimauve, et, de plus, six bâtons de sucre candi qu’il avait retrouvés dans un placard.

Gustave Flaubert

Madame Bovary

 

* Vx. panier ou coffret rond.

 

Il s’interrompit pour prendre à poignée cinq ou six morceaux de pâte de guimauve.

— Eh bien ! ce ne serait pas plus long que d’avaler ça. Et il jetait, dans sa bouche ouverte, les morceaux les uns après les autres.

Émile Zola

L’Assommoir

 

Et le fabricant de pâte de guimauve, allongeant, tordant en gigantesques anneaux la pâte blanche qui sent l’amande !…

Alphonse Daudet

Les Rois en exil

 

À ces cris ils arrivèrent, ainsi qu’un chiffonnier chargé de sa hotte pleine, qui rentrait dans le clos, et le locataire du wagon dont la profession était d’être marchand de pâte de guimauve et de parcourir les fêtes et les marchés en suspendant à un crochet tournant des tas de sucre fondu, dont il tirait des tortillons jaunes, bleus, rouges, comme l’eût fait une fileuse de sa quenouille.

Hector Malot

En famille

 

Si le ménage est à l’aise, on achètera même un sapin de Noël coupé dans la forêt voisine et aux branches duquel on suspendra des jouets à bon marché, des bâtons de guimauve et des oranges. Il faudra voir la frimousse extasiée des bébés à leur réveil. Cris de joie, battements de mains, charivari délicieux, plus doux au cœur des parents que toutes les musiques et toutes les harmonies !...

Charles Le Goffic

Fêtes et coutumes populaires

 

M. Willy Wonka sait faire des pâtes de guimauve parfumées à la violette, et des caramels mous qui changent de couleurs toutes les dix secondes, et des bonbons feuilletés qui fondent délicieusement dès qu’on les prend entre ses lèvres.

Roald Dahl

Charlie et la chocolaterie

Anne Claude Philippe de Tubières, comte de Caylus (1692–1765),

d'après Edme Bouchardon (1698–1762), 1746.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.